Petra Ahlander

ahlanderpetra_150Soprano
Petra Ahlander Antonini étudie le piano et la flûte traversière dans son pays natal la Suède, puis participe à des spectacles d’opérettes avec une chorale amateur, avant d’aller en France à l’âge de 18 ans comme jeune fille au pair.
Après avoir étudié le chant, la musique de chambre, l’analyse musicale, l’harmonie et le contrepoint au Conservatoire National de Région de Montpellier, elle entre au C.N.I.P.A.L. à Marseille, ce qui lui permet notamment d’aborder la musique ancienne avec le groupe A Sei Voci sous la direction de Bernard Fabre-Garrus et d’intégrer les chœurs de L’Opéra de Montpellier dans le cadre d’une insertion professionnelle. Elle y travaille ensuite en tant que choriste supplémentaire.
Elle chante désormais en soliste avec des formations variées en France et en Europe un répertoire allant du XVIIe siècle à la musique contemporaine. Elle participe à de nombreux festivals de musique sacrée, mais consacre aussi beaucoup de temps à défendre le Lied et la Mélodie. Régulièrement invitée au Festival d’Avignon, elle participe souvent à des créations musicales de compositeurs d’aujourd’hui.
Titulaire d’un D.E.M.- option pédagogie, Petra Ahlander Antonini enseigne le chant à l’école de musique municipale de Clermont l’Hérault et à l’école de musique d’Assas.
Elle dirige un ensemble vocal féminin « Minerva » et un chœur mixte, le « Chœur d’Assas ».

 

Guillaume Antonini

antonini-guillaumeVioloniste
Guillaume Antonini, originaire d’Avignon, débute le violon au Conservatoire de Nîmes où il obtient plusieurs Premiers Prix, dont le Grand Prix de la Ville en 1995. Il étudie par la suite au Conservatoire à Rayonnement Régional de Boulogne-Billancourt, dans la classe de Suzanne Gessner et remporte un Second Prix au Concours de Cordes d’Epernay.
Après s’être perfectionné auprès de Gordan Nikolic et de Jean-Jacques Kantorow (Högeschule de Rotterdam, Pays-Bas), il travaille avec Christophe Poiget au CNSDM de Lyon où il obtient le Diplôme d’Etudes Supérieures de Musique (DESM) et un Prix de perfectionnement en musique de chambre. Il obtient par la suite un Prix de perfectionnement de quatuor à cordes au Conservatoire Supérieur de Paris dans la classe du quatuor Ysaye, ainsi qu’un diplôme d’étude supérieure de la Haute Ecole de Genève dans la classe de quatuor de Gabor Takacs.
Il est l’un des membres fondateurs et actuellement premier violon du Quatuor Leonis (anciennement Quatuor Esteves) avec lequel il poursuit une brillante carrière sur la scène nationale et internationale et a obtenu le Troisième Prix au Concours international de Genève en 2006, lauréat du Concours International du Forum de Normandie (2005). Le Quatuor Leonis se produit régulièrement au : Festival de l’Epau, Orangerie de Sceaux, Live Arts Theatre (New York), Shangaï Theatre (China), Théâtre du Châtelet, Arsenal de Metz, Festival Archipel de Genève, Festival Berlioz de la Côte Saint André, Biennale d’Art Contemporain de Venise…
Musicien éclectique, il se produit également dans différentes formations :
Ensemble Convergences avec le trompettiste Romain Leleu (Festival d’Auvers sur Oise, Classique au vert, Festival de Chambord, Festival de Menton…)
Quintette « Swing de Paris » (jazz) dédié à la musique de Django Reinhardt et Stéphane Grappelli
Duo avec la chanteuse Anne-Emmanuelle Davy autour des quarante-quatre « Kafka Fragments » de Gyorgi Kurtag et différentes créations de Jean-Pascal Chaigne, Jean Marc Jouve.
Il collabore avec le compositeur Jacopo Baboni Schilingi autour d’un récital pour violon seul et électronique qui fait l’objet d’une tournée en Chine en 2015 autour d’Anthèmes II de Pierre Boulez ainsi que d’une création en mémoire de Jimi Hendrix.
En 2012, il est nommé directeur musical de l’adaptation de Peer Gynt, nouvelle création d’Irina Brook au Festival d’Opéra et de Théâtre de Salzbourg.
Passionné par l’enseignement, Guillaume Antonini est titulaire du Certificat d’Atptitude et enseigne le violon au C.R.D. de Romainville (93) depuis septembre 2013.
Il joue un instrument spécialement réalisé pour lui par Stefan Van Baehr depuis 2011.

 

Luc Antonini

antoniniluc2_150Organiste
Né en 1961 à Avignon, Luc Antonini commence des études musicales dans sa ville natale (médaille d’or de piano – classe d’Yves-Marie Bruel – et d’orgue – classe de Lucienne Antonini) avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient six Prix (harmonie – classe de Jeanine Rueff – contrepoint – classe de Jean-Claude Henry – fugue – classe de Michel Merlet – orchestration – classe de Marius Constant et Janos Komives – et analyse – classe de Betsy Jolas) dont celui d’orgue à l’unanimité, dans la classe de Rolande Falcinelli.
Il débute très vite une carrière de concertiste qui le mène dans les plus grandes villes d’Europe et dans les festivals les plus prestigieux (France, Allemagne, Hollande, Belgique, Suisse, Autriche, Italie, Espagne, Andorre, Islande, Danemark, Suède, Angleterre, République Tchèque, Pologne …)
Il enseigne l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier-Agglomération. Il est également titulaire de l’orgue Barker et Verschneider de la Collégiale Saint-Agricol d’Avignon, et co-titulaire de l’orgue doré italien de la Métropole Notre-Dame des Doms à Avignon.
Il tient régulièrement la partie d’orgue d’œuvres symphoniques avec différents orchestres, notamment l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence et bien d’autres. Fondateur et Président de l’Association Orgue en Avignon et directeur artistique du Cycle de Musiques Sacrées du Festival d’Avignon il contribue ainsi à la mise en valeur et au rayonnement du Patrimoine Historique des orgues d’Avignon et de sa Région. Son vaste répertoire lui permet d’aborder une littérature très variée du XVII e siècle à nos jours. Il vient de donner plusieurs concerts en interprétant l’intégrale du « Livre d’Orgue » d’Olivier Messiaen.
Il a enregistré plusieurs tomes de l’œuvre intégrale pour orgue de Johann Sebastian Bach et l’œuvre intégrale pour orgue de Johannes Brahms. Il a aussi participé aux anthologies « Toutes les couleurs de l’orgue » et « Nouvelles couleurs de l’orgue ».
Luc Antonini est aussi compositeur. Il a écrit plusieurs messes pour différentes formations chorales et instrumentales ainsi qu’une série de plusieurs pièces pour orgue soliste intitulées « Dialogus », pour lesquelles il a obtenu en 2006 le prix Gaston Litaize au premier concours de composition de Saint Bertrand de Comminges. Il a écrit une œuvre pour quintette à vent et piano, qui a été créée en 2008 à Avignon dans le cadre des commémorations du Centenaire de la naissance d’Olivier Messiaen.
Il a orchestré pour grand orchestre symphonique les Trois Danses pour orgue de Jehan Alain, créées par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse dans le cadre du Festival 2007 Toulouse les Orgues. Une nouvelle version de cette orchestration a été créée en mars 2011 par l’Orchestre National d’Ile de France dans le cadre de la Commémoration Nationale de la naissance de Jehan Alain à Saint-Germain- en-Laye.
Les Trois pièces pour orgue, « Prélude, Interlude et Postlude d’après la messe Lux et Origo » viennent d’être éditées aux éditions Doblinger à l’initiative de European Cities of Historical Organs dans le recueil intitulé Nuovi Fiori Musicali.

 

Lucienne Antonini

antoninilucienne_150Organiste
Lucienne Antonini est née à Avignon. Etudes musicales de piano, musique de chambre, harmonie et contrepoint au Conservatoire d’Avignon. Orgue et harmonie avec Maurice Duruflé. Diplôme de virtuosité au concours Jehan Titelouze de Rouen avec mention spéciale du jury.
La restauration de l’Orgue Doré de la Métropole Notre Dame des Doms d’Avignon, chef-d’œuvre de la facture d’orgue italienne, lui permet d’approfondir la littérature d’orgue ancienne italienne. Participation avec les professeurs L.F. Tagliavini et les musicologues O. Mischiati et A. Cavicchi au lancement des Semaines Internationales G. Frescobaldi de Ferrare. Ses enregistrements de G. Frescobaldi lui ont valu deux fois le Grand Prix de la Critique Italienne.
Carrière de concertiste dans la plupart des pays d’Europe. Concerts et participation à de nombreux Festivals et Semaines Internationales d’Orgue (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Autriche, Tchécoslovaquie, Italie, Espagne, France). Enregistrements pour la plupart des Radios et Télévisions des pays visités. Classes de maître en Allemagne et en Italie.
Lucienne Antonini est professeur honoraire au Conservatoire National « Olivier Messiaen » d’Avignon et organiste titulaire de la Métropole Notre Dame des Doms d’Avignon. Elle a créé, dans sa classe du Conservatoire un cours spécialisé pour la musique italienne. Elle participe régulièrement au Festival d’Avignon pour des concerts, des créations d’œuvres contemporaines (M. Ohana, R. Gagneux, F. Ibarrondo, A. Louvier, J.P. Leguay).
Elle collabore activement à l’équipe de direction de la programmation du Cycle d’Orgue et de celle de l’Association Orgue en Avignon. Elle est l’un des membres fondateurs de l’Association Orgue Hommage à Messiaen. Depuis octobre 1999, elle assure la fonction de Directrice musicale pour l’Association « Musique Sacrée en Avignon ».

 

Serge Barbuscia

barbuscia-sergeComédien, metteur en scène, auteur
Il fonde en 1983 avec sa compagnie le Théâtre du Balcon/Scène d’Avignon. Ses créations se révèlent comme une nécessité où s’imbriquent des expressions multiples : texte, danse, musique, peinture, chant… Autant de matériaux que Serge Barbuscia aborde pour élaborer un langage théâtral singulier. Ses spectacles rencontrent un public exigeant qui ne vient pas au théâtre « pour oublier le monde mais pour le comprendre ». Les écritures contemporaines jalonnent son parcours artistique. Ont été organisées des lectures avec la complicité de l’Association Beaumarchais/SACD, en invitant des auteurs comme José Plyia, Remi de Vox, Jean-Louis Leconte, Natacha de Pontcharra, Adeline Picault, Isabelle de Toledo, Christian Petr, Anne Jolivet, Pascal Bancou… Au sein du « Balcon », il affirme une action permanente orientée principalement sur la découverte de nouveaux talents et ouvrant son théâtre à des artistes tels que : Jean-Luc Revol, Christophe Lidon, Michel Fau, Carlo Boso, Nemanja Radulovic, Patrick Timsit, Yolande Moreau, Michel Bruzat, etc…

 

Michel Barruol

barruol-michelFlûtiste
Titulaire du CA de flûte traversière, il a enseigné à l’E.N.M. de Nîmes, puis à celle d’Avignon. Il joue depuis 1998 au sein du trio Anarchipels – flûte, violoncelle et piano – avec lequel il a participé à de nombreuses créations. Il travaille régulièrement en collaboration avec les CEFEDEM Sud et Rhône-Alpes, pour la formation et la certification des flûtistes enseignants.
Il a étudié la direction d’orchestre avec Pierre Dervaux, Constantin Bugeance, Dominique Rouits et Peter Eötvös. Il obtient en 1991 le diplôme de direction d’orchestre de l’Ecole Normale de Musique de Paris, 1er nommé. Depuis il dirige l’orchestre « Symphonia », ensemble composé de jeunes musiciens en cours de professionnalisation avec lequel il aborde le répertoire symphonique des XIXe et XXe siècles. Il a dirigé un concert en hommage à L. Berio dans le cadre du Centre Acanthes, et, plus récemment, une production de l’Histoire du Soldat à Avignon.
Il enseigne actuellement au CRR Olivier Messiaen du Grand Avignon.

 

Vincent Barthélémy

barthelemy-vincentHautboïste
Premier prix de hautbois du conservatoire de musique d’Avignon (où il a débuté ses études musicales) ainsi que du C.N.R de Paris, Vincent Barthélemy est titulaire du Diplôme d’Etat de professeur de hautbois et enseigne au Conservatoire à Rayonnement Intercommunal de musique Michel Petrucciani d’Istres, ainsi qu’au Conservatoire à Rayonnement Communal de Cavaillon
Vincent Barthélemy joue régulièrement dans diverses formations de la région.
Il est aussi membre du « Trio d’Anches Mistral ».

 

Frédéric Béthune

bethune-frederic

Contrebassiste
Né en 1966 à Cambrai, il suit les cours des classes de trompette et de solfège au Conservatoire National de Région de Toulouse. Il obtient au Conservatoire National de Région de Montpellier, son diplôme de fin d’études de solfège, mention Très Bien, en 1988, et la médaille d’Or de Contrebasse et de Déchiffrage en 1989.
En 1989, il poursuit sa formation au cours de stages aux Arcs (professeur : Vincent Pasquier) et à Avignon (professeurs : J.M. Rollez, V. Pasquier, V. Rakov). Il obtient : – en 1992 le premier prix de contrebasse au Conservatoire Supérieur de Musique de Genève ; – puis en 1994, le diplôme d’Etat de professeur de contrebasse.
En 1989 et 1990, il participe à des concerts avec l’Orchestre de Chambre de Genève-Lancy, l’Orchestre du Collegium de Lausanne, l’O.R.M., l’Orchestre des Prix du Conservatoire de Genève, l’Ensemble Instrumental de Lausanne.
Depuis 1991, il est contrebasse solo de l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence ; depuis 1992, il est professeur de contrebasse au CRR Olivier Messiaen du Grand Avignon.

 

Anne-Cécile Brielles

brielles-anne-cecileVioloniste
Anne-Cécile Brielles apprend le violon aux conservatoires du Mans, de Boulogne-Billancourt, puis au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon où elle obtient un premier prix à l’unanimité dans la classe de Marianne Piketty. Par la suite, elle intègre un troisième cycle de violon au CNSMD de Lyon et se perfectionne également à l’Escuela superior de Musica Reina Sofia à Madrid. Elle affectionne particulièrement la musique de chambre et remporte les concours internationaux d’Arles et de Madrid en duo avec harpe (duo Bergamasque). Intéressée par différents répertoires allant de la musique ancienne à la musique contemporaine, elle est dédicataire de plusieurs œuvres et a enregistré pour les éditions Hortus des pièces de Matalon et Cavanna au sein de l’ensemble Mesostics. Depuis 2009, elle enseigne le violon au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.

 

Andrea Büchel

buchel-andreaSoprano
Originaire de Trèves (RFA), diplômée du CRR de Nancy (classe de Christiane Stutzmann) et des universités de Nancy et d’Aix-en-Provence, Andrea Büchel travaille sa voix dès l’âge de 11 ans, se produisant lors de concerts et enregistrements en Allemagne, en Autriche et en Italie.
Elle participe à de nombreuses productions lyriques dans un répertoire allant de Claudio Monteverdi à Alban Berg (Orfeo de Monteverdi, Dido and Aeneas de Purcell, la Dame de Pique de Tchaïkovski, Werther de Massenet, Genoveva de Schumann, Bajazzo de Leoncavallo, Boris Godounov de Moussorgski, Woyzeck d’Alban Berg), tout en abordant le répertoire Mozartien avec Blondchen, Despina, Suzanne, Pamina…
Andrea Büchel multiplie les concerts et enregistrements (Radio France, ZDF, SWF, RTL, NDR, Erato etc.) sous des baguettes aussi réputées que celles de Michel Corboz, Philippe Herreweghe, Jérôme Kaltenbach, Jonathan Schiffman, Pierre Cao, Gilbert Bezzina, Aline Zylberajch, Marcel Ponseele, Benoît Haller et de Martin Gester (Orchestres Symphoniques de la RTL, de l’Opéra de Lyon, de Nancy, de Mayence,… Les Trompettes des Plaisirs, La Chapelle Royale, Mensa Sonora, l’Ensemble Baroque de Nice, Stradivaria, Il Convito, La Fidelissime, L’Académie Sainte Cécile, Il Gardellino, La Chapelle Rhénane, Les Agrémens, L’Orchestre de Chambre de Versailles, Le Parlement de Musique…)
Elle se produit dans les grands Festivals de musique en France et à l’étranger (Festival de Musique Ancienne de Dieppe, Festival d’Art Baroque en Roya-Bévéra, Les Baroquiales, Festival Europa Sacra, Festival inter-religieux de Montpellier, Festival des Cordes Sensibles, Festival Vieux Nice Baroque en Musique, Internationale Händel-Festspiele à Göttingen…) et a été l’invitée de la Schola Cantorum de Bâle.
Spécialisée dans le domaine de la musique ancienne, elle se consacre également à la mélodie française et au lied allemand lors de nombreux récitals, accompagnée par Catherine Courvoisier, Patrick Ayrton, Timothy Roberts (Gabrieli Consort & Players)… Son répertoire s’étend de la musique renaissance jusqu’à la création contemporaine.
Ayant conjugué études musicologiques et littéraires, Andrea Büchel a rédigé plusieurs travaux de recherche sur les interactions entre littérature et musique. Elle anime cours d’interprétation, des conférences et des Master Class, notamment en collaboration avec Monique Zanetti et auprès de Gabriel Garrido.

 

André Canard

canard-andreTromboniste
Après des études de trombone au Conservatoire de Lyon puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, André Canard rejoint en 1978 l’Orchestre de l’Opéra de Marseille en qualité de co-soliste et accompagne les plus grandes voix de l’époque (Ruggero Raimondi, Placido Domingo, Jose Carreras, Montserrat Caballe, Jessye Norman…). Dans le même temps, il se produit avec des orchestres de jazz tels que le Big Band de Marseille ou de Monte-Carlo, pour accompagner des vedettes comme Sammy Davis Jr, Shirley Bassey, Eddie Louiss ou Johnny Halliday…
Il participe aussi à de nombreuses tournées, créations et enregistrements avec des ensembles aussi divers que le Quintette de cuivres de Montpellier (West Side Story), Musicatreize (Ohana, Bon), En Coulisse (Histoire du Soldat)…
De 1982 à 2006, il occupe le poste de Trombone solo à l’Orchestre National de Montpellier.
Parallèlement à cette carrière d’interprète et de soliste, il enseigne le trombone et la musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier.

 

Christian Chiron

Clarinettiste
Christian Chiron est né à Carpentras où il débute ses études musicales. Il poursuit avec succès son apprentissage de la clarinette au Conservatoire National d’Avignon puis aux conservatoires nationaux de Marseille et de Boulogne-Billancourt où il obtiendra, dans chacun, ses premiers prix de clarinette et un premier prix à l’unanimité de musique de chambre. Parallèlement, il se perfectionne avec de grands clarinettistes tels que Guy Dangain, Michel Arrignon et Jacques Di Donato. Musicien passionné et polyvalent, Christian Chiron multiplie les expériences artistiques évoluant à la fois dans la variété, le tango, le jazz et les musiques improvisées avec le Quintette Aulos, la Camerata de Provence, l’Ensemble Stretto, le Quartet Melopeya, le Big-Band de Boulogne-Billancourt, le Collectif Pôle Sud, la Compagnie Brouill’art… Il joue également dans l’Orchestre lyrique d’Avignon-Provence, l’Orchestre national de Lyon, l’Orchestre lyrique Nancy-Lorraine, avec lesquels il s’est produit sur de nombreuses scènes et dans de grands festivals. Pour le théâtre, il compose et interprète de nombreuses musiques de spectacles, en France et dans le monde entier. Christian Chiron mène aussi, en parallèle, une carrière de pédagogue au Conservatoire de Carpentras.

 

Choeur « A Piacere »

choeur-a-piacere-2Direction Annie Fajeau
Créé en septembre 2000, ce chœur réunit une quarantaine d’adultes de tous âges et de toute formation musicale sous la direction d’Annie Fajeau. Un groupe d’enfants, régulièrement associé à des concerts depuis 2001 y est pleinement intégré depuis 2003.
A l’origine, simple regroupement d’amis aimant chanter, le chœur progressivement s’est vu étoffé et a élargi son répertoire vers des œuvres plus ambitieuses du répertoire classique et sacré : Monteverdi, Pachelbel, Buxtehude, Vivaldi, Bach, Fauré … Il reste néanmoins ouvert à la musique profane : chants provençaux, israéliens, chansons à boire, noëls français et étrangers, et à la musique de nos jours : Ramirez, et Paul Mc Cartney…
Ce chœur a la chance d’être souvent accompagné d’un orchestre de professionnels, le Prov’Art Orchestra, garantie de qualité pour le public et moteur de progression pour les choristes.
A Piacere est toujours prêt à répondre aux demandes d’organisations caritatives, et à participer à la vie associative d’Avignon et sa Région.

 

Chœur Aurelia

  choeur-aureliaDirection Isabelle Andréa
Créé en 1983, le Choeur Aurelia est dirigé depuis 10 ans par Isabelle Andréa. C’est un ensemble mixte, constitué d’une soixantaine de choristes (soprani, alti, ténors et basses) qui se
produit en diverses formations, a capella ou encore avec orgue, piano ou ensemble instrumental.
Son activité depuis 29 ans illustre la motivation de ses membres et leur enthousiasme, transmis et vivifiés chaque année par de nouveaux recrutements.
Le Choeur se produit régulièrement pour son concert de fin de saison à la Collégiale Saint-Martin de Saint-Rémy de Provence et à l’abbaye St Michel de Frigolet. En cours de saison, il est également sollicité lors d’évènements caritatifs et culturels par des institutions publiques et privées : St Paul de Mausole pour l’association Valetudo, Tarascon, Bouc-Bel-Air, Eygalières, Festival choral du Pontet, Eyragues, Festival de la bande originale à St Rémy, etc.
Retenant des axes forts pour chaque saison, Isabelle Andréa consacra l’année 2009-2010 aux plus beaux Magnificat (Dumont, Vivaldi, Buxtehude, Zelenka, Pachelbel, Pärt…). En 2010-2011, les pièces majeures furent la cantate Mirjams Siegesgesang de F. Schubert et Gallia de Ch. Gounod. Le répertoire du Choeur couvre un large champ musical, les époques de la Renaissance, du baroque, du classique, jusqu’aux oeuvres contemporaines, la musique sacrée comme les pièces profanes.

 

Chœur Cantabile

[à venir]

 

Chœur de l’Opéra-Théâtre du Grand Avignon

choeur-opera-avignonDirection Aurore Marchand
Les artistes du Chœur travaillent à temps complet et sont recrutés sur audition. Le large éventail des styles abordés exige d’eux une technique musicale, vocale et chorale complète et particulièrement souple.
Le Chœur de l’Opéra Grand Avignon participe à la réalisation de l’ensemble de la saison lyrique – opéras et opérettes – et à un certain nombre de concerts lyriques et de chœurs, et est appelé à se produire dans d’autres Maisons d’opéras, dans le cadre de co-productions ou à titre de chœur invité.
Il peut être également sollicité lors des animations scolaires et spectacles Inter-Notes organisés par l’Opéra Grand Avignon.
Le Chœur est par ailleurs régulièrement invité aux Chorégies d’Orange.

 

Chœur I Sedici

choeur-i-sediciDirection Jean-Marie Puli
Le choeur I Sedici, ensemble vocal avignonnais créé en septembre 2005, est formé de choristes qui, ayant travaillé plusieurs années sous la direction de Jean-Marie Puli dans différents domaines (chorale universitaire, chœur Homilius, Petit Chœur Domitia) ont choisi de se regrouper en un chœur réduit, plus souple et plus exigeant. Le chœur se réunit hebdomadairement avec deux objectifs : l’apprentissage par cœur et la précision du rendu textuel et musical. Il a pour vocation de faire découvrir un répertoire peu connu d’œuvres sacrées et populaires du XVIe siècle au XIXe siècle.

 

Chœur Symphonique de Montpellier

choeur-symphonique-de-montpellier

photos Jean Felix Bernetel

Direction Vincent Recolin
Le chœur est créé en 2006, à l’initiative de René Koering, directeur de l’Opéra et de l’Orchestre National de Montpellier, et d’Hervé Niquet, chef d’orchestre et de chœur, en résidence dans cette même ville, dans le but d’adjoindre une grande formation chorale à l’Orchestre National de Montpellier, et aborder ainsi les œuvres chorales d’envergure des XIXe et XXe siècles.
Ce chœur, composé de 75 choristes auditionnés et sélectionnés, a été dirigé par Hervé Niquet de 2006 à 2011. Depuis 2012, Vincent Recolin en est le nouveau directeur artistique, et en 2015, Caroline Gaulon est devenue chef de choeur assistante.
Le Chœur Symphonique de Montpellier se produit régulièrement, avec divers chœurs et orchestres en, et hors région, sa vocation de « Chœur d’Oratorio » lui permettant d’aborder les grandes œuvres du répertoire
Derniers concerts : le 20 mars, dans le Stabat Mater de Dvorak, en l’église Ste Thérèse de Montpellier, direction Caroline Gaulon, le 27 mai dans le Requiem de Duruflé, en l’église Ste Thérèse de Montpellier, avec l’Orchestre National de Montpellier, sous la direction de David Niemann, le 18 septembre, Misa Tango de Martin Palmeri, en l’abbaye de Valmagne, direction Vincent Recolin.

 

Pascal Contet

contet-pascalAccordéoniste
Incontournable dans la création contemporaine depuis plus de 20 ans  et pionnier en la matière en France, Pascal Contet compte environ 300 œuvres à son actif.  De nombreux compositeurs lui font confiance, dont Claude Ballif, Franck Bedrossian, Luciano Berio, Edith Canat de Chizy, Bernard Cavanna, Jean-Pierre Drouet, Ivan Fedele, Joshua Fineberg (Usa), Jean Françaix, Ivar Frounberg (Danemark), Philippe Hurel, Pierre Jodlowsky, Klaus Ib Jorgensen (Danemark), Philippe Leroux, Bruno Mantovani, Javier-Torres Maldonado, Martin Matalon, Marc Monnet, Yann Robin, Oscar Strasnoy, Claire-Mélanie Sinnhuber, Johannes Schoellhorn (Allemagne).
En 2012,  première pour l’accordéon, il est nominé aux Victoires de la musique classique dans la catégorie « Soliste instrumental de l’année » et dans la catégorie « enregistrement de l’année » ainsi qu’en 2007 aux Victoires du Jazz (artiste de l’année) pour son album  « NU » avec Bruno Chevillon et François Corneloup.
Après un parcours privé en France, Pascal Contet continue ses études musicales à Fribourg en Suisse, à la Musikhochschule de Hanovre (Elsbeth Moser), au Conservatoire Royal de Copenhague et à l’Akademie der Künste de Graz en Autriche (Mogens Ellegaard).
Il est lauréat de plusieurs fondations : Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation (promotion et remis par le Président de la République François Mitterrand), Yehudi Menuhin, Gyorgy Cziffra, Lavoisier et de plusieurs prix dont celui prix Gus Viseur, Samfundet (gouvernement danois).
Il joue en soliste sous la direction entre autres des chefs Pierre Boulez, François Xavier Roth, Pascal Rophé, Jean-François Heisser, Jean–François Verdier, Esa Pekka Salonen, Jean-Claude Casadesus, Diego Masson, Daniel Kawka, James Wood, Susanna Mäkkli, Denis Comtet, Arie Van Beek, Laurent Petitgirard, Daniel Tosi.
Dédicataire de nombreux concertos, Pascal Contet interprète les concertos pour accordéon de Bernard Cavanna, Benjamin Ellin, Jean Françaix, Christophe Julien, Arne Nordheim, Sofia Gubaïdulina, Astor Piazzolla, pièce concertante de Peter Eötvös  avec l’Orchestre de la Suisse Romande, le Philharmonisches Orchester Freiburg (D), l’Orchestre de chambre de Lausanne l’Orchestre de Bratislava, l’Orchestre Les Siècles, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre Victor Hugo – Franche-Comté, l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre de Perpignan-Méditerranée, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre symphonique de Bretagne, l’Alma Chamber Orchestra, l’Orchestre de l’Opéra National de Paris pour la création de  « Ahkmatova » de Mantovani.
Pascal Contet est également membre permanent et soliste des ensembles 2e2m et Ars Nova.
Il aime improviser en compagnie de la contrebassiste Joëlle Léandre (leur disque « 3 », sorti en mars 14, a reçu un Choc de Jazz Magazine, Le Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros, Elu  2014 Citizen Jazz), avec le  réputé joueur d’orgue à bouche Wu Wei, avec Pauline Oliveros, Carlos Zingaro, Carol Robinson, Tom Mays, Nosfell ou encore la chanteuse Camille.
En 2014 il crée pour Europajazz Le Mans un nouveau trio  « The White Concert » avec les londoniens Scanner, grand maître international du laptop (Björk, Christian Rizzo) et du chanteur et guitariste londonien Joël Cadbury (Unkle, Gavin Clark, Opera de Sydney) dans un mélange d’électro, de rock et de musique contemporaine.
Il travaille le rapport à l’image, en accompagnant de nombreux ciné-concerts ou compose pour la télévision ou le cinéma (Port–Au–Prince Dimanche 4 janvier, de François Marthouret d’après le roman Bicentenaire de Lyonel Trouillot, scénario de Marc Guilbert et Peter Kassovitz).
Dans le domaine des arts visuels il poursuit ses recherches avec l’artiste Miguel Chevalier en une performance interactive musico-visuelle. L’origine du Monde dont la première le 19 septembre 2013 au centre des Arts d’Enghien a été saluée par le public et les critiques, reprise ensuite au festival Tons voisins d’Albi,  Conférence Modiale de Samsung au salon IFA 2014 à Berlin, au festival des Nuits de Nacre à Tulle 2014, à l’Arsenal de Metz et prochainement à Istanbul.
Ses partenaires de musique de chambre se nomment Paul Meyer dont le dernier Album « Fantaisies Lyriques » sorti chez Sony Classical est salué par les médias, Ophélie Gaillard, Marianne Piketty, Louis Rodde, Marion Tassou, Fanny Robillard, les quatuors Debussy, Diotima, Danel, Travelling Quartet.
Lectures ou théâtre, il collabore avec Marie-Christine Barrault, François Marthouret, Fabrice Melquiot, Anne Alvaro, Charles Gonzalès, Roland Auzet, Christian Rizzo, Didier Galas ou le congolais Dieudonné Niangouna (Les Inepties Volantes, révélation de leur spectacle en duo lors du Festival d’Avignon In 2009).
Compositeur-improvisateur-performer, il reçoit plusieurs commandes (commande d’état du Ministère de la Culture et de la Communication, commande du festival des Nuits de Nâcre, Commande de Odile Duboc – CCN de Belfort, Commande de Tage der Utopie (Autriche), Commande du festival d’Avignon 2009, Commande de Skertzo.
Parmi ses compositions pour la danse et le théâtre, on peut retenir :
– Trio 03 pour le Centre Chorégraphique National de Belfort (Odile Duboc) Festival Agora-Ircam 2003
– Actes I à III de Mié Coquempot (aide du fonds d’action Sacem), 2008 à 2010
– No Way Out (2004) pour le duo avec Jin Xing (Opéra de Shanghai, France 2, TF1, Casino de Paris, Halle Tony Garnier Lyon)
– Des souffles de vie de Fattoumi- Lamoureux (commande d’état 2001),
– La Madeleine Proust- Haut Débit de Lola Sémonin – à l’affiche depuis 2008,
– Festival d’Avignon 2009 – musique des Inepties Volantes de Dieudonné Niangouna
– En 2012, pour Skertzo (création vidéo projetée sur des monuments historiques), il compose une partie de Beauvais, Cathédrale Infinie visible jusqu’en 2022 et l’intégralité de la création visuelle de Jamais deux fois le même fleuve pour la façade du Capitole de Toulouse.
Durant la saison 2015-2016, en association avec la violoniste Anne Gravoin et le Travelling Quartet, Pascal Contet créera Influences Latines (Le Toboggan à Décines puis en tournée), un parcours sonore autour de tangos anciens arrangés par les compositeurs Tomas Bordalejo et Fernando Fiszbein.
En  juin 2015, Pascal Contet crée son propre label : PLEIN JEU distribué par Socadisc et propose UTOPIAN WIND, 14 titres « comprovisés ».

 

Anne-Emmanuelle Davy

davy-anne-emmanuelle-01p_lazicSoprano
Anne-Emmanuelle Davy étudie au CNSMD de Lyon la flûte traversière (Diplôme National d’Etudes Supérieures Musicales dans la classe de Philippe Bernold en 2004) et le chant lyrique (Certificat d’Etudes Générales dans la classe d’Isabelle Germain en 2007). Elle est titulaire du Diplôme d’Etat et du Certificat d’Aptitude à l’enseignement de la flûte traversière.
Très attirée par le théâtre, elle est de 2011 à 2013 en tournée internationale avec Une flûte enchantée de Peter Brook dans le rôle de Papagena, puis de Pamina. Elle est engagée par Irina Brook comme comédienne/chanteuse pour son spectacle autour de Peer Gynt d’Ibsen, création été 2012 au Festival de Salzburg. Elle collabore régulièrement comme soliste avec l’Ensemble le Balcon (Maxime Pascal), en musique de chambre avec l’Ensemble Cairn (Jérôme Combier, Guillaume Bourgogne) et l’Orchestre de Chambre de Paris, notamment dans le répertoire XX e et contemporain.
Suite à l’Académie Baroque Européenne d’Ambronay (la Première Grâce, rôle chanté/dansé, Ercole Amante, Cavalli, dir. Gabriel Garrido, mise en scène Pierre Kuentz), elle se passionne pour la musique ancienne, travaille avec Les Arts Florissants (William Christie), Correspondances (Sébastien Daucé)… Elle est membre de l’Ensemble Pygmalion (Raphaël Pichon) depuis plusieurs années.
Elle a chanté la Passion selon Saint Matthieu à un par voix avec Les Musiciens du Louvre-Grenoble (Marc Minkowski) ; elle a par ailleurs donné plusieurs récitals (Bach, Haendel) avec l’Atelier des Musiciens du Louvre, et collabore régulièrement avec des membres de l’ensemble en musique de chambre (Stabat Mater de Boccherini pour soprano solo notamment) et l’ensemble Les Accents (Thibault Noally).
Elle chante régulièrement avec le Quatuor Leonis, dans des programmes Mozart, opéra italien (Verdi, Bellini…), contemporain (Chaigne, Kurtàg, Naegelen…)
Elle a chanté également les rôles de la Femme de peine (La Métamorphose, Michaël Levinas, mise en scène Nieto) avec l’ensemble Le Balcon ; Despina (Cosi fan tutte, m. s. Laurent Prat) et Pamina (Die Zauberflöte, Mozart, m. s. Michaël Maïno, Festival Saoû Chante Mozart) avec l’Ensemble Carpe Diem (Jean-Pierre Arnaud) ; Isella (Die Verschworenen, Schubert, m. s. Jean Lacornerie, Opéra de Saint-Etienne, Théâtre de la Renaissance Oullins) avec Les Solistes de Lyon-Bernard Tétu ; Maguelonne (Cendrillon, Viardot, m. s. François Jacquet, Opéra de Saint Etienne) ; la Première Grâce (rôle chanté/dansé, Ercole Amante, Cavalli, dir. Gabriel Garrido, m. s. Pierre Kuentz) à l’Académie Baroque Européenne d’Ambronay ; la Deuxième Servante (L’Amour masqué, Messager, m. s. Ruth Orthmann) et Fortuna (Le Couronnement de Poppée, Monteverdi, m. s. Jose Miguel Arzuaga) au CNSMDL.
Très engagée en musique contemporaine, elle approfondit ce répertoire et collabore avec des compositeurs d’aujourd’hui pour de nombreuses créations. Elle est à l’origine de trois formations, l’Ensemble Alterduft (Pierrot Lunaire de Schönberg), le Trio jet :zt (Three Voices de Morton Feldman) et le Quatuor 4anima (musiques du IXe au XXIe siècles et improvisation).
Parmi ses projets pour les saisons à venir : Orfeo/Je suis mort en Arcadie, rôle de la Messagiera, d’après Monteverdi, m. s. Jeanne Candel et Samuel Achache, création Comédie de Valence et Bouffes du Nord en janvier 2017, puis tournée en France et à l’étranger. Le Crocodile Trompeur/Didon et Enée, reprise du rôle de Didon créé par Judith Chemla, m. s. Jeanne Candel et Samuel Achache, en tournée. Bachianas Brasileiras n° 5 de Villa-Lobos avec Ophélie Gaillard, festival les Nuits Romantiques, Aix-les-Bains, Kafka Fragments de Kurtàg, avec Guillaume Antonini, lors des Rencontres Contemporaines, Lyon. Stabat Mater de Boccherini, avec le quatuor Leonis, Musique Sacrée en Avignon. Seven Stones, Ondrej Adamek, rôle de The Maid, création du Festival international d’Aix en Provence 2018, puis tournée internationale.

 

Julien Decoin

decoin-julienVioloncelliste
Le violoncelle, Julien Decoin est tombé dedans quand il était petit. Très tôt, cet instrument est devenu son compagnon de route, son attribut. Grâce à lui, il a rencontré des pédagogues remarquables (X. Gagnepain, H. Dautry, M. Strauss) dans les plus célèbres conservatoires de France (CNSM de Paris, CRR de Boulogne-Billancourt et Lille).
Il s’est tourné vers la musique de chambre, les Quatuors Voce puis maintenant Leonis, a rencontré encore des personnalités extraordinaires (G. Pichler, Y. Bashmet, O. Py, L. Van Beethoven, M. Merzouki, A. Ascaride, M. Da Silva, M. Chedid, J. Bojko, etc…).
Lors de ses différentes expériences d’orchestre, ce fut encore et toujours des rencontres avec des artistes d’une grande richesse (D. Oren, G. Verdi, J.L. Cobos, P. Boulez…).
Le violoncelle lui a permis de voyager, de découvrir des cultures, des modes de vie, des mondes variés, touchants, raffinés ou durs, violents ou bucoliques.
Le violoncelle en bandoulière, générateur de rencontres, de partage, de découverte et la musique pour seul langage !

 

Alphonse Dervieux

dervieux-alphonseAltiste
Alphonse Dervieux obtient son DNESM d’Alto au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon en 2006 avec la mention très bien à l’unanimité et les félicitations du Jury. Il est depuis l’invité de diverses formations orchestrales : l’orchestre de chambre d’Auvergne et l’orchestre de Besançon et, occasionnellement, comme alto solo à l’orchestre de Dijon et l’orchestre de l’opéra national de Lyon.
Altiste du Quatuor Leonis depuis 2003, il s’est produit avec cet ensemble dans de nombreuses salles de concerts en France mais aussi à l’étranger : Italie, USA, Japon, Chine, Norvège, Espagne, Allemagne, Pays Bas, Serbie, Suisse…
Il a collaboré avec des personnalités artistiques aussi variées que JF Zygel, Claire Desert, Philippe Girard, Scali Delpeyrat, Philippe Berrod, Olivier Charlier, Marie Joseph Jude, Mireille Delunch, David Grimal, Olivier Py ou Ariane Ascaride.
Lauréat du concours international de quatuor à cordes de Genève en 2006, il est également premier prix du concours du jeune musicien et lauréat du concours national des jeunes altistes.
Alphonse Dervieux joue un alto de Stephan Von Baehr depuis 2002.

 

Nicolas Domingues

domingues-nicolasContre-ténor
Après l’achèvement de sa formation supérieure d’interprétation au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon et l’obtention du Diplôme National d’Etudes Supérieures Musicales, Nicolas Domingues se spécialise dans l’interprétation des répertoires baroques et contemporains, notamment avec René Jacobs, Gérard Lesne, Jill Feldman, Rachel Yachar et entame une carrière à rayonnement international.
Cet artiste plein de « sensibilité et de ductilité » ( G. Corneloup – Figaro du 29-03-05) a été amené à se produire en tant qu’alto soliste avec les plus grands ensembles : Les Arts Florissants, La Petite Bande, Les Musiciens du Louvre, Le Seminario Musicale, Elyma, La Chapelle Royale de Versailles, Sagittarius, Les jeunes Solistes, Musicatreize….dans divers continents et dans les plus grands festivals : Aix-en-provence, Fondation Gulbenkian, Festival d’Ile-de-France, Opéra National de Lyon, Lisbonne, Théatre Royal de La Monnaie…. sous la direction notamment de William Christie, Sigiswald Kuijken Gabriel Garrido ou Marc Minkowski.
Il est engagé par l’Opéra National de Lisbonne pour divers rôles enregistrés au disque pour EMI et le label Portugaler, également par la Chapelle Royale Portugaise, l’ensemble Segreis, et la Fondation Gulbenkian. En Espagne, il donne des récitals de musique espagnole du XVIIIe siècle avec l’ensemble La Folia notamment au Musée des Beaux-Arts.
Sa connaissance du répertoire de musique sacrée l’amène à chanter les conduits français du XIII° siècle aussi bien que les plus grandes œuvres sacrées du répertoire italien et allemand (Passions de J.S. Bach ou Messie de Händel) ou que les œuvres majeures du XXe siècle (Messe de Loussier, œuvres de Berio, Ligeti, Fedele, Mâche, Azurza avec l’ensemble Musicatreize).
Ayant bénéficié d’une formation supérieure à la pédagogie au CNSM de Lyon (Formation diplômante au Certificat d’Aptitude à l’enseignement du Chant et Master de Pédagogie) il a obtenu son C.A. de Chant et enseigne au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier depuis 2005.
Il dispense son enseignement avec succès à divers artistes en activité, d’anciens élèves des CNSM et des Ateliers Lyriques, lauréats de Prix Lyriques de l’ARPO, Prix SACEM ou de concours internationaux.

 

Fabrice Durand

durand-fabriceAlto
Fabrice Durand a toujours entendu vibrer les murs de la maison familiale de musique, d’une sœur avide de musique de tout style et toute origine, et d’un frère corniste, éminent pédagogue, interprète et compositeur. Menant plusieurs types d’études à la fois scientifiques et artistiques qui le mènent de Metz à Paris via la Sorbonne, il côtoie les chercheurs de toutes spécialités dont la passion commune est et demeure à jamais la musique. Alors pourquoi refuser la destinée alors que son grand-père paternel, ses grands-oncles et son arrière-grand-père étaient déjà luthiers à Mirecourt ? Cela ne l’empêche pas de continuer à s’intéresser aux sciences sociales, au fonctionnement humain souvent décevant, mais toujours passionnant, la psychologie, la sophrologie qu’il enseignera dès la fin de l’année 2013. Après quelques expériences comme alto solo, notamment à la « Jeune Philharmonie Franco-Allemande », Fabrice Durand est recruté tour à tour à Liège comme tuttiste, à Grenoble comme cosoliste, en passant par Montpellier, puis à l’OLRAP dont il est l’alto solo depuis 20 ans maintenant. Outre l’enseignement qu’il pratique quasiment sans interruption depuis 25 ans avec toujours autant de bonheur, ses expériences de chambriste l’ont amené à jouer avec Dimitry Markevitch, travailler avec le quatuor Bartók, Claude-Henri Joubert, Pierre Pénassou, Maria Vermès, à jouer au sein du quatuor Luthfi, du trio Kodaly, du quatuor Ceria, à jouer en direct à Radio-France, sur France Musique, et enregistrer un certain nombre de CD dont les œuvres pour trios à cordres de Boccherini et Bernardy de Valerne, compositeur du Comtat Venaissin de la fin XVIII e, début XIX e siècle, le quintette avec cor de Georges Barboteu, et l’intégralité des Adagios et Fugues de Bach-Mozart avec Luc Antonini à l’orgue. Son dernier projet est la création, avec sa talentueuse compagne Cordelia Palm, de l’Ensemble Instrumental Kallisté, ensemble musical à géométrie variable.

 

Ensemble AlaCantus

ensemble-alacantusLa passion pour le chant et ses recherches universitaires sur le rapport entre la littérature et la musique conduisent la soprano Andrea Büchel à fonder l’ensemble AlaCantus. Composé de chanteurs solistes et de musiciens professionnels aux parcours internationaux, tous animés par un désir d’excellence collective, le groupe se dédie à servir les grandes œuvres du répertoire vocal allant de Claudio Monteverdi à nos jours.
Le groupe se produisant sans chef, à raison d’un chanteur par voix, chacun met au service de l’ensemble son expérience musicale qui embrasse un très large répertoire et une qualité d’écoute polyphonique exceptionnelle. Un grand but commun : transmettre les émotions et le sens du texte avec raffinement et légèreté et partager avec le public le plaisir de chanter.
Par les ailes du chant, comme le suggère son nom, l’ensemble AlaCantus invite le public à traverser époques et contrées et à prendre l’envol vers des horizons à la fois poétiques et ancrés dans la modernité.

 

Andrea Büchel, soprano
Originaire de Trèves (RFA), diplômée du CRR de Nancy (classe de Christiane Stutzmann) et des universités de Nancy et d’Aix-en-Provence, Andrea Büchel travaille sa voix dès l’âge de 11 ans, se produisant lors de concerts et enregistrements en Allemagne, en Autriche et en Italie.
Elle participe à de nombreuses productions lyriques dans un répertoire allant de Claudio Monteverdi à Alban Berg (Orfeo de Monteverdi, Dido and Aeneas de Purcell, la Dame de Pique de Tchaïkovski, Werther de Massenet, Genoveva de Schumann, Bajazzo de Leoncavallo, Boris Godounov de Moussorgski, Woyzeck d’Alban Berg), tout en abordant le répertoire Mozartien avec Blondchen, Despina, Suzanne, Pamina…
Andrea Büchel multiplie les concerts et enregistrements (Radio France, ZDF, SWF, RTL, NDR, Erato etc.) sous des baguettes aussi réputées que celles de Michel Corboz, Philippe Herreweghe, Jérôme Kaltenbach, Jonathan Schiffman, Pierre Cao, Gilbert Bezzina, Aline Zylberajch, Marcel Ponseele, Benoît Haller et de Martin Gester (Orchestres Symphoniques de la RTL, de l’Opéra de Lyon, de Nancy, de Mayence,… Les Trompettes des Plaisirs, La Chapelle Royale, Mensa Sonora, l’Ensemble Baroque de Nice, Stradivaria, Il Convito, La Fidelissime, L’Académie Sainte Cécile, Il Gardellino, La Chapelle Rhénane, Les Agrémens, L’Orchestre de Chambre de Versailles, Le Parlement de Musique…)
Elle se produit dans les grands Festivals de musique en France et à l’étranger (Festival de Musique Ancienne de Dieppe, Festival d’Art Baroque en Roya-Bévéra, Les Baroquiales, Festival Europa Sacra, Festival inter-religieux de Montpellier, Festival des Cordes Sensibles, Festival Vieux Nice Baroque en Musique, Internationale Händel-Festspiele à Göttingen…) et a été l’invitée de la Schola Cantorum de Bâle.
Spécialisée dans le domaine de la musique ancienne, elle se consacre également à la mélodie française et au lied allemand lors de nombreux récitals, accompagnée par Catherine Courvoisier, Patrick Ayrton, Timothy Roberts (Gabrieli Consort & Players)… Son répertoire s’étend de la musique renaissance jusqu’à la création contemporaine.
Ayant conjugué études musicologiques et littéraires, Andrea Büchel a rédigé plusieurs travaux de recherche sur les interactions entre littérature et musique. Elle anime cours d’interprétation, des conférences et des Master Class, notamment en collaboration avec Monique Zanetti et auprès de Gabriel Garrido.

Monique Zanetti, soprano
Après des études de piano et de musicologie, Monique Zanetti s’oriente vers le chant. Elle commence sa carrière avec la Chapelle Royale et les Arts Florissants. Elle effectue de nombreuses tournées de concerts en France et à l’étranger (Europe, USA, Amérique du Sud, Japon…) dans de grands festivals (Innsbruck, Saintes, Herne, Ambronay, Utrecht, Aix en Provence, Fukuoka…) et participe à de prestigieuses productions d’opéras baroques (Atys, Roland de Lully, Médée de Charpentier, Didon et Enée de Purcell, Orfeo de Monteverdi…) sous la baguette de William Christie, Philippe Herreweghe, Christophe Rousset, Martin Gester, J.C Malgoire, Gustav Leonhardt, Jérôme Corréas, Joël Suhubiette, Jean- Marc Aymes….
Son répertoire s’ouvre également à la musique plus tardive : Les Noces de Figaro de Mozart, Le Médium de Menotti, Werther de Massenet, Pelléas et Mélisande de Debussy, Béatrice et Bénédict de Berlioz, Adrienne Lecouvreur de Cilea… (Opéra Comique, BAM de New York, Opéra de Lausanne, Opéra du Rhin, …) Elle aborde également la mélodie et le lied et se produit en concert avec pianistes et pianofortistes : Patrick Cohen, J.Efflam Bavouzet, Alain Planès, Corine Durous…
En Juin 2012, elle prend la responsabilité artistique de la première édition du festival « Les Voix de Silvacane », dans la fameuse abbaye cistercienne provençale.
Elle a à son actif une discographie de près de cinquante disques enregistrés chez Harmonia Mundi, Erato, Harmonic Records, Opus 111, Et Cetera, Musidisc, Pan classics…Parmi ses récents enregistrements citons le CD « Soleils Baroques » de Rossi avec Les Paladins (dir Jérôme Corréas), Dixit Dominus de Vivaldi avec Francesco Fanna et l’ensemble Pian & Forte, des Airs de cour d’Antoine Boesset avec l’ensemble à Deux Violes Esgales, ainsi que « Les Surprises de l’Amour » de Rameau chez Alpha, et  «  L’art de bien chanter » de Bacilly chez Saphir, qui a obtenu un Orphée d’Or en 2012, dans la catégorie « meilleure initiative discographique ». Son enregistrement  «  Les Leçons de Ténèbres » de Couperin chez le label « Hérisson » a été salué par 4 ffff dans le magazine Télérama. Paru chez Arion : « Ayres and lessons for the Lyra Viol » d’Alfonso Ferrabosco II. Paru en 2016 : « Les Figures de l’Amour » d’André Campra, chez Parnassie Editions.
Passionnée par la pédagogie, Monique Zanetti est régulièrement invitée à animer des stages et masterclasses de musique ancienne en France et à l’étranger (Versailles, Rio de Janeiro, Juiz de Fora Buenos Aires, Tokyo, Fukuoka, festival de Wallonie…).

Pierre Guiral, baryton-basse
Pierre Guiral est un artiste au parcours singulier.
Après avoir étudié la flûte traversière, la direction d’orchestre, la musique de chambre, l’électroacoustique et la composition, il découvre le répertoire vocal et entreprend des études de chant. Sa formation l’amène à se perfectionner auprès de nombreux professeurs, metteurs en scène et chefs d’orchestre. Titulaire du Certificat d’Aptitude de directeur de conservatoire, il obtient également un Master de pédagogie au Conservatoire National Supérieur de Paris.
Aujourd’hui, il se produit régulièrement comme soliste en France et à l’étranger. Son répertoire s’étend des périodes baroques (Roi Arthur de Purcell – Cantates – Magnificat- Oratorio de Noël de Bach – La Serva Padrona de Pergolèse) ou classiques et romantiques (Les sept dernières paroles du Christ et Stabat Mater de Haydn, Messes de Schubert, Stabat Mater de Dvorak, Requiem de Fauré) jusqu’aux compositions du XXe siècle (Les chansons Madécasses de Ravel, Requiem de Duruflé, Le Bal Masqué de Poulenc), sans oublier les contemporains (Récitations d’Aperghis, Aria de Cage). Il interprète également des rôles d’Opérette et d’Opéra (Don Alfonso, Cosi Fan Tutte de Mozart, Monsieur Choufleuri, Le Vice-Roi du Pérou, Le Baron de Gondremark chez Offenbach… )
Pierre Guiral est actuellement le directeur de l’Opéra Grand Avignon.

 

Ensemble vocal Campana

Direction Jean-Paul Joly
L’Ensemble vocal Campana, créé en 1987 par Jean Paul Joly, professeur de formation musicale et de chant choral au C.R.R. Olivier Messiaen du Grand Avignon de 1979 à 2005, est un chœur de chambre, à voix mixtes, organisé sur quatre pupitres comprenant chacun de trois à cinq chanteurs. Ce chœur utilise les compétences vocales et musicales de choristes confirmés, de professionnels de l’enseignement de la musique, grâce à quoi le travail sur le son, sur la justesse et sur le timbre vocal peut être plus affiné que dans la situation chorale traditionnelle.
Pas de spécialisation de styles musicaux pour ce chœur, qui visite les musiques vocales depuis le Moyen Age jusqu’à la musique contemporaine et le jazz.
Le Chœur de Chambre Campana se produit dans le Vaucluse, et au-delà, dans la région PACA.

 

Ensemble vocal La Passacaille

ensemble-vocal-la-passacailleDirection Françoise Espitalier
Depuis janvier 1982, “La Passacaille”, choeur composé de 25 chanteurs amateurs se produit dans la région, abordant chaque saison des productions d’époques, de styles, d’origines différentes… en fonction des propositions qui lui sont faites ou de l’humeur de son chef Françoise Espitalier, professeure agrégée d’éducation musicale et chant choral, formée à la direction par Hélène Guy, Philippe Caillard et Pierre Cao.
Très tôt, les qualités musicales autant qu’humaines du groupe ont été remarquées et ont attiré auprès de lui des chefs reconnus et des formations célèbres comme :
– L’orchestre Jean-François Paillard avec lequel il a interprété le “Requiem” de Mozart mais aussi des oeuvres de Fauré et Vivaldi.
– L’OLRAP (orchestre d’Avignon et des pays de Vaucluse) sous la direction de François-Xavier Bilger pour la “Cantate de Noël” d’Honegger en 1992 et avec les mêmes partenaires, le « Stabat mater » de Scymanovski.
– L’orchestre de chambre de Provence (dirigé par Clément Zaffini) pour un programme Bach.
– L’orchestre de chambre A Campra d’Aix En Provence (dont les chefs ont été successivement Michel Labrosse, Sibyle Devesa, et Adel Toualbi) avec des oeuvres de Haendel, Buxtehude, Purcell….
– L’orchestre sud-américain “El Pueblo” pour la “Misa Criolla” de A. Ramirez donnée dans le sud-est de la France.
– L’orchestre symphonique de Roumanie pour la musique du film d’Eisenstein : “Alexandre Nevski” en direct avec la projection du film.
– L’ensemble des percussions du Conservatoire de Musique d’Avignon pour les “Carmina Burana” de C. Orff.
– L’ensemble aixois baroque « les Festes d’Orphée », dirigé par Guy Laurent pour deux re-créations d’œuvres d’un compositeur aixois : C.M. Pellegrin dans un programme baroque comportant aussi le  « Gloria » de Vivaldi.
– L’orchestre des jeunes de Provence, dirigé ce soir-là par Michel Camatte, directeur du conservatoire d’Aix en Provence, dans un programme romantique.
Mais cet ensemble s’est également produit a cappella dans un répertoire du moyen-âge ou de la renaissance, ou encore, soutenu par de tout petits effectifs instrumentaux, pour les « Valses d’amour » de Brahms ou une version très libre de l’ «  Orfeo » de Monteverdi.
Sans oublier un programme très ludique : « La Passacaille s’encanaille » abordant des oeuvres pastiches brillamment accompagnées par le pianiste marseillais Pierre Iodice.
Ce choeur a été invité au :
– « Printemps Musical d’Aix »,
– « Festival des Musiques d’Amérique du Sud »,
– En Allemagne, sur les bords du lac de Constance, par deux fois,
– A Stockholm, à l’automne 2007 où il s’est produit au musée de la musique.
Il a accepté deux tournées organisées par le Conseil Général des Bouches du Rhône qui par ailleurs le soutient très régulièrement.
Enfin, sous la direction du compositeur Raoul Lay, l’ensemble a participé à la création de « La jeune fille aux mains d’ argent », pour orchestre, récitant et choeur, et l’a donné plusieurs fois dans les Bouches-du-Rhône.
Des solistes professionnels sont toujours associés à ces productions, assurant à l’ensemble qualité, homogénéité de chaque concert, régulièrement encouragé par la presse. Nous ne pouvons les citer tous mais on peut compter parmi eux : Elisabeth Camatte, Jacques Losse, Richard Taylor, Laure Florentin, Sylvie-Claire Vautrin, Pierre Guiral …. et les pianistes Lucette et Jean-Claude Gérard.
Ces deux dernières années, cet ensemble s’est produit en Avignon et à Villeneuve pour une musique spirituelle du soir consacrée à Noël, avec des œuvres de Buxtehude, Haendel et Charpentier, accompagné par des professeurs du conservatoire de la ville et a obtenu un franc succès auprès d’un public très nombreux.

 

Ensemble vocal Minerva

Direction Petra Ahlander
Le groupe vocal Minerva est principalement constitué de femmes de la classe de chant de l’école de musique municipale de Clermont l’Hérault, où Petra Ahlander enseigne depuis 1998, et de femmes issues du Chœur d’Assas qu’elle dirige depuis 2011.
Petit à petit, un noyau solide s’est formé au sein de cet ensemble, qui chaque année est renouvelé par de nouvelles élèves motivées.
L’ensemble participe régulièrement à des manifestations diverses dans l’Hérault et a aussi chanté à Avignon, à quelques reprises, notamment au sein des Automnales de l’Orgue et dans le cycle de musiques sacrées du Festival d’Avignon.
Leur répertoire est très varié et les chants du XIIe siècle ou de la renaissance sont abordés avec autant de plaisir et désir d’apprendre que la musique des XXe et XXIe siècles en passant par les auteurs baroques, classiques ou romantiques…

 

Ensemble vocal Olivier Messiaen

ensemble-vocal-olivier-messiaenDirection Jean-Paul Joly
L’ensemble vocal Olivier Messiaen a été créé en 1982 par Jean Paul Joly, professeur certifié de chant choral et de formation musicale au conservatoire de musique d’Avignon.
Cet ensemble s’est donné comme objectif d’offrir un lieu de formation vocale pour des chanteurs amateurs, et de jalonner ce chemin de réalisations musicales soit a cappella, soit accompagnées par un orchestre. Il a vocation de s’ouvrir largement aux œuvres polyphoniques vocales de la Renaissance à nos jours, en musique sacrée ou profane. Les activités musicales de l’ensemble vocal Olivier Messiaen se développent principalement sur Avignon et en Vaucluse, mais aussi au-delà, en région PACA, et en partenariat avec d’autres chœurs. Son travail des années récentes met l’accent sur la musique chorale des XIXe et XXe siècles. L’ensemble vocal fait participer à ses réalisations musicales, des solistes vocaux professionnels de la région, et collabore régulièrement avec l’OLRAP, orchestre lyrique du Théâtre d’Avignon.

 

Rachel Faucon

faucon-rachelPercussionniste
Rachel Faucon fait ses études au Conservatoire de musique d’Avignon, puis au Conservatoire Supérieur de Paris où elle obtient un 1er prix de percussions en 1998.
Elle aborde différents styles musicaux : musique sacrée, musique de chambre, orchestre symphonique, mais aussi variété, théâtre musical.
Elle se produit en France et notamment en région PACA, mais également à l’étranger.
Depuis 1993, elle participe à des tournées de théâtre musical dont « Le livre de Christophe Colomb », « Sappho »…
En 2000, elle joue en soliste à l’opéra d’Avignon, spectacle du ballet de l’opéra d’Avignon avec le danseur hip-hop contemporain T. Benhamara.
En 2001, création de « Constellations », quintette composé de trois pianistes et deux percussionnistes. Des concerts sont donnés, notamment à l’opéra d’Avignon en 2004.
De 2002 à 2005, elle se produit dans « Les timbrées », quintette de percussions. En 2010, elle joue en soliste dans « Le Petit prince » de L. Petit Girard à l’opéra d’Avignon.
En 2016, création de Hera, ensemble composé d’une chanteuse flamenco, d’une chanteuse lyrique, d’une percussionniste, une harpiste, une guitariste et une violoniste (Cordelia Palm, super-soliste de l’ORAP).
Rachel Faucon participe à la musique de scène des Chorégies d’Orange depuis 1997 et est percussionniste supplémentaire à l’ORAP depuis 1990.
Titulaire du Diplôme d’Etat de l’enseignement de percussions, elle enseigne au Conservatoire de Carpentras.

 

Simon Fournier

fournier-simonTrompettiste
Né à Angers, Simon Fournier obtient la Médaille d’Or de Trompette au Conservatoire d’Angers en 1990, à l’âge de 16 ans, un Prix de Perfectionnement et un Prix de Musique de Chambre l’année suivante. Puis il se perfectionne dans la classe de Guy Touvron – concertiste international – et au Département de Préparation aux Métiers d’Orchestre du Conservatoire Supérieur de Paris. Il obtient le Premier Prix de Trompette en 1992 et le Prix de Perfectionnement à l’unanimité en 1993.
Il forme l’Orchestre de Chambre « La Camerata d’Anjou » en 1993, ensemble qu’il dirige et pour lequel il joue en soliste. Il a notamment dirigé « La Messe du Couronnement » de Mozart ainsi que trois cantates de Bach.
Depuis 1989, il est concertiste en duo trompette et orgue, il joue régulièrement avec Jean-Pierre Lecaudey, organiste titulaire de Saint-Rémy-de-Provence. Il a enregistré deux compact-disc « Concert Royal » en 1994 et « Bis Royal » en 1997 et vient d’enregistrer « Florilège » avec Jean-Pierre Lecaudey à Saint-Rémy-de-Provence.
Trompettiste du Quatuor de Cuivres « Quadra’ Coustiq » (sur instruments Besson), il a participé à des émissions de France 2 et France 3 et Radio France. Il a joué en soliste en Allemagne avec divers orchestres, au Festival de Salzbourg et en Italie avec « I Solisti Veneti » et Guy Touvron. Il participe au Grand Ensemble de Cuivres Guy Touvron qui s’est produit plusieurs fois au Festival de la Chaise Dieu. Il joue régulièrement dans différents orchestres français et étrangers.
En 1997, il se produit avec Maurice André en Allemagne, en France au Festival Classique de Haute Provence et au Festival International d’Antibes avec l’Orchestre Régional de Cannes sous la direction de Philippe Bender.
Soliste, il a participé au Festival International du Jeune Soliste d’Antibes avec l’Orchestre des Solistes de Moscou-Montpellier, sous la idrection de Frédéric Lodéon. Il a également participé avec l’Orchestre des Solistes de Moscou sous la direction de Youri Bashmet aux Semaines Musicales de Tours en juillet 2000.
Il a fondé son Quintette de Cuivres avec de très talentueux musiciens professionnels issus des grands conservatoires français, ainsi que Les Trompettes du Roy (sur instruments baroques).
Il obtient en janvier 1999 le Certificat d’Aptitude de Professeur de Trompette. Il est professeur de trompette au Conservatoire de Pontault-Combault (77) et Directeur du Conservatoire Municipal de Musique Danse Théâtre et Beaux Arts de Roissy-en-Brie ainsi que trompette-solo de l’Orchestre Symphonique de l’Aube.

 

Julien Freymuth

freymuth-julienContre-ténor
Julien Freymuth est né à Colmar en 1982. Il débute ses études musicales avec Arlette Steyer à la Maîtrise de Garçons de Colmar. Il obtient par la suite le diplôme de spécialisation en chant baroque au Centre de Musique Baroque de Versailles puis le DEM au conservatoire de Versailles dans la classe de Gaël de Kerret.
Il participe à de nombreuses masterclasses avec Robert Expert, Alain Buet, Peter Kooij, Maarten Koningsberger, Andreas Scholl et Gérard Lesne.
Depuis, il a eu l’occasion de chanter sous la direction de nombreux chefs tels que Gustav Leonhardt, Ton Koopman, Hervé Nicquet, Philippe Herreweghe, Christophe Rousset, Jean Tubéry, Joshua Rifkin, Olivier Schneebeli, Benoît Haller, Hans Michael Beuerle, Raphaël Pichon, Jean-Claude Malgoire, François-Xavier Roth, Sébastien Daucé, Léo Warynski, Laurent Gendre, Andreas Scholl et Françoise Lasserre.
Il participe à de nombreux enregistrements « Passio secundum Johannem » (Zigzag territoires 2010), « Vivat Leo » (Challenge Classics, Diapason d’Or novembre 2011), « Passionskantaten » de Graupner (Carus 2011), « Musiques sacrées à Versailles » (K617-2012), « Messiah » de Haendel (label K617-2012), « Weihnachtsoratorium » de JS Bach (Johannes Gutenberg-Universitat Mainz 2013).
En 2013, grâce aux Masterclasses de l’Académie des Lumières (Lunéville), il fait la rencontre de Gérard Lesne et Andreas Scholl. Une collaboration étroite commence alors avec ces deux artistes.
Il est finaliste au Concours de Chant Baroque de Froville. Sur les conseils d’Andreas Scholl, il rejoint le projet « Barock Vokal » à l’université de Mayence.
En 2014, on a pu l’entendre dans « l’Orfeo » de Monteverdi à l’opéra de Nancy ainsi qu’à la salle Pleyel avec les Talens Lyriques, dans la « Passion selon Saint Mathieu » de JS Bach dirigée par Michael Hofstetter. Il a aussi chanté au festival « Itinéraire Baroque » sous la direction de Ton Koopman et s’est produit au festival « Forum Alte Musik » de Francfort dans la cantate profane de Bach « Herkules am Scheideweg » BWV 213 dirigé par Konrad Junghänel et dans « Weihnachtshistorie » de H. Schütz sous la direction d’Andreas Scholl.
En 2015, il est soliste dans le « Messie » de Haendel avec l’ensemble Orlando-Fribourg, dans la « Messe en si » de JS Bach avec la Chapelle Rhénane et enfin dans le « Dixit Dominus » de Haendel avec Les Métaboles. Il chante les « Chichester Psalms » de Bernstein à Mayence sous la direction de Felix Koch et prête sa voix à la création du mapping vidéo « Cold Song » des Dominicains de Haute Alsace.
Parmi les projets de l’année 2016, on pourra l’entendre notamment au Festival Valloire Baroque avec son ensemble Quintadena, au Festival de Musique Ancienne de Ribeauvillé avec le consort de violes Sestina Consort ainsi que dans « l’Oratorio de l’Ascension » BWV 11 de JS Bach à Berlin, Francfort et Mayence. Il donnera de nombreux récitals à travers la France et continuera sa collaboration avec l’ensemble Orlando-Fribourg.

 

Josquin Gest

gest-josquinAlto
Josquin Gest débute le chant à l’âge de 11 ans au sein de la maîtrise de Seine-Maritime, dirigée par Jean-Joël Duchesne. Il y restera neuf ans, période durant laquelle il développera un goût pour le travail en ensemble, une passion pour la musique polyphonique, et fera ses premiers pas comme soliste en interprétant par exemple le Pie Jesu dans le Requiem de Gabriel Fauré.
Plus tard il entre au « Jeune Chœur de Paris » dirigé par Laurence Equilbey et Geoffroy Jourdain, période durant laquelle il approfondira ses connaissances dans le travail choral et dans la connaissance du répertoire, principalement romantique et contemporain.
Il obtient parallèlement une licence de musicologie à la Sorbonne. C’est là qu’il connaît ses premières expériences de direction de chœur avec Denis Rouger et Isabelle Morel.
Après des débuts en baryton, sa passion pour la musique ancienne le pousse à explorer la voix de contre-ténor. Il poursuit ses études dans ce sens au Centre de Musique Ancienne, département de la HEM de Genève, dans la classe de Béatrice Cramoix puis de Lucien Kandel. Il obtient en 2012 un Master en pédagogie musicale.
Sa passion pour la polyphonie vocale l’amène à se produire avec plusieurs ensembles (Musica Nova, Epsilon, Les Voix Animées, l’Académie vocale de Suisse romande, le chœur de chambre de Namur…), sous la direction, entre autres, de Gabriel Garrido, Leonardo Garcia Alarcon, Ton Koopman…
Il prend également beaucoup de plaisir à se produire en soliste dans des œuvres telles que le Requiem de M. Haydn, la cantate BWV170 de J.S. Bach pour alto solo, le Dettingen Te Deum de Haendel… ou des opéras comme L’incoronazione di Poppea de Monteverdi (rôle de la Nutrice) ou Apollo e Hyacinthus de Mozart (rôles d’Apollo et de Zephyrus).
Enfin, il s’ouvre également volontiers à la création et à la collaboration avec des compositeurs. On a pu notamment l’entendre dans la pièce Presse d’Oriol Saladrigues en 2011.

 

Aliénor Girard

girard-alienorHarpiste
Aliénor Girard-Guigas débute son apprentissage de la harpe avant ses six ans au Conservatoire d’Avignon. Elle y obtient la médaille d’or de harpe à l’unanimité du jury en 2001.
Elle se perfectionne ensuite au cours de masterclasses et de stages auprès de Suzanne Mildonian, Marie-Claire Jamet, Isabelle Moretti, Fabrice Pierre et Marie-Pierre Langlamet. En 2004, elle remporte successivement le Premier prix (Degré Supérieur) au concours européen de Picardie, et le Premier prix à l’unanimité du jury (degré Honneur) au Concours International de l’U.F.A.M. Elle est ensuite invitée à participer à l’Académie Musicale de Villecroze l’été de cette même année.
Parallèlement, Aliénor termine une licence en droit privé à l’Université d’Avignon.
Décidant alors de se consacrer pleinement à la musique, Aliénor Girard-Guigas intègre premier nommé la classe de Fabrice Pierre au CNSM de Lyon. Elle y obtient en juin 2008 son diplôme (DNESM) avec la mention Très Bien.
Aliénor a développé depuis son répertoire musical au sein de l’Orchestre Français des Jeunes, de l’Orchestre du CNSM de Lyon, de l’ensemble Enoris, de l’Orchestre d’Auvergne, du Philarmonia de Lyon, de l’Orchestre Symphonique de Saint Etienne, l’Orchestre de la Musique de l’Air, de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France et se produit régulièrement à l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence ainsi qu’à l’Orchestre de l’Opéra de Lyon. Depuis 2009, elle est harpiste au sein du 7AO (7th Art Orchestra) composé de cuivres, de harpes et de percussions, ensemble qui revisite les bandes originales de films. Elle a joué sous la baguette de chefs prestigieux tels que Michel Plasson, Gilbert Amy, Jean-Claude Casadessus, Jean-Jacques Kantorow, Leonard Slatkin, Jun Märkl, Evelino Pido, Rolf Reuter, Emmanuel Krivine, Mikko Franck, Kazushi Ono…) et dans des cadres variés tels que ceux du Festival Berlioz, du Festival de La Chaise-Dieu, des Nuits de Fourvière, des Chorégies d’Orange, du Festival de Besançon, de la Cité de la Musique, du Palais des Papes d’Avignon, du Konzerthaus de Berlin, du Symphony Hall de Birmingham, du Yokohama Minato Mirai Hall, du Aichi Prefectural Art Theater de Nagoya ou du Tokyo Opera City.
Son attrait pour la musique de chambre l’a enfin conduite à jouer notamment avec l’ensemble à cordes Mare Nostrum, l’ensemble Carpe Diem, la Camerata Franz Schubert ou l’ensemble Sylf (Symphonie Loire-Forez) ; en formation Chœur Harpe ou en duo Flûte et Harpe avec Jean-Michel Demigné et Michel Lavignolle ; enfin en quintette avec ses cousins le prometteur quatuor à cordes Girard (Danses de Debussy et Conte fantastique de la mort rouge de Caplet). Elle privilégie également le duo Violon et Harpe, avec Cordélia Palm (super soliste de l’OLRAP), dans une formation que les deux musiciennes proposent au public mélomane très régulièrement depuis dix ans. Leur entente musicale les a conduites à élargir leur formation en sollicitant la complicité de Fabrice Durand, alto solo de l’OLRAP.

 

Yvelise Girard

girard-yveliseTromboniste
Yvelise Girard débute le trombone à huit ans au Conservatoire du Mans dans la classe de Guy Ferrand. Son professeur suit avec beaucoup d’attention ses études et l’accompagnera jusqu’au concours d’entrée au CNSM de Paris où elle sera admise à 17 ans. Deux années plus tard elle obtient le 1er prix de trombone, puis le 1er prix de musique de chambre. Elle est alors la première femme à avoir obtenu ces récompenses.
Elle participera à différents concours internationaux où elle sera demi-finaliste à Prague et obtiendra un 2ème prix à Ancone (Italie).
Trombone solo aux Concerts Lamoureux et à l’Orchestre de la Police Nationalle elle est ensuite nommée professeur au Conservatoire de Cambrai.
En 1983, Henri Dutilleux lui demande d’interpréter son concerto Choral Cadence et Fugato dans le cadre du Festival Estival de Paris. Elle sera accompagnée par le compositeur. La même année, elle est nommée trombone solo à l’Orchestre de l’Opéra de Lyon dirigé par John Eliot Gardiner, ce qui pour les besoins des œuvres lui permet de se perfectionner au trombone alto et à la sacqueboute qu’elle affectionne particulièrement.
Elle participe régulièrement aux concerts de l’Ensemble Vocal de Lausanne sous la direction de Michel Corboz et elle est trombone solo à l’Orchestre des Musiciens du Louvre sous la direction de Marc Minkowski et participe à de nombreux festivals (Salzbourg, Bremen, Dortmund, Cracovie, Barcelone, Valencia, Madrid, Séoul, Tokyo, Osaka, etc…)
Après avoir mis au monde deux beaux garçons, une longue réflexion en 2000 l’oblige à choisir entre un poste de professeur de trombone au Conservatoire National de Région de Lyon et son poste de l’Orchestre de l’Opéra de Lyon. Elle opte alors pour le poste de professeur afin de se consacrer à ses enfants et à l’enseignement, en laissant une place à ses récitals.
Elle parcourt le monde entier pour donner des concerts en soliste et des classes de maître : Yéréven (Arménie), Buenos-Aires (Argentine), Damas (Syrie), Montréal, etc… et chaque année elle s’envole pour le Japon où elle est chargée de cours à l’ESA (Conservatoire of music and winds instruments).
En 2002 elle crée l’ensemble « Trombone Assaï » composé de 8 à 10 trombonistes, essentiellement ses élèves et aussi des élèves du Conservatoire National Supérieur de Lyon, classe de Michel Becquet et Alain Manfrin. Cet ensemble a acquis une solide réputation et un premier CD a été gravé en 2004. Le second CD sera sur la musique baroque au trombone alto avec Carine Clément à l’orgue en 2007.
Depuis 2009, elle est professeur au Conservatoire d’Avignon et toujours trombone solo à l’Orchestre des Musiciens du Louvre.
Son ensemble « Trombone Assaï » est actuellement constitué de ses collègues de la région lyonnaise tous issus du Conservatoire supérieur de Lyon, trombonistes dans les orchestres de Lyon et sa région ou enseignants dans les conservatoires. L’Ensemble sera invité à Paris pour l’International Trombone Association début juillet 2012, puis Marseille juillet 2016, en 2014 une tournée au Japon et différents concerts en France. Prochainement Trombone Assaï se déplacera à New York et en Amérique Latine.
Son message : faire découvrir le trombone avec émotion et passion.

 

Ludivine Gombert

gombert-ludivineSoprano
Ludivine Gombert a commencé très tôt ses études de chant et s’est formée en cours particuliers auprès de Claude Poulain de la Fontaine. Elle a par ailleurs, travaillé en master-classes avec la soprano italienne Luisa Maragliano, et se perfectionne actuellement à Berlin auprès d’Abbie Furmansky.
La jeune soprano française est finaliste du Concours de la ville de Béziers, Premier Prix du Concours Muses de Nice, Premier Prix du Concours Lyrique de Crest et Prix Jeune Espoir au Concours International de Marmande.
Pendant la saison 2010-2011, Ludivine Gombert chante le rôle d’Amour dans Pygmalion (Cherubini) au Festival de Musique Baroque en Avignon, Micaëla dans Carmen à l’Opéra de Reims, Barberine dans Le Nozze di Figaro à l’Opéra Grand Avignon et la Sacerdotessa dans Aida aux Chorégies d’Orange. A l’Opéra Grand Avignon, elle se produit dans la Sacerdotessa dans Aida (Verdi), Ida dans Die Flerdermaus (Strauss), ) Malou dans l’opérette Un de la Canebière (Scotto), et avec la maîtrise de l’Opéra, interprète le rôle de Rowan dans Le Petit Ramoneur (Britten)..
En 2012-2013, à l’Opéra de Massy, elle est Susanna dans Le Nozze di Figaro (Mozart), rôle qu’elle reprend dans une mise en scène de Jean-Paul Scarpitta en septembre et octobre 2012. La même année, elle est Inès dans Il Trovatore, Annina dans La Traviata et pour les dernières fêtes de fin d’année, Nadia Popoff dans La Veuve Joyeuse. Elle participe également en janvier 2013 au Concert du Nouvel An dirigé par Robert Tuohy avec l’Orchestre National de Montpellier. Cette même année, elle est aussi Barena dans Jenufa de Janacek, et reprend le rôle de la Sacerdotessa à l’Opéra de Marseille.
En 2014, elle est Pomme d’Api dans Pomme d’Api d’Offenbach à l’Autre Scène (Vedène) et se produit dans Tremplin Jeunes Chanteurs, concert qui a été redonné début décembre au Théâtre du Bolchoï à Moscou. Elle s’est également produite à l’Eglise Saint-Didier à Avignon dans l’Ave Maria et le Requiem de Gounod, à l’Opéra Grand Avignon dans le rôle de Vincenette (Mireille), et dans un apèr’Opéra.
Ludivine Gombert est fréquemment invitée à chanter le répertoire sacré comme le Requiem de Schumann, le Stabat Mater de Pergolèse, la Petite Messe Solennelle et le Stabat Mater de Rossini, les Vêpres Solennelles d’un Confesseur et Thamos de Mozart ainsi que les Bachianas brasileiras de Villa-Lobos dans le cadre des Rencontres de Violoncelle de l’Isle-sur-la-Sorgue. Elle poursuit parallèlement une activité de récitaliste qui l’a vue se produire à de nombreuses reprises dans la région Provence Alpes Côte-d’Azur (Nîmes, Orange, Avignon…) mais aussi à l’Opéra National de Montpellier aux côtés d’artistes comme Françoise Garner, Philippe Do et Alain Fondary. A l’étranger, elle donne des récitals dans les villes de Wolfsburg (Autostadt) en Allemagne, Londres et Liverpool (European Center) au Royaume-Uni.
En mai dernier, elle s’illustre dans le rôle de Mimi dans La Bohème de Puccini à l’Opéra de Reims, puis chante Summertime lors de Musiques en fête au Théâtre Antique d’Orange ainsi que le rôle d’Inès dans Il Trovatore de Verdi aux Chorégies d’Orange, en novembre, celui de Desdemona dans Otello de Verdi à l’Opéra de Massy et le rôle d’Antonia dans L’Homme de la Mancha à l’Opéra Grand Avignon, puis se produira dans le rôle de Pauline dans La Vie Parisienne à l’Opéra de Marseille.
Parmi ses projets à Avignon, notons en janvier 2016 Anna Kennedy dans Maria Stuarda (Donizetti), et Micaëla (Carmen) en juin.

 

Walter Grimmer

grimmer-walterVioloncelliste
Walter Grimmer travaille avec Maurice Gendron et suit des cours de perfectionnement avec Pablo Casals et Enrico Mainardi. Il est nommé à 26 ans violoncelle solo de l’Orchestre de Berne. Il a effectué de nombreuses tournées en qualité de soliste avec la Camerata de Berne. Il a été membre du célèbre Quatuor de Berne. Il a créé de très nombreuses œuvres dont bon nombre lui sont dédicacées. Il a enseigné en Europe, en Egypte, en Corée, au Japon et en Chine, et a été membre de jurys de prestigieux concours. Il a dirigé une classe de violoncelle et une classe de musique de chambre dans les Musikhochschule de Berne et de Zurich. Il a enregistré l’intégrale des trios de Mozart et toutes les œuvres pour cordes et piano de Schubert, ainsi que les sonates de Brahms.
Depuis quelques années, Walter Grimmer s’est installé à Malaucène.

 

Thierry Guelfucci

guelfucci-thierryHautboïste
Thierry Guelfucci est cor anglais solo de l’Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence. Il se produit dans différents festivals internationaux, avec la pianiste Cosima Favier, et le quatuor Sine Nomine.
Compositeur, il a publié un recueil intitulé «Suite Cévenole» pour deux hautbois qu’il a enregistré avec Christophe Hartmann, hautbois solo de l’Orchestre Philarmonique de Berlin.
Il compose «Du soir au matin», suite pour piano solo, musique originale du DVD consacré au sculpteur Daniel Grobet, ainsi que deux pièces de musique de chambre données en Avignon, « Respiration continue  pour trio à cordes et cor anglais , et « Mozaïque d’anches » pour trio à vent.
Il écrit une suite pour seize instruments intitulée « Les perversions du pouvoir », inspirée de « Sang et Rose », spectacle du festival d’Avignon.
Il met en musique trois psaumes pour orgue joués à l’occasion du 400e anniversaire du Temple réformé de Vialas en Lozère.

 

Pierre Guiral

guiral-pierreBaryton-basse
Pierre Guiral est un artiste au parcours singulier.
Après avoir étudié la flûte traversière, la direction d’orchestre, la musique de chambre, l’électroacoustique et la composition, il découvre le répertoire vocal et entreprend des études de chant. Sa formation l’amène à se perfectionner auprès de nombreux professeurs, metteurs en scène et chefs d’orchestre. Titulaire du Certificat d’Aptitude de directeur de conservatoire, il obtient également un Master de pédagogie au Conservatoire National Supérieur de Paris.
Aujourd’hui, il se produit régulièrement comme soliste en France et à l’étranger. Son répertoire s’étend des périodes baroques (Roi Arthur de Purcell – Cantates – Magnificat- Oratorio de Noël de Bach – La Serva Padrona de Pergolèse) ou classiques et romantiques (Les sept dernières paroles du Christ et Stabat Mater de Haydn, Messes de Schubert, Stabat Mater de Dvorak, Requiem de Fauré) jusqu’aux compositions du XXe siècle (Les chansons Madécasses de Ravel, Requiem de Duruflé, Le Bal Masqué de Poulenc), sans oublier les contemporains (Récitations d’Aperghis, Aria de Cage). Il interprète également des rôles d’Opérette et d’Opéra (Don Alfonso, Cosi Fan Tutte de Mozart, Monsieur Choufleuri, Le Vice-Roi du Pérou, Le Baron de Gondremark chez Offenbach… )
Pierre Guiral est actuellement le directeur de l’Opéra Grand Avignon.

 

Jacques Jarmasson

jarmasson-jacquesTrompettiste
Né en Avignon en 1951, Jacques Jarmasson entre au Conservatoire National de Musique Olivier Messiaen dès l’âge de 8 ans pour apprendre le solfège.
Deux ans après commence son initiation à la trompette, instrument auquel il se destine.
Après 6 ans d’étude il obtient le 1er prix du Conservatoire, qui sera suivi d’une année de perfectionnement. Il est alors âgé de 18 ans et va à Paris, où il présente avec succès le concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique dans la classe de Maurice André. Trois ans après, en 1972, il obtient son Premier Prix (premier nommé) du Conservatoire. Cette réussite aussi rapide confirme sa vocation et son talent.
Après cette 1ère étape Jacques Jarmasson a 21 ans. Dès lors commence pour lui une carrière internationale de soliste.
Il est appelé dans de très nombreux orchestres comme soliste et il crée le quatuor de trompettes de Provence, formule inédite au sein de laquelle Jacques Jarmasson puise un grand bonheur tant musical qu’humain. Entre temps il obtient en 1974 son C.A. (certificat d’aptitude) à l’enseignement dans les Conservatoire Nationaux et commence sa carrière de pédagogue au Conservatoire National de Valence où il dirige également l’Harmonie Municipale.
Trompette solo de l’orchestre de chambre de Marseille pendant plus de dix ans dirigé par Clément Zafini, il est aussi souvent invité par des ensembles prestigieux comme l’orchestre de chambre de Zurich, l’orchestre Jean-François Paillard, ou l’orchestre National de Toulouse et l’OLRAP (Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence) pour interpréter notamment le fameux 2ème concerto Brandebourgeois de Jean-Sébastien Bach ou les grands Oratorios (Magnificat, Messe en Si de Bach, Messie de Haendel, etc…). Cependant, c’est la formule « Trompette et Orgue » qui le fera connaître du grand public, avec une soixantaine de concerts par an et de nombreux enregistrements. Sa collaboration avec Bernard Heiniger, organiste à l’Eglise Française de Bienne (Suisse) et professeur au Conservatoire de Musique de cette même ville, a pris naissance dès 1976.
En 1982 il devient professeur au Conservatoire d’Avignon par voie de mutation, puis directeur de ce même établissement en 1992.
Jacques Jarmasson est actuellement Directeur du Département Musique au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.
Un critique a écrit sur lui les mots suivants à propos d’un CD :
« Jacques Jarmasson, artiste sensible, au phrasé très sûr, à la sonorité ensoleillée, comme sa Provence natale, d’une grande musicalité, servie par une technique de haut niveau, charmera les auditeurs de ce CD. Il a inscrit à son répertoire les œuvres les plus belles, mais aussi les plus délicates. Il a participé à des enregistrements de qualité et il est considéré comme l’un des meilleurs trompettistes français d’aujourd’hui ».

 

Jean-Paul Joly

joly-jean-paulChef de chœur
Professeur certifié de formation musicale et de chant choral au C.R.R. Olivier Messiaen du Grand Avignon de 1979 à 2005, Jean-Paul Joly crée en 1983 l’ensemble vocal Olivier Messiaen, ouvert à des choristes amateurs ; depuis, ce chœur s’est produit régulièrement en Avignon et au-delà.
En 1987, Jean-Paul Joly crée le chœur de chambre Campana, pour quinze à vingt choristes, chanteurs et musiciens confirmés ; ce chœur se produit seul ou associé à l’ensemble vocal Olivier Messiaen.
Jean-Paul Joly est également arrangeur et compositeur ; son domaine d’écriture musicale privilégié est bien entendu la musique polyphonique vocale.

 

Gabriella Kovacs

kovacs-gabriellaVioloniste
Soliste à l’Orchestre Lyrique de la Région Avignon-Provence.
Gabriella Kovacs est diplômée (avec félicitations du jury) de l’Académie F. Listz de Budapest, dans les classes de violon de Maria Vermes, et de musique de chambre de Vilmos Tatrai. Elle étudie par la suite le violon avec Jaap Schroeder à la Schola Cantorum de Bâle.
Elle travaille à l’Opéra de Budapest, puis avec l’Orchestre dell’ Accademia di Santa Cecilia à Rome, le Zurcher Steichersolisten et le Basel Sinfonietta en Suisse.
Elle donne de nombreux concerts de sonates avec le pianiste Francesco Mario Possenti à Prague, Budapest, Rome, Viterbe, Bergame, Venise…
Elle se produit dans de nombreux festivals (Amboise, Orléans, Vénéjan…) au sein du trio Kodaly.
Concertiste passionnée de musique baroque, elle apparaît très régulièrement au programme des Musiques Sacrées en Avignon et du Cycle d’Orgue du Festival d’Avignon.

 

Florian Laconi

laconi-florian-copyright-studio-harcourtTénor
Florian Laconi est né à Metz où il étudie l’art dramatique et participe à de nombreuses pièces de théâtre en tant que comédien mais aussi en tant que metteur en scène. Il étudie le chant avec Michèle Command, Gabriel Bacquier et Christian Jean.
Sa carrière de soliste commence avec le rôle-titre de Faust de Gounod.
Depuis il chante sous la direction de chefs tels que Giuliano Carella, Marco Guidarini, Alain Guingal, John Nelson, Jacques Lacombe, Alberto Zedda, Alain Altinoglu, Michel Plasson et Georges Prêtre, dans des mises en scène d’Antoine Bourseiller, Bernard Broca, Jean-Louis Grinda, Pier Luigi Pizzi, Ian Judge, Brontis Jodorowsky, Laurent Pelly et Jérôme Savary.
Florian Laconi interprète un large panel de rôles, issus du répertoire belcantiste comme Il Conte Almaviva (Il Barbiere di Siviglia), Nemorino (L’Elisir d’Amore), Tebaldo (I Capuleti e i Montecchi), de l’opéra français romantique tels que Jean (Le Jongleur de Notre-Dame de Massenet), Nicias (Thais), Nadir (Les Pêcheurs de Perles), Roméo (Roméo et Juliette), Pâris (La Belle Hélène), Vincent (Mireille), Don José (Carmen), Faust, Hoffmann (Les Contes d’Hoffmann), Georges (La Vivandière de Benjamin Godard) et du vingtième siècle avec le Chevalier de la Force (Dialogues des Carmélites) et Gonzalve (L’Heure espagnole). Il interprète également les rôles du répertoire verdien, vériste et puccinien, incarnant le Duc de Mantoue (Rigoletto), Fenton (Falstaff), Prunier (La Rondine), Luigi et Rinuccio (Il Trittico), Beppe (I Pagliacci), Pong et Pang (Turandot), Rodolfo (La Bohême), Des Grieux (Manon) et Cassio (Otello).
Il chante également Steva Buryjovska (Jenufa) et Lenski (Eugène Oneguine).
Il se produit en France dans les maisons d’opéras comme Avignon, Metz, Reims, Limoges, Clermont-Ferrand, Massy, Rouen, Nice, Saint-Etienne, Tours, Marseille, Montpellier, Paris mais aussi aux Chorégies d’Orange, au Festival Radio France et Montpellier et à l’Opéra royal de Versailles, ainsi qu’à l’étranger notamment à Hong Kong, à l’Opéra de Liège, de Monte Carlo et de Los Angeles.
Il chante également de la musique sacrée et des oratorios : La Petite Messe Solennelle et le Stabat Mater de Rossini, les Requiem de Mozart, Berlioz et Gounod, le Stabat Mater de Haydn ainsi que La Missa Criola de Ramirez.
Plus récemment, il interprète le rôle du Remendado (Carmen) à Orange, le rôle-titre d’Hoffmann à l’Opéra de Rouen et de Versailles, de Roméo à l’Opéra de Massy, Luigi et Rinuncio (Il Trittico) ainsi que Gonzalvo (L’heure espagnole) à l’Opéra de Tours, Rodolfo (La Bohême) et Vincent (Mireille) à l’Opéra d’Avignon.

 

Jean-Pierre Lecaudey

lecaudey-jean-pierreOrganiste
Né à Saint-Brieuc en 1962, Jean-Pierre Lecaudey commence très tôt l’étude du piano puis entre au Conservatoire d’Aix-en-Provence en 1977 (classe de M. Jean Costa) où il obtient sa médaille d’or en 1980. Il se perfectionne ensuite auprès de Xavier Darasse pour l’orgue et Michel Dru pour le piano, au C.N.R. de Toulouse. En 1982 puis 1983 lui sont décernés à l’unanimité du jury une médaille d’or, puis un premier prix de perfectionnement.
En juin 1983, il remporte également le premier prix du deuxième Concours International de Toulouse pour ses interprétations de la musique symphonique française.
Depuis 1983, sa carrière de concertiste l’a amené à se produire dans de nombreux festivals, ainsi qu’à donner plus de sept cents concerts ou récitals en France en Europe et en Amérique du Nord.
Il est régulièrement invité aux Etats-Unis pour donner des Master Class sur la Musique Française tant ancienne que romantique ou moderne.
Soliste de Radio France, il enregistre fréquemment de la littérature pour orgue sur les instruments les plus prestigieux (une vingtaine de CD, unanimement salués par la critique :  » Chocs » du Monde la Musique, 5 Diapasons…) Extrait de la discographie : J.S. Bach : les 6 sonates en trio, Emmend Bonnal : L’œuvre pour orgue, Musique de Chambre avec piano, Charles Chaynes : Séquences pour l’Apocalypse, Chants de l’âme, intégrale César Franck, W.A. Mozart : les sonates d’église (Olivier Charlier, violon solo).
En tant que pianiste, il mène une intense activité de chambriste avec violon, violoncelle ou flûte, avec une prédilection pour la sonate romantique (Brahms, Franck, Fauré, Mendelssohn…). Il a donné plusieurs fois en 2008 la fameuse Sonate pour piano de Julius Reubke, élève de Liszt disparu prématurément à l’âge de 24 ans. En 2009, il a donné le premier Trio en ré mineur de Felix Mendelssohn en compagnie d’Olivier Charlier et Dorel Fodoreanu, ainsi que le Quatuor pour la Fin du Temps d’Olivier Messiaen.
Egalement chef d’orchestre, il a dirigé pendant dix ans l’Ensemble Orchestral des Bouches-du-Rhône, dans un répertoire allant des symphonies de Mozart aux œuvres d’aujourd’hui en passant par les grandes pièces de Ravel ou Debussy.
Titulaire des grandes orgues « Pascal Quoirin » de Saint-Rémy-de-Provence depuis 1985, il donne de son temps pour l’organisation et la réalisation du festival d’orgue « Organa », véritable plate-forme internationale où se rencontrent tous les étés les meilleurs organistes du moment.
Jean-Pierre Lecaudey, depuis 1985, a enseigné l’orgue, le piano, la direction d’orchestre et l’harmonie. Il est actuellement professeur d’orgue et d’écriture au Conservatoire d’Avignon depuis septembre 2000.

 

Anthony Lo Papa

lo-papa-anthonyTénor
Parallèlement à une formation éclectique (flûte et traverso, clavecin, luth, écriture, MAO, analyse, ondes Martenot, musicologie, danse baroque, pédagogie, lettres et langues), Anthony Lo Papa étudie le chant au CNSMDP et travaille régulièrement comme soliste ou en ensemble – notamment au sein de l’Ensemble Aedes et de Contraste –  avec diverses grandes personnalités – William Christie, Laurence Equilbey, Daniel Harding, Kurt Masur, Marc Minkowski, Vincent Dumestre -, avec des institutions prestigieuses – TCE, Comédie-Française, Châtelet – et dans plusieurs pays du monde – Europe, Canada, Chine.
Conscient de la fermeture du sérail professionnel qui laisse peu de chances aux débutants, ou aux personnalités extérieures au grand réseau, il fonde en parallèle le Cortège d’Orphée pour répondre à quelques-unes de ses préoccupations, notamment celle, centrale à ses yeux, du texte. Sa recherche pédagogique autour des questions de déclamation lyrique – dont témoigne son mémoire de Master – y trouve un terrain d’expérimentation idéal, et il imagine plusieurs projets libérés du formalisme du concert moderne.
Il rêve d’une pratique de la musique dans laquelle la performance retient moins l’attention que l’émotion distillée par l’œuvre, dans laquelle le succès n’est pas lié au prestige, dans laquelle l’amour de l’œuvre et l’envie de la servir l’emportent sur les egos et la critique. Il mène une activité intense autour du Lied et de la langue allemande, ponctuée de projets plus ou moins pédagogiques dont diverses masterclasses, une intégrale Schubert et une introduction à Wolf destinée au public français.

 

Aurore Marchand

marchand-auroreChef de chœur
Aurore Marchand débute la musique au Conservatoire National de Musique d’Orléans, où elle étudie le violoncelle puis le chant. Elle acquiert également au cours de ces années des expériences de musique de chambre instrumentale, vocale et d’orchestre symphonique.
En 1983 elle se tourne définitivement vers le chant et intègre le chœur professionnel de l’Opéra de Tours, participe à toutes les productions en qualité de soprano et se voit attribuer des petits rôles dans divers opéras et opérettes.
En septembre 2002, elle est nommée Chef des Chœurs de l’Opéra de Tours et prépare pour les différentes saisons lyriques entre autre Jenufa (Janacek), Le Mikado, (Sullivan), La Belle Hélène (Offenbach), Le Bal Masqué, Don Carlo (Verdi)…
En 2001, elle participe aux Chorégies d’Orange pour Aida et Rigoletto, et sera réinvitée en 2003 pour Otello.
En septembre 2007, Aurore Marchand prend la direction des Chœurs de l’Opéra Grand Avignon.
En 2010, elle dirige le spectacle le Petit Prince à l’Opéra Grand Avignon, au Grand théâtre de Reims et au Théâtre Impérial de Compiègne.
Aurore Marchand débute la musique au Conservatoire National de Musique de Région d’Orléans, où elle étudie le violoncelle, puis le chant. Elle acquiert également au cours de ces années des expériences de musique de chambre instrumentale, vocale et d’orchestre symphonique.
En 1983, elle se tourne définitivement vers le chant et intègre le chœur professionnel de l’Opéra de Tours, participe à toutes les productions en qualité de soprano et se voit attribuer des petits rôles dans divers opéras et opérettes.
En septembre 2002, elle est nommée Chef des Chœurs de l’Opéra de Tours et prépare notamment pour les différentes saisons lyriques, Jenufa (Janacek), Le Mikado, (Sullivan), La Belle Hélène (Offenbach), Un Ballo in Maschera ou encore Don Carlo (Verdi)…
En septembre 2007, Aurore Marchand prend la direction des Chœurs de l’Opéra Grand Avignon.
En 2011, elle participe aux Chorégies d’Orange pour Aida et Rigoletto, en 2012 pour La Bohème et Turandot, en 2013 pour Der Fliegende Hollander et Un Ballo in Maschera, en 2014 pour Otello et Nabucco, et en 2015 pour Carmen et Il Trovatore.
En 2010, elle a dirigé le spectacle Le Petit Prince à l’Opéra Grand Avignon, à l’Opéra de Reims et au Théâtre Impérial de Compiègne.

 

Florence Marie

marie-florenceVioloncelliste
Florence Marie a terminé ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 1996 en obtenant son diplôme national d’études supérieures de musique dans les classes de J. Deplace, M. Coppey et N. Hartmann.
Elle a complété sa formation au département de musique ancienne du Conservatoire d’Aix-en-Provence auprès d’Aude Vanackère pour le violoncelle baroque et Alice Piérot et Dominique Serve pour les classes d’ensembles. Elle est également titulaire du Certificat d’Aptitude de professeur de violoncelle et enseigne depuis 2008 au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.
Parallèlement à son activité de pédagogue, elle se produit régulièrement au sein de différents orchestres et sa passion pour la musique de chambre l’amène à rejoindre des ensembles très éclectiques avec lesquels elle aborde un répertoire allant de la musique baroque à la création contemporaine.

 

Pascal Marsault

marsault-pascal-bd-copyright-patrick-franceschelli-copie-2Organiste
Organiste titulaire de l’église Saint-Ignace à Paris et du grand orgue Quoirin de Sanary-sur-mer (Côte d’Azur), Pascal Marsault obtient les plus hautes distinctions au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, après avoir étudié l’orgue auprès de René Brethome (Tours), Marie-Claire Alain (Rueil-Malamison, Paris), puis de Michel Bouvard et Olivier Latry (CNSMDP). Son intérêt pour les musiques anciennes l’a conduit à effectuer une partie de ses études supérieures au Sweelinck Conservatorium d’Amsterdam, sous la direction de Jacques Van Oortmerssen.
Maître ès musicologie diplômé de la Faculté de Tours, lauréat des Concours internationaux d’orgue (Suisse, Paris, Chartres), Pascal Marsault a enseigné pendant un an au Japon, où il fut le premier organiste français titulaire du Sapporo Concert Hall. Au cours de cette résidence, il s’est produit en soliste comme en formation d’ensemble dans les principales salles de concerts du Japon, en particulier à Tokyo, Kyoto, Yokohama, Osaka, Nagoya, Sendaï, Akita, Morioka, Miyazaki, Hamamatsu…
Il se produit également de façon régulière en soliste en France et à l’étranger (Japon, Amérique du sud, Europe), au sein du Chœur grégorien de Paris (Prague, Bogota, Nagoya, Alexandrie, Le Caire, Beyrouth, Jérusalem, Milan, Manille…) et en ensemble avec le trompettiste Clément Saunier et les chanteurs Jean-Christophe Clair et Françoise Masset.
Invité par la salle de concerts Luis Angel Arango de Bogota, il enseigne à de jeunes organistes colombiens dans le cadre d’une académie d’été de 2004 à 2013, contribuant à revivifier une tradition organistique dans ce pays, en lien avec l’Université nationale de Colombie et l’archevêché de Bogota.
Ces activités musicales sont enrichies par un goût prononcé pour l’enseignement, qu’il dispense successivement à Tours, puis au Conservatoire de Toulouse et au Centre de Musique Sacrée de Sainte-Anne d’Auray, en Bretagne. Il est appelé en septembre 2004 à créer la classe d’orgue du Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulon-Provence-Méditerranée, où il enseigne désormais.

 

Brice Montagnoux

montagnoux-briceOrganiste
Né en 1978 à Annecy, Brice Montagnoux entame des études d’orgue, d’écriture et analyse au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon avec Louis Robilliard et Jean Boyer, où il obtient les plus hautes distinctions : Diplôme National d’Etudes Supérieures de Musique (2001), Certificat d’aptitude et Master de pédagogie (2004).
Lauréat du Concours International d’orgue Xavier Darasse de Toulouse, il lui est décerné en 2004 par l’Académie française des Beaux-Arts le Grand Prix d’orgue Jean-Louis Florentz.
S’ouvre à lui une brillante carrière française et internationale qui l’amène à se produire régulièrement en concert dans des festivals, en soliste, mais aussi avec des ensembles vocaux et instrumentaux, en France (Paris, Lyon, Nantes, Rennes, Saint-Malo…) et à l’étranger (Suisse, Allemagne, Italie, Pologne).
Nommé sur concours en 2004 organiste titulaire des grandes orgues de la cathédrale de Chambéry, il est depuis 2008 organiste titulaire du grand orgue Quoirin de l’église de Sanary-sur-Mer.
Au contact des nombreux instruments historiques qu’il côtoie, Brice Montagnoux développe une prédilection particulière pour les répertoires européens des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que pour l’école d’orgue française qui s’étend de César Franck à Olivier Messiaen, tout en s’attachant à la pratique des musiques les plus éclectiques possibles.
Musicien sensible, à la recherche permanente de l’excellence dans la maîtrise technique des œuvres abordées, son interprétation repose sur un discours clair, une maîtrise des styles et un équilibre des registrations.
Organiste curieux de l’évolution de son instrument et de la préservation du patrimoine organologique, il s’implique fortement auprès des collectivités en vue de la création d’instruments neufs, et la conservation des orgues existantes.
Passionné par l’enseignement, Brice Montagnoux est nommé professeur d’orgue en 2004 au Conservatoire à Rayonnement Régional Toulon Provence Méditerranée.
En 2012, il est nommé Directeur du Cefedem-Sud à Aix-en-Provence, et se consacre à la formation et à l’accompagnement de jeunes artistes et enseignants, en partenariat avec Aix Marseille Université, le Grand Théâtre de Provence, le festival international d’art lyrique, et de nombreux autres acteurs culturels. Sous son impulsion, cet établissement d’excellence obtient en 2016, par décision ministérielle, le label Pôle d’enseignement supérieur de la musique pour un large territoire qui s’étend de Montpellier à Monaco.
Brice Montagnoux poursuit aujourd’hui la direction de cette structure, désormais nommée Institut d’enseignement supérieur de la musique euro-méditerranée.

 

Philippe Mouchon

Alto
Philippe Mouchon est né à Lille en 1954 où il commence ses études musicales à l’âge de huit ans. En 1975, il obtient les prix d’alto et de musique de chambre au CRR de Lille dans la classe de Michèle Moulin. Admis dans la classe de Colette Lequien au CNSMD de Paris, c’est en 1980 qu’il obtient son prix d’alto et, en 1981, son prix de musique de chambre dans la classe de Geneviève Joy. Sélectionné par Yuri Bashmet, soliste international et professeur au conservatoire Tchaikovsky de Moscou, Philippe Mouchon perfectionne et enrichit ses connaissances musicales. Co-soliste à l’Opéra du Nord, il est ensuite nommé professeur au CRR de Lille en 1981. Il fonde alors le Quatuor à cordes de Lille. En 1992, il enseigne l’alto au CRD de Nîmes et participe à de nombreux concerts avec les orchestres de Montpellier, Avignon et Marseille. Il se produit également avec les Solistes de Moscou. Philippe Mouchon constitue le trio à cordes Ad’Hélios et le duo les @crobaltistes avec Paul Colin, professeur d’alto à Nîmes. Il dynamise sa classe en dirigeant régulièrement ses élèves vers les écoles supérieures de Paris, de Lyon et à l’étranger. Il est actuellement professeur au CRR du Grand Avignon et fondateur du trio à cordes Alphéa.

 

Cordelia Palm

palm-cordeliaVioloniste
Née à Tübingen en Allemagne, dans une famille de musiciens, Cordelia Palm a commencé à jouer du violon à l’âge de deux ans et le piano à l’âge de cinq ans. Son père, musicologue et chef d’orchestre, fut son premier professeur et la fit régulièrement jouer en soliste au violon et au piano dès l’âge de six ans, notamment lors des tournées de son orchestre de chambre en France, en Belgique et en Allemagne.
A treize ans, sur autorisation du Ministère de la culture du Land Baden Wurtemberg, elle entre à l’Ecole Supérieure de Musique de Karlsruhe dans la classe de Jörg-Wolfgang Jahn où elle obtient ses premiers prix et est nommée soliste de l’Orchestre Symphonique.
En 1975, suite au premier prix du concours BDI, elle participe à des enregistrements et des émissions de radio et de télévision à Francfort et Baden Baden. Ayant obtenu la bourse DAAD et la bourse de la Studienstiftung des Deutschen Volkes, elle poursuit ses études à la Julliard’s School de New York. En deux ans, elle effectue le cycle complet de musicologie. Elle travaille aussi à plein temps dans la classe du grand pédagogue du violon : Yvan Galamian.
En 1982, elle obtient la bourse de la Kunststiftung Baden-Württemberg. De retour en Europe, elle est engagée au poste de violon supersoliste à l’Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence (OLRAP). Elle est par ailleurs sollicitée par l’Orchestre de l’Opéra de Marseille, par l’Orchestre National de Montpellier, par l’Orchestre de Cannes et l’Orchestre de Mulhouse, au poste de supersoliste.
Outre ces importantes activités, elle donne des concerts en Allemagne et en France, tant en soliste qu’en musique de chambre avec le Quatuor Palm puis le Quatuor Ceria (dont elle est membre fondateur), sonate violon harpe, spectacle de ballet avec J. Guiserix sur la Chaconne de J.S. Bach, ainsi que d’autres formations avec O. Charlier, P. Fontanarosa, B. Rigutto, J.C. Pennetier, J.C. Malgoire, J. Raynaut, J. L. Beaumadier… et enregistre des œuvres contemporaines avec l’ensemble Musicatreize en tant que violon solo sous la direction de R. Hayrabedian. Elle enseigne dans le cadre du stage de Pont-Saint-Esprit, aux côtés de O. Charlier et Y. Gitlis. Elle est remplaçante pour l’année 2003 du professeur de musique de chambre au CNR de Marseille, puis professeur de violon au conservatoire d’Orange de 2004 à 2007.
En 2007, elle donne une série de concerts en sonate avec Bruno Rigutto, et le double concerto de Brahms avec son ami violoncelliste Gary Hoffman à Avignon. En 2008, une nouvelle collaboration s’engage avec Vahan Mardirossian, pianiste et chef de grand talent. Lors des saisons 2009-2010 et 2010-2011, elle donne toujours avec son orchestre les Saisons de Vivaldi et Piazzolla à Avignon, en Région PACA, devant quatre mille spectateurs à l’Acropolis de Nice, et au Théâtre Antique de Vienne.
En 2011, elle donne le Triple Concerto de Beethoven à l’Opéra d’Avignon en compagnie de Gary Hoffman et Vahan Mardirossian, puis le concerto de Tchaïkosky au Théâtre Antique de Vienne en juin devant 4000 personnes. En mars 2012, en compagnie de Françoise Buffet-Arsenisevic, elle donne un concert de sonates de Beethoven et de Fauré au Musée Jacquemart-André à Paris, suivi d’une autre rencontre à la salle Gaveau en 2013. Pendant l’été 2012, elle poursuit une tournée de concerts avec l’ORAP, dans un programme composé des Airs Bohémiens de Sarasate et de la Légende de Wienawsky, ainsi qu’une série de concerts de musique de chambre dans le cadre des « Nuits de Carpentras et Saint-Didier ». Elle donne ensuite avec l’orchestre de Briansk (Russie), le concerto de Tchaïkovsky à Aubais (Gard). En concert de clôture de la saison symphonique 2013-2014 de l’ORAP, elle donne à l’Opéra d’Avignon, le 1er concerto de Saint-Saëns et le 5ème concerto de Vieuxtemps. A l’automne 2015, elle donnera le concerto de Mendelssohn en tournée toujours avec l’ORAP, et la saison suivante le double concerto de Brahms avec Henri Demarquette au violoncelle, de nouveau à l’Opéra d’Avignon.

 

Arnaud Piémont

piemont-arnaudTromboniste
Après avoir commencé le piano dès l’âge de six ans, Arnaud Piémont découvre le trombone deux ans plus tard et en démarre l’apprentissage au Conservatoire Municipal de Carpentras. Pendant son cursus, il s’essaie à différents styles : jazz, rhythm’n blues, ska, reggae, ensembles à vents, quatuors de cuivres, big bands. Il intègre le Conservatoire à Rayonnement Régional d’Avignon en 2002. Parallèlement, il poursuit des études d’anglais et obtient sa licence à l’Université Sainte Marthe d’Avignon en 2003. Il décroche sa médaille d’or à l’unanimité en trombone ténor en 2006 dans la classe d’André Canard.
Il devient alors tromboniste supplémentaire à l’Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence de 2004 à 2013, et intègre parallèlement d’autres orchestres de la région PACA aussi bien en tant que trombone alto, ténor ou basse. Il participe entre autres au festival d’Avignon le Off, aux Chorégies d’Orange, et à Cheval Passion.
Il se spécialise en trombone basse au Conservatoire National de Région de Marseille dans la classe d’Alain Delzant en 2011 pour en ressortir à peine un an plus tard avec un diplôme de Cycle Spécialisé mention très bien. Il suit également un cursus de jazz au CRR d’Avignon.
Depuis 2015, il est trombone ténor et basse remplaçant pour la fanfare de Disneyland Paris, trombone basse supplémentaire dans l’Orchestre Symphonique de Cannes PACA, 1er trombone ténor dans le big band de David Hitchen et trombone basse au Big Zarb de Montpellier. Il participe également à la saison symphonique de l’Orchestre des Alpes du Sud.

 

Alice Piérot

pierot-aliceVioloniste
Diplômée du CNSM de Lyon, lauréate de concours internationaux de musique de chambre, Alice Piérot s’oriente vers la musique baroque en 1988, devient membre des « Musiciens du Louvre » (dir. M. Minkowski) et sera leur violon-solo pendant de nombreuses années. Elle est depuis 2004 le Premier violon du « Concert Spirituel » (dir. H. Niquet).
Alice Piérot consacre cependant la plus grande part de son activité à la musique de chambre avec notamment l’ensemble « Amarillis » (Héloïse Gaillard et Violaine Cochard) dont elle est l’invitée privilégiée. Elle fonde en 2002 « les Veilleurs de nuit » (Diapason d’or de l’année 2003 pour les Sonates du Rosaire de Biber {label Alpha}), le trio à cordes « Anpapié » et joue régulièrement en duo avec la piano-fortiste Aline Zylberajch.
Alice Piérot enseigne au conservatoire d’Aix-en-Provence, enregistre pour de nombreuses radios françaises et européennes, et possède une discographie riche de plus de quarante enregistrements.
Bâtisseuse et fille de la campagne, elle investit en 2002 une ancienne usine proche d’Avignon et la transforme en vaste vaisseau musical, La Courroie, qui accueille aujourd’hui concerts, résidences, créations et enregistrements, expérimentant de nouvelles formes de diffusion et de pratiques de la musique, de la plus ancienne à la plus contemporaine.

 

Jean-Marie Puli

puli-jean-marieOrganiste
Jean-Marie Puli, après des études au Conservatoire de Marseille et un premier prix de clavecin, se perfectionne auprès d’Huguette Dreyffus à Paris tout en élargissant son répertoire à l’orgue en suivant des Académies internationales en France et en Espagne avec Xavier Darasse, André Stricker, José-Louis Gonzales-Uriol.
Entre-temps, il choisit de s’installer à Avignon, obtient un prix d’Histoire de la Musique.
Il est nommé organiste du Temple Saint-Martial, avec un premier culte le 3 mars 1973. Il en est aujourd’hui le titulaire honoraire et à ce titre directeur artistique du nouvel orgue du temple construit par le facteur Pascal Quoirin.
Régulièrement appelé à se produire dans le répertoire espagnol et français baroque en France et à l’étranger, il grave deux disques et enregistre pour différentes radios.
Sa quête artistique s’oriente vers la recherche de répertoires originaux et la plus grande liberté d’interprétation possible. Il est invité des grands festivals de la région, Avignon, Orange, Aix-en-Provence tant en qualité d’organiste que de claveciniste.
Chef de chœur, il crée la « Chorale Universitaire d’Avignon », l’Ensemble Vocal « Homilius » et le chœur « I Sedici » plus particulièrement spécialisé dans les polyphonies de 4 à 8 voix. Après avoir été accompagnateur de la classe de chant de Marion Sylvestre, il crée les classes de « Solfège Chanteurs » et « Déchiffrage choral Chanteurs ». Il s’est ensuite consacré aux classes de clavecin, basse continue et culture musicale au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon, jusqu’à sa retraite en juillet 2013.
En ce qui concerne son activité musicale sur Avignon, il faut noter ses collaborations régulières avec Musique Sacrée en Avignon et Orgue en Avignon, soit en tant qu’organiste/claveciniste soit en tant que chef de chœur – en particulier pour le cycle des cantates de Dietrich Buxtehude Membra Jesu nostri en 2007.
Il fonde l’ensemble « Uccellini » avec Gabriella Kovacs, Natalia Madera, violons, et Florence Marie, violoncelle, lui-même assurant la basse continue au clavecin et la direction. C’est avec cet ensemble qu’il participe au festival du Grand-Avignon, « Les Nuits de l’Avent » et au « Festival de musique ancienne » d’Avignon autour d’œuvres de Marco Uccellini et d’Esteban Salas.
Toujours entre deux voyages, il se consacre aujourd’hui à l’exploration du répertoire baroque pour vielle à roue et crée un nouvel ensemble « les plaisirs champêtres » sur instruments anciens avec Anne-Cécile Brielles violon, Corinne Sagnol traverso et Florence Marie violoncelle.
Depuis octobre 2013, il anime les « Paus’ Orgue » au Temple Saint-Martial chaque premier mercredi du mois, de 12h30 à 13h15 pour offrir un moment de méditation musicale.

 

Quatuor Hadoc

quatuor-hadocPour réaliser et commémorer le centenaire de la mort de Max Reger « dernier géant du romantisme » selon Paul Hindemith, le violoncelliste Walter Grimmer a constitué un quatuor à cordes, le Quatuor Hadoc. Ce nom est tout simplement une anagramme de ad hoc. Les quatre musiciens, liés par leur amitié et leurs activités communes, sont seulement séparés par leur différence d’âge. Un décalage de soixante ans est plutôt rare dans l’histoire des quatuors…
Christian Chiron, clarinettiste réputé, a rejoint le quatuor pour interpréter le merveilleux quintette en la majeur opus 146 de Max Reger.

Anne-Cécile Brielles
Violon
Anne-Cécile Brielles apprend le violon aux conservatoires du Mans, de Boulogne-Billancourt, puis au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon où elle obtient un premier prix à l’unanimité dans la classe de Marianne Piketty. Par la suite, elle intègre un troisième cycle de violon au CNSMD de Lyon et se perfectionne également à l’Escuela superior de Musica Reina Sofia à Madrid. Elle affectionne particulièrement la musique de chambre et remporte les concours internationaux d’Arles et de Madrid en duo avec harpe (duo Bergamasque). Intéressée par différents répertoires allant de la musique ancienne à la musique contomporaine, elle est dédicataire de plusieurs œuvres et a enregistré pour les éditions Hortus des pièces de Matalon et Cavanna au sein de l’ensemble Mesostics. Depuis 2009, elle enseigne le violon au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.

Valentin Seigniez-Bacquet
Violon
Né avec le nouveau siècle, dans notre région, Valentin Seigniez-Bacquet est élève de seconde et suit en parallèle une excellente formation de violon au CRR d’Avignon dans la classe de Anne-Cécile Brielles. Il reçoit son DEM de violon en mai 2015 et vient tout juste d’être admis au CNSMD de Lyon. Dès son plus jeune âge, Valentin est lauréat du concours des Petites Mains symphoniques à Paris-Salle Gaveau. Il poursuit sa formation en participant à de nombreux stages et concerts. En février 2013, il bénéficie d’une master-class avec Alice Piérot au CRR d’Avignon. Il travaille en stage deux étés consécutifs avec Marianna Piketty. Depuis 2015, Valentin multiplie les concerts et les tournées avec des programmes très variés.

Philippe Mouchon
Alto
Philippe Mouchon est né à Lille en 1954 où il commence ses études musicales à l’âge de huit ans. En 1975, il obtient les prix d’alto et de musique de chambre au CRR de Lille dans la classe de Michèle Moulin. Admis dans la classe de Colette Lequien au CNSMD de Paris, c’est en 1980 qu’il obtient son prix d’alto et, en 1981, son prix de musique de chambre dans la classe de Geneviève Joy. Sélectionné par Yuri Bashmet, soliste international et professeur au conservatoire Tchaikovsky de Moscou, Philippe Mouchon perfectionne et enrichit ses connaissances musicales. Co-soliste à l’Opéra du Nord, il est ensuite nommé professeur au CRR de Lille en 1981. Il fonde alors le Quatuor à cordes de Lille. En 1992, il enseigne l’alto au CRD de Nîmes et participe à de nombreux concerts avec les orchestres de Montpellier, Avignon et Marseille. Il se produit également avec les Solistes de Moscou. Philippe Mouchon constitue le trio à cordes Ad’Hélios et le duo les @crobaltistes avec Paul Colin, professeur d’alto à Nîmes. Il dynamise sa classe en dirigeant régulièrement ses élèves vers les écoles supérieures de Paris, de Lyon et à l’étranger. Il est actuellement professeur au CRR du Grand Avignon et fondateur du trio à cordes Alphéa.

Walter Grimmer
Violoncelle
Walter Grimmer travaille avec Maurice Gendron et suit des cours de perfectionnement avec Pablo Casals et Enrico Mainardi. Il est nommé à 26 ans violoncelle solo de l’Orchestre de Berne. Il a effectué de nombreuses tournées en qualité de soliste avec la Camerata de Berne. Il a été membre du célèbre Quatuor de Berne. Il a créé de très nombreuses œuvres dont bon nombre lui sont dédicacées. Il a enseigné en Europe, en Egypte, en Corée, au Japon et en Chine, et a été membre de jurys de prestigieux concours. Il a dirigé une classe de violoncelle et une classe de musique de chambre dans les Musikhochschule de Berne et de Zurich. Il a enregistré l’intégrale des trios de Mozart et toutes les œuvres pour cordes et piano de Schubert, ainsi que les sonates de Brahms.
Depuis quelques années, Walter Grimmer s’est installé à Malaucène.

 

quatuor-leonisQuatuor Leonis

Engagés dans une démarche artistique innovante, les musiciens du Quatuor Leonis (fondé en 2004) transportent le riche héritage du quatuor à cordes dans le monde du théâtre, de la danse, de la littérature, de la musique électronique, du jazz et de la chanson avec des projets audacieux. Fidèles à la tradition, ils interprètent les plus belles pages des compositeurs de leur époque, mais désireux d’élargir leur champ artistique, ils participent à des projets variés alliant création musicale, mise en espace et dispositif électronique en temps réel.
Depuis 2008, le Quatuor Leonis collabore avec le dramaturge et metteur en scène Olivier Py. Ensemble, ils travaillent sur la création des spectacles Orestie d’Eschyle et Adagio (Mitterrand, le secret et la mort) ainsi que sur des concerts-lectures tels Les Tragédiennes sont venues de Saint-John Perse.
Artiste associé de la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre au cours de la saison 2012, le Quatuor Leonis rencontre le metteur en scène Manu Kroupit avec qui il crée un spectacle mélangeant les univers du Quatuor et de Philippe Genty : Eclisse Totale.
Le Quatuor Leonis ne cesse d’élargir ses frontières pour enrichir son art et toucher de nouveaux publics. Il pose un autre regard sur la partition pour créer un nouveau matériau sonore avec le metteur en scène, le danseur ou le conteur. Il repense la position de la musique sur scène, son rôle d’interprète et son rapport avec le public.

Guillaume Antonini
Violon
Guillaume Antonini, originaire d’Avignon, débute le violon au Conservatoire de Nîmes où il obtient plusieurs Premiers Prix, dont le Grand Prix de la Ville en 1995. Il étudie par la suite au Conservatoire à Rayonnement Régional de Boulogne-Billancourt, dans la classe de Suzanne Gessner et remporte un Second Prix au Concours de Cordes d’Epernay.
Après s’être perfectionné auprès de Gordan Nikolic et de Jean-Jacques Kantorow (Högeschule de Rotterdam, Pays-Bas), il travaille avec Christophe Poiget au CNSDM de Lyon où il obtient le Diplôme d’Etudes Supérieures de Musique (DESM) et un Prix de perfectionnement en musique de chambre. Il obtient par la suite un Prix de perfectionnement de quatuor à cordes au Conservatoire Supérieur de Paris dans la classe du quatuor Ysaye, ainsi qu’un diplôme d’étude supérieure de la Haute Ecole de Genève dans la classe de quatuor de Gabor Takacs.
Il est l’un des membres fondateurs et actuellement premier violon du Quatuor Leonis (anciennement Quatuor Esteves) avec lequel il poursuit une brillante carrière sur la scène nationale et internationale et a obtenu le Troisième Prix au Concours international de Genève en 2006, lauréat du Concours International du Forum de Normandie (2005). Le Quatuor Leonis se produit régulièrement au : Festival de l’Epau, Orangerie de Sceaux, Live Arts Theatre (New York), Shangaï Theatre (China), Théâtre du Châtelet, Arsenal de Metz, Festival Archipel de Genève, Festival Berlioz de la Côte Saint André, Biennale d’Art Contemporain de Venise…
Musicien éclectique, il se produit également dans différentes formations :
Ensemble Convergences avec le trompettiste Romain Leleu (Festival d’Auvers sur Oise, Classique au vert, Festival de Chambord, Festival de Menton…)
Quintette « Swing de Paris » (jazz) dédié à la musique de Django Reinhardt et Stéphane Grappelli
Duo avec la chanteuse Anne-Emmanuelle Davy autour des quarante-quatre « Kafka Fragments » de Gyorgi Kurtag et différentes créations de Jean-Pascal Chaigne, Jean Marc Jouve.
Il collabore avec le compositeur Jacopo Baboni Schilingi autour d’un récital pour violon seul et électronique qui fait l’objet d’une tournée en Chine en 2015 autour d’Anthèmes II de Pierre Boulez ainsi que d’une création en mémoire de Jimi Hendrix.
En 2012, il est nommé directeur musical de l’adaptation de Peer Gynt, nouvelle création d’Irina Brook au Festival d’Opéra et de Théâtre de Salzbourg.
Passionné par l’enseignement, Guillaume Antonini est titulaire du Certificat d’Atptitude et enseigne le violon au C.R.D. de Romainville (93) depuis septembre 2013.
Il joue un instrument spécialement réalisé pour lui par Stefan Van Baehr depuis 2011.

Sébastien Richaud
Violon
Sébastien Richaud est né à Digne les Bains et commence le violon dès l’âge de quatre ans et demi. Il étudie le violon notamment avec Sophie Baduel, Jacques Ghestem, Alexis Galpérine puis Régis Pasquier avec lequel il obtient le premier prix du C.N.S.M. de Paris.
Après un cycle de perfectionnement en musique de chambre au C.N.S.M. de Paris, Sébastien remporte des concours (Grand Prix au 10ème concours international de musique de chambre contemporaine de Cracovie, prix fnapec) et obtient une nomination aux victoires de la musique en 2007 (création de l’année).
Il est l’invité régulier de grands festivals (en tant que chambriste et soliste) tels que le festival des Forêts, le festival Pro Musica, les Vacances de Monsieur Haydn…
En 2008, il crée en première mondiale (et quatre-vingts ans après) le quatuor n° 2 « Lettres intimes » de Leos Janacek dans sa forme originelle, en compagnie de Sylvie Gazeau au violon, Jérôme Pernoo au violoncelle, P.-H. Xuereb à la viole d’amour, et en collaboration avec Bärenreiter.
Son approche de la musique classique et romantique sur instruments d’époque l’amène notamment, à jouer dans le Jeune Orchestre Atlantique sous la direction de P. Herreweghe et dans l’orchestre « Les Siècles » (dir. F.X. Roth) dont il est membre. Avec les Siècles il se produit dans les plus belles salles, notamment aux Proms 2013 à Londres, où il a assuré la partie de violon solo du répertoire baroque, ainsi qu’au Lincoln Center à New York, accompagnant Anna Caterina Antonacci dans « Era la Notte ».
C’est cette même approche qui le pousse à co-fonder (avec Nicolas Simon, Hélène Barre et Julien Barre) en 2008, le quatuor à cordes « Hoffmann » (sur instruments d’époque) qui s’est produit notamment au Festival de Saintes en juillet 2009, au TAP (Théâtre & Auditorium de Poitiers). En 2010, il aborde plus spécifiquement la musique baroque en suivant les cours de Patrick Bismuth au conservatoire de Versailles.
Sébastien effectue aussi de nombreux remplacements au sein d’orchestres comme l’Opéra de Rouen, l’Opéra de Paris ainsi que l’Orchestre Philharmonique de Liège pour lequel il est appelé en tant que violon co-soliste.
Depuis 2010, Sébastien est le second violon du Quatuor Leonis.

Alphonse Dervieux
Alto
Alphonse Dervieux obtient son DNESM d’Alto au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon en 2006 avec la mention très bien à l’unanimité et les félicitations du Jury. Il est depuis l’invité de diverses formations orchestrales : l’orchestre de chambre d’Auvergne et l’orchestre de Besançon et, occasionnellement, comme alto solo à l’orchestre de Dijon et l’orchestre de l’opéra national de Lyon.
Altiste du Quatuor Leonis depuis 2003, il s’est produit avec cet ensemble dans de nombreuses salles de concerts en France mais aussi à l’étranger : Italie, USA, Japon, Chine, Norvège, Espagne, Allemagne, Pays Bas, Serbie, Suisse…
Il a collaboré avec des personnalités artistiques aussi variées que JF Zygel, Claire Desert, Philippe Girard, Scali Delpeyrat, Philippe Berrod, Olivier Charlier, Marie Joseph Jude, Mireille Delunch, David Grimal, Olivier Py ou Ariane Ascaride.
Lauréat du concours international de quatuor à cordes de Genève en 2006, il est également premier prix du concours du jeune musicien et lauréat du concours national des jeunes altistes.
Alphonse Dervieux joue un alto de Stephan Von Baehr depuis 2002.

Julien Decoin
Violoncelle
Le violoncelle, Julien Decoin est tombé dedans quand il était petit. Très tôt, cet instrument est devenu son compagnon de route, son attribut. Grâce à lui, il a rencontré des pédagogues remarquables (X. Gagnepain, H. Dautry, M. Strauss) dans les plus célèbres conservatoires de France (CNSM de Paris, CRR de Boulogne-Billancourt et Lille).
Il s’est tourné vers la musique de chambre, les Quatuors Voce puis maintenant Leonis, a rencontré encore des personnalités extraordinaires (G. Pichler, Y. Bashmet, O. Py, L. Van Beethoven, M. Merzouki, A. Ascaride, M. Da Silva, M. Chedid, J. Bojko, etc…).
Lors de ses différentes expériences d’orchestre, ce fut encore et toujours des rencontres avec des artistes d’une grande richesse (D. Oren, G. Verdi, J.L. Cobos, P. Boulez…).
Le violoncelle lui a permis de voyager, de découvrir des cultures, des modes de vie, des mondes variés, touchants, raffinés ou durs, violents ou bucoliques.
Le violoncelle en bandoulière, générateur de rencontres, de partage, de découverte et la musique pour seul langage !

 

Vincent Recolin

recolin-vincentChef de choeur
Cévenol d’origine, Vincent Recolin a une double formation d’organiste et de chanteur. Il commence ses études musicales au Conservatoire Régional de Montpellier pour ensuite les poursuivre à Bruxelles et à Mons jusqu’à l’obtention de cinq Premiers Prix dont le Diplôme Supérieur d’orgue et un premier prix d’analyse musicale dans la classe de Harry Halbreich.
Il se perfectionne ensuite dans la classe d’orgue de Michel Chapuis pour l’interprétation de la musique allemande du XVIIème siècle et fréquente parallèlement des stages d’orgue (A. Stricker, A. Langrée), de clavecin (Scott Ross, P. Laval et R. Kohnen), de chant et de direction de chœur (L. Martorell, H. Lips et A. Vandenbosch).
Son parcours de chanteur l’amène ensuite à travailler le chant araméen avec E. Lamandier et le chant en tessiture contre-ténor avec Mmes Lo Siew Tuan (G.B.), Helena Nenwig (D) et Dina Grosberger (B).
Il a été professeur d’orgue au Conservatoire Communal et à l’Académie Saint-Grégoire de Tournai ainsi que chargé de cours (section musique ancienne) au Conservatoire Royal de Bruxelles.
Il rejoint en 1998 le Chœur Régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur dont il dirige le Vocal Provence au côté de Michel Piquemal. En 1999, il crée la Maîtrise de Nîmes avec Françoise Cuillé.
En 2002 et 2003, il participe au Mois National du Baroque Latino Américain – K617, dirigé par Alain Paquier. Il travaille au CEFEDEM d’Aubagne et au centre polyphonique Corse.
En 2005, il dirige l’OCTV dans des œuvres de Janacek et de Komitas, il chante le Requiem de Mozart lors d’une tournée au Maroc. Avec la maîtrise de Nîmes, il participe au festival d’Avignon dans une messe de Gabrieli avec ensemble de cuivres et un programme autour de L’Estocart et Goudimel avec Luc Antonini à l’orgue.
De 2006 à 2008, il est invité au festival des Alizés au Maroc où il chante en soliste et dirige la Callisto de Cavalli à Essaouira, Casablanca et Rabat.
En 2007, il joue dans différents festivals tels que Saint Guilhem-le-désert, Lourdes, Avignon, Sarrebourg, Bruxelles… Sous sa direction, la Maîtrise de Nîmes est invitée en Corse, à Prague, Vienne, Brunswick, Vérone et en 2010 à Rome pour trois concerts.
Il prépare le Chœur Régional pour différents chefs : Yukata Sado, Jean Christophe Frisch, Jonathan Shiffmann, Gilbert Bezzina, Philippe Bende,Gerôme Pillement,claire Gibault,,Théodor Guschlbauer.Michel Plasson , Myung Whun chung….
En 2008, Viviane Loriaut et Vincent Recolin organisent un premier stage de chant choral à Cervione en Corse accompagné par l’ensemble Quinta d’isula. Après le succès de ce premier stage et de celui de 2009, en 2010 ce sont deux stages d’été où les choristes, aussi bien corses que continentaux, peuvent chanter dans des conditions idéales.Haendel et Rossini seront à l’honneur en août prochain.
En 2009, il s’installe au Musée des Beaux Arts de Nîmes avec la Maîtrise et crée les Concerts au musée. Ce lieu devient vite populaire et les chœurs de Nîmes n’hésitent pas à le rejoindre pour une saison Chœurs au musée.
En 2010, il est invité par différents ensembles, le chœur du bas Vivarais et le chœur départemental des Alpes de Haute Provence pour des projets ponctuels. Nicole Casalonga l’invite à Pigna en Corse pour un projet choral avec des enfants. Vincent Recolin participe également à la formation des enseignants à l’IUFM de Nîmes. Il invite Guillemette Laurens pour des cours de chant au sein de la Maîtrise de Nîmes.Il dirige la Maîtrise de l’école de Musique d’alès.
Depuis septembre 2010, il est chef de choeur à Opéra Junior de Montpellier dirigé par Jérôme  Pillement. Il est également directeur artistique du choeur des Alpes de Provence dirigé par Christine Gervais et il enseigne le chant choral à l’école de musique d’Ales.
En 2011, il dirige le Dixit Dominus de Haendel (ensemble quinta d’Isula), le Stabat Mater de Pergolese (ensemble Ariana, Marie Paule Nounou), le Requiem de Mozart (ensemble Anne Meat et orchestre de Nîmes), la Petite messe solennelle de Rossini (Viviane Loriaut), L’arche de Noé (Opéra Junior), l’Amour Masqué de Messager (Opéra Junior), le psaume 42 de Mendelssohn avec Philippe Raymond… Il prépare les choeurs pour Radio France dans Oresteia de Xenakis.
En 2012, il a préparé les choeurs pour les chorégies d’Orange dans Turandot et la Bohème, il dirigea une  création de Michel Cukier  mais aussi Haendel, Mozart, Piazzola, Rutter…
Depuis le début d’année 2012, Vincent Recolin a été nommé directeur artistique du Chœur Symphonique de Montpellier Languedoc-Roussillon.

 

Sébastien Richaud

richaud-sebastienVioloniste
Sébastien Richaud est né à Digne les Bains et commence le violon dès l’âge de quatre ans et demi. Il étudie le violon notamment avec Sophie Baduel, Jacques Ghestem, Alexis Galpérine puis Régis Pasquier avec lequel il obtient le premier prix du C.N.S.M. de Paris.
Après un cycle de perfectionnement en musique de chambre au C.N.S.M. de Paris, Sébastien remporte des concours (Grand Prix au 10ème concours international de musique de chambre contemporaine de Cracovie, prix fnapec) et obtient une nomination aux victoires de la musique en 2007 (création de l’année).
Il est l’invité régulier de grands festivals (en tant que chambriste et soliste) tels que le festival des Forêts, le festival Pro Musica, les Vacances de Monsieur Haydn…
En 2008, il crée en première mondiale (et quatre-vingts ans après) le quatuor n° 2 « Lettres intimes » de Leos Janacek dans sa forme originelle, en compagnie de Sylvie Gazeau au violon, Jérôme Pernoo au violoncelle, P.-H. Xuereb à la viole d’amour, et en collaboration avec Bärenreiter.
Son approche de la musique classique et romantique sur instruments d’époque l’amène notamment, à jouer dans le Jeune Orchestre Atlantique sous la direction de P. Herreweghe et dans l’orchestre « Les Siècles » (dir. F.X. Roth) dont il est membre. Avec les Siècles il se produit dans les plus belles salles, notamment aux Proms 2013 à Londres, où il a assuré la partie de violon solo du répertoire baroque, ainsi qu’au Lincoln Center à New York, accompagnant Anna Caterina Antonacci dans « Era la Notte ».
C’est cette même approche qui le pousse à co-fonder (avec Nicolas Simon, Hélène Barre et Julien Barre) en 2008, le quatuor à cordes « Hoffmann » (sur instruments d’époque) qui s’est produit notamment au Festival de Saintes en juillet 2009, au TAP (Théâtre & Auditorium de Poitiers). En 2010, il aborde plus spécifiquement la musique baroque en suivant les cours de Patrick Bismuth au conservatoire de Versailles.
Sébastien effectue aussi de nombreux remplacements au sein d’orchestres comme l’Opéra de Rouen, l’Opéra de Paris ainsi que l’Orchestre Philharmonique de Liège pour lequel il est appelé en tant que violon co-soliste.
Depuis 2010, Sébastien est le second violon du Quatuor Leonis.

 

Jean-Michel Robbe

robbe-jean-michelOrganiste
Né le 29 août 1980, Jean-Michel Robbe obtient sa licence de musique en 2004 et la médaille d’or d’orgue à l’unanimité en 2004 au Conservatoire à Rayonnement Régional Olivier Messiaen du Grand Avignon dans la classe de Jean-Pierre Lecaudey.
Depuis 2001 il est membre du duo Appassionato (violoncelle et orgue ou piano). De 2003 à 2005, il est orgue solo avec l’orchestre à cordes du Haut-Vaucluse, l’Ensemble de cuivres d’Avignon et le Chœur Européen de Vaison-la-Romaine.
Depuis 2004, il est professeur d’orgue, de piano et de culture musicale dans les écoles de musique de Beaucaire, Aramon, Rognonas et Bellegarde. Il est depuis la même époque organiste titulaire des deux instruments de l’Abbaye Saint Michel de Frigolet.
Depuis 2005, il est membre du Trio Verano (trio avec piano). En 2006, il a été invité du Festival International d’orgue de Saint-Rémy-de-Provence. En 2007, il a participé aux Chorégies d’Orange avec l’Orchestre National de France.

 

Corinne Sagnol

sagnol-corinneFlûtiste
Corinne Sagnol étudie la flûte moderne au CNSM de Lyon dans la classe de Maxence Larrieu, où elle obtient un brillant premier prix en 1989, puis un 3ème cycle de musique de chambre en formation quintette à vents.
Elle décide ensuite de consolider son approche des différents styles musicaux auprès des plus grands flûtistes français : Michel Debost, Pierre-Yves Artaud, Patrick Gallois, Philippe Bernold, Michel Moraguès.
Elle se passionne plus tard pour la musique baroque sur instuments historiques, et obtient son diplôme de concert de traverso ainsi qu’un master de musique ancienne au conservatoire royal de Bruxelles en juin 2005 dans la classe de Barthold Kuijken
Passionnée par la musique sous toutes ses formes, elle joue au sein de plusieurs formations (Quintette à vents du Grand Avignon, Duo flûte et piano, Le Concert Galant, Les Différences, Opéra de Lyon, Ensemble Orchestral Contemporain) en France et à l’étranger. Curieuse de nouveaux répertoires, elle participe à des créations de musique contemporaine, mais également à des spectacles de théâtre, de danse, de chanson française, ou de musique argentine.
Titulaire du CA et passionnée par la pédagogie et la création de projets, elle enseigne la flûte et le traverso au CRR du Grand Avignon.

 

William Sayd

sayd-williamTrompettiste
Après avoir débuté ses études musicales à l’âge de 8 ans au conservatoire intercommunal de musique d’Istres, William obtient en 1998 une médaille d’or de trompette de l’école nationale de musique de Toulon, puis en 1999, un 1er prix de perfectionnement, avant d’obtenir un Diplôme d’Etudes Musicales de l’école nationale de musique d’Avignon. Ensuite, admis dans la classe de Monsieur Guy Touvron au conservatoire national de région de Paris, il obtient un 1er prix de trompette en 2002, avant d’intégrer le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Monsieur Antoine Curé et d’obtenir en 2006, un Diplôme de Formation Supérieure de ce même conservatoire. Parallèlement a cela, il effectue depuis 1998 divers remplacements dans des orchestres tels que l’Orchestre Lyrique Région Avignon Provence, l’Opéra de Paris, l’orchestre de Picardie, l’orchestre Pas de Loup. Titulaire depuis 2000 du Diplôme d’Etat et depuis 2008 du Certificat d’Aptitude lui permettant d’enseigner la trompette, il est professeur au CRR du Grand Avignon sur le site du Pontet. De plus, il participe tout au long de l’année à des concerts de musique de chambre, d’ensembles de cuivres, trompette et orgue, festivals tels que les Chorégies d’Orange.

 

Valentin Seigniez-Bacquet

Violoniste
Né avec le nouveau siècle, dans notre région, Valentin Seigniez-Bacquet est élève de seconde et suit en parallèle une excellente formation de violon au CRR d’Avignon dans la classe de Anne-Cécile Brielles. Il reçoit son DEM de violon en mai 2015 et vient tout juste d’être admis au CNSMD de Lyon. Dès son plus jeune âge, Valentin est lauréat du concours des Petites Mains symphoniques à Paris-Salle Gaveau. Il poursuit sa formation en participant à de nombreux stages et concerts. En février 2013, il bénéficie d’une master-class avec Alice Piérot au CRR d’Avignon. Il travaille en stage deux étés consécutifs avec Marianna Piketty. Depuis 2015, Valentin multiplie les concerts et les tournées avec des programmes très variés.

 

Yann Toussaint

toussaint-yannBaryton
Né à Reims, le baryton Yann Toussaint étudie d’abord la littérature en hypokhâgne et khâgne, puis à la Sorbonne, où il obtient une licence en Lettres Modernes, avant de s’orienter vers la musique et le chant. Il se forme alors au Conservatoire de Paris 10e (Médaille d’Argent en 1999) puis au CNSM de Paris (Prix de chant en 2003). Il remporte le Prix spécial du Jury au Concours de Chant de Nîmes de 2009 et intègre le CNIPAL de Marseille pour la saison 2009/2010.
Sa passion pour les textes et pour le théâtre l’oriente très naturellement vers l’art lyrique, tout en poursuivant l’oratorio et le récital. Il fait ses débuts à l’Opéra de Massy (Commissario dans Madama Butterfly), ainsi qu’avec l’Ensemble Orchestral de Paris sous la direction de Lionel Bringuier (Les Fables Enchantées d’Isabelle Aboulker). Lauréat du Concours du CFPL, il est engagé pour la longue tournée de Il Viaggio a Reims (Antonio, ainsi que doublure du rôle de Don Profondo au Capitole de Toulouse), objet d’une cinquantaine de représentations en France de 2008 à 2010.
On peut ensuite l’entendre dans les Opéras d’Avignon, Marseille, les Chorégies d’Orange, Reims, Festival de l’Ile d’Yeu, Théâtre de l’Athénée, Arsenal de Metz, et avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre National de Lorraine, l’Aichi Central Orchestra de Nagoya (Japon).
Il chante sous les directions de Myung-Whun Chung, Luciano Acocella, Roberto Fores-Veses, Jean-Yves Ossonce, Gaspard Brécourt, Dominique Rouits, Olivier Schneebeli, Balas Koscàr, Vincent Barthe, Jean-Walter Audoli, Jean Sourisse, Francesco Maria Carminati, Sesto Quadrini, Pierre Dumoussaud, Victorien Vanoosten, dans des mises-en-scène de Nadine Duffaut, Vincent Vittoz, Christian Gangneron, Renée Auphan, Nicola Berlofa, Alexandre Camerlo, Dorian Fourny, Sergio Urbani…
Ces dernières années on peut l’entendre dans Le Nozze di Figaro (Le Conte), Cosi fan tutte (Guglielmo), La Finta Giardiniera (Nardo), le rôle-titre de Don Giovanni (sur scène et également en masterclasse avec Ruggero Raimondi et Alain Duault, sur France 3), Faust (Valentin), Carmen (Escamillo et Dancaïre), Didon & Enée (Enée), Le Dernier Jour d’un Condamné de David Alagna (Le Ditecteur), La Symphonie n° 9 de Beethoven, les Requiem de Fauré, Duruflé, Brahms, la Cantate 82 de Bach, la Messa di Gloria de Puccini, Otello (Montano & Araldo), La Bohème (Schaunard), La Traviata (Germont).
La saison 2015-2016, Yann Toussaint chante La Chauve-Souris (Duparquet) de J. Strauss à l’Opéra du Grand Avignon, et enregistre L’Enorme Crocodile et Un Amour de Tortue d’Isabelle Aboulker avec l’Orchestre de Chambre de Paris pour Gallimard Musique. Viennent ensuite Maria Stuarda de Donizetti (Lord Cecil) à l’Opéra du Grand Avignon, puis L’Aiglon (Prokesch-Osten) d’Honegger et Ibert, ainsi que Madame Chrysanthème (Yves) de Messager à l’Opéra de Marseille.
Ses projets sont Un Amour de Tortue d’Isabelle Aboulker à la Philharmonie de Paris, ainsi que Tosca (Scarpia) pour les concerts « Révisez vos classiques » à l’Opéra de Rennes, en novembre 2016.
Intéressé par la pédagogie et la transmission, Yann Toussaint est titulaire du C.A. de professeur de chant, et enseigne aux Conservatoires des 5e et 20e arrondissements de Paris.

 

Julien Wolfs

wolfs-julienClaveciniste
Né en 1983, le belge Julien Wolfs commence ses études de clavecin avec sa mère, Marie-Anne Dachy, à l’Académie de Jodoigne. En 2003, il entre dans la classe de Menno van Delft au Conservatoire Supérieur d’Amsterdam. Il y obtient brillamment en 2009 le diplôme de Master. Dans le cadre d’un échange avec le Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, il a suivi une année durant les cours de Françoise Lengellé et Dirk Börner. Il a également pu profiter de l’enseignement de Bob van Asperen, Annelie de Man, Blandine Rannou ou Davitt Moroney. En 2010, il obtint avec La plus grande distinction un Master didactique à l’Imep (Namur – Belgique).
Premier claveciniste belge à avoir été primé au prestigieux Concours International de Clavecin de Bruges (Belgique) depuis sa création en 1964, Julien Wolfs fut Premier Lauréat de l’édition 2007 avec un Deuxième Prix ex-aequo, les Prix du Public et des Editions Minkoff.
Il est également membre fondateur de l’ensemble « Les Timbres » avec la violoniste Yoko Kawakubo et la violiste Myriam Rignol, ensemble qui reçut le Premier Prix au prestigieux Concours de Musique de chambre de Bruges (Belgique – 2009) ainsi que le Prix de la Meilleure Création Contemporaine. Leur premier enregistrement, consacré aux Pièces de Clavecin en Concerts de Jean-Philippe Rameau et publié chez Flora a reçu un Diapason d’Or (septembre 2014).
Julien Wolfs donne de nombreux récitals sur les scènes belges et internationales : Festival de Wallonie, Festival van Vlaanderen, Festival du Clavecin en Fête, Festival « Jeunes Talents » (Paris), Flagey, Bozar, Amuz, “Emerald Concerts” (Irlande) … Plusieurs de ses récitals ont déjà été enregistrés par la RTBF Musiq’3. Il est aussi très apprécié en tant que continuiste, et se produit dans les plus grands lieux de Belgique, France et d’Europe. Il a participé à plusieurs enregistrements pour les labels Ricercar, Flora, Paraty, Ligia Digital et Mirare, dont avec Les Timbres, avec l’ensemble Lingua Franca (dir. Benoît Laurent), For two to play (quatre mains au clavecin avec Marie-Anne Dachy) Stefanie Troffaes (duo traverso-clavecin), ou avec le Ricercar Consort et Philippe Pierlot, avec qui il se produit très régulièrement. Très intéressé par le clavicorde également, il a joué pour la Dutch Clavichord Society.
Il est également professeur de clavecin et de basse continue au CRR du Grand Avignon.

 

Monique Zanetti

zanetti-moniqueSoprano
Après des études de piano et de musicologie, Monique Zanetti s’oriente vers le chant. Elle commence sa carrière avec la Chapelle Royale et les Arts Florissants. Elle effectue de nombreuses tournées de concerts en France et à l’étranger (Europe, USA, Amérique du Sud, Japon…) dans de grands festivals (Innsbruck, Saintes, Herne, Ambronay, Utrecht, Aix en Provence, Fukuoka…) et participe à de prestigieuses productions d’opéras baroques (Atys, Roland de Lully, Médée de Charpentier, Didon et Enée de Purcell, Orfeo de Monteverdi…) sous la baguette de William Christie, Philippe Herreweghe, Christophe Rousset, Martin Gester, J.C Malgoire, Gustav Leonhardt, Jérôme Corréas, Joël Suhubiette, Jean- Marc Aymes….
Son répertoire s’ouvre également à la musique plus tardive : Les Noces de Figaro de Mozart, Le Médium de Menotti, Werther de Massenet, Pelléas et Mélisande de Debussy, Béatrice et Bénédict de Berlioz, Adrienne Lecouvreur de Cilea… (Opéra Comique, BAM de New York, Opéra de Lausanne, Opéra du Rhin, …) Elle aborde également la mélodie et le lied et se produit en concert avec pianistes et pianofortistes : Patrick Cohen, J.Efflam Bavouzet, Alain Planès, Corine Durous…
En Juin 2012, elle prend la responsabilité artistique de la première édition du festival « Les Voix de Silvacane », dans la fameuse abbaye cistercienne provençale.
Elle a à son actif une discographie de près de cinquante disques enregistrés chez Harmonia Mundi, Erato, Harmonic Records, Opus 111, Et Cetera, Musidisc, Pan classics… Parmi ses récents enregistrements citons le CD « Soleils Baroques » de Rossi avec Les Paladins (dir Jérôme Corréas), Dixit Dominus de Vivaldi avec Francesco Fanna et l’ensemble Pian & Forte, des Airs de cour d’Antoine Boesset avec l’ensemble à Deux Violes Esgales, ainsi que « Les Surprises de l’Amour » de Rameau chez Alpha, et  «  L’art de bien chanter » de Bacilly chez Saphir, qui a obtenu un Orphée d’Or en 2012, dans la catégorie « meilleure initiative discographique ». Son enregistrement  «  Les Leçons de Ténèbres » de Couperin chez le label « Hérisson » a été salué par 4 ffff dans le magazine Télérama. Paru chez Arion : « Ayres and lessons for the Lyra Viol » d’Alfonso Ferrabosco II. Paru en 2016 : « Les Figures de l’Amour » d’André Campra, chez Parnassie Editions.
Passionnée par la pédagogie, Monique Zanetti est régulièrement invitée à animer des stages et masterclasses de musique ancienne en France et à l’étranger (Versailles, Rio de Janeiro, Juiz de Fora Buenos Aires, Tokyo, Fukuoka, festival de Wallonie…).