Petra Ahlander

ahlanderpetra_150Soprano

Petra Ahlander Antonini étudie le piano et la flûte traversière dans son pays natal la Suède, puis participe à des spectacles d’opérettes avec une chorale amateur, avant d’aller en France à l’âge de 18 ans comme jeune fille au pair.
Après avoir étudié le chant, la musique de chambre, l’analyse musicale, l’harmonie et le contrepoint au Conservatoire National de Région de Montpellier, elle entre au C.N.I.P.A.L. à Marseille, ce qui lui permet notamment d’aborder la musique ancienne avec le groupe A Sei Voci sous la direction de Bernard Fabre-Garrus et d’intégrer les chœurs de L’Opéra de Montpellier dans le cadre d’une insertion professionnelle. Elle y travaille ensuite en tant que choriste supplémentaire.
Elle chante désormais en soliste avec des formations variées en France et en Europe un répertoire allant du XVIIe siècle à la musique contemporaine. Elle participe à de nombreux festivals de musique sacrée, mais consacre aussi beaucoup de temps à défendre le Lied et la Mélodie. Régulièrement invitée au Festival d’Avignon, elle participe souvent à des créations musicales de compositeurs d’aujourd’hui.
Titulaire d’un D.E.M.- option pédagogie, Petra Ahlander Antonini enseigne le chant à l’école de musique municipale de Clermont l’Hérault et à l’école de musique d’Assas.
Elle dirige un ensemble vocal féminin « Minerva » et un chœur mixte, le « Chœur d’Assas ».

Isabelle Andréa

Chef de chœur

Isabelle Andréa dirige le chœur Aurélia depuis septembre 2002. Sous sa conduite, le chœur mène un travail ciselé sur la musicalité, l’interprétation et la recherche de la meilleure sonorité.

C’est à Valenciennes qu’elle commence sa carrière d’enseignante en Formation Musicale et Chant Choral au conservatoire. En Provence depuis 1987, elle enseigne actuellement au CRR du Grand Avignon.

Pédagogue, chanteuse, chef de chœur, Isabelle Andréa allie sa vaste connaissance du répertoire vocal à une implication personnelle enthousiaste. Sa direction de chœur a capella ou avec instruments, est empreinte d’une grande exigence.

Raphaèle Andrieu

andrieu-raphaelleSoprano

C’est après quelques années de pratique théâtrale et lors de sa formation au Conservatoire d’art dramatique d’Avignon que Raphaële découvre le chant. Elle entre ensuite dans la classe de chant de Catherine Thomasset au Conservatoire d’Avignon en 2004. Entre 2006 et 2009 elle a eu l’occasion de se produire à l’Opéra d’Avignon avec le Conservatoire dans les rôles de Laoula dans « L’étoile » de Chabrier ou Elle dans « L’amour masqué » de Messager notamment. Dès 2008, elle commence à se produire professionnellement dans les rôles de Ernestine dans « Monsieur Choufleuri… » d’Offenbach ou de la première cousine dans « La Périchole » d’Offenbach joués dans différents lieux du Vaucluse et du Gard. En 2009, elle a été lauréate de la première édition des Saisons de la voix à Gordes, à cette occasion elle a pu participer à un concert autour de la mélodie avec le baryton François Leroux. Toujours en 2009, elle a remporté le premier prix d’art lyrique au concours jeunes talents d’Alès à l’unanimité. Cette même année elle obtient avec succès son prix de chant à Avignon. Dès 2011, elle se perfectionne avec Isabelle Germain (professeur au CNSM de Lyon) et depuis 2015 avec Jean-Pierre Blivet. On a pu la voir interpréter le rôle de Serpina dans « La serva padrona » de Pergolese notamment au Festival d’Aix-en-Provence Côté Cour en 2010. Elle a également interprété Fiordiligi en 2011 dans une version modernisée de « Cosi fan tutte » de Mozart. Elle a été applaudie à Nîmes ainsi qu’au festival classique de Caunes-en-Minervois avec le Cercle lyrique de Nîmes dans le rôle de Violetta Valéry dans « La Traviata » de Verdi. Elle se produit également comme soliste depuis quelques années dans des concerts de musique sacrée (Grande messe en Ut de Mozart, la petite messe solennelle de Rossini, Gloria de Vivaldi, Requiem de Fauré, cantates de Bach, Te Deum de Charpentier…) avec Musique sacrée en Avignon ou lors du festival Organa à St Rémy-de-Provence. En juillet 2011 et 2015 elle chante dans deux messes brèves de Mozart dans le cadre du festival IN d’Avignon en direct sur France Culture. En 2012 et 2013, elle a interprété Donna Anna dans « Don Giovanni » de Mozart notamment au Théâtre de Nîmes. En 2014 et 2015 elle était Belinda dans l’opéra baroque « Didon et Enée » de Purcell. Raphaële se produit aussi dans des créations visant à démocratiser et faire découvrir l’art lyrique, dans de nombreux récitals et également des spectacles de théâtre musical comme dans la comédie-ballet de Molière et Lully « le Bourgeois Gentilhomme » où elle jouais le rôle de Nicole.

Luc Antonini

antoniniluc2_150Organiste

Né en 1961 à Avignon, Luc Antonini commence des études musicales dans sa ville natale avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient six Prix, harmonie, contrepoint, fugue, orchestration, analyse et celui d’orgue à l’unanimité. Il débute très vite une carrière de concertiste qui le mène dans les plus grandes villes d’Europe et dans les festivals les plus prestigieux.

Il enseigne l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier-Métropole. Il est titulaire de l’orgue Barker et Verschneider de la Collégiale Saint-Agricol d’Avignon, et co-titulaire de l’orgue doré italien de la Métropole Notre-Dame des Doms à Avignon.

Fondateur de l’Association Orgue en Avignon, il fait désormais partie de l’équipe dirigeante de la nouvelle association fusionnée Musique Sacrée et Orgue en Avignon. Il contribue ainsi à la mise en valeur et au rayonnement du Patrimoine Historique des orgues d’Avignon et de sa Région par l’organisation de près d’une soixantaine de concerts par an, dont le Cycle de Musiques Sacrées du Festival d’Avignon. Son vaste répertoire lui permet d’aborder une littérature très variée du XVIIe siècle à nos jours. Il a par ailleurs enregistré plusieurs C.D. toujours unanimement salués par la critique.

Luc Antonini est aussi compositeur. Il a écrit plusieurs messes avec orgue et ensemble instrumental, des pièces pour orgue soliste, Dialogus, Prélude, Interlude et Postlude d’après la messe Lux et Origo éditées aux éditions Doblinger dans le recueil Nuovi Fiori Musicali, Trois Interludes d’après le Veni Creator de Jehan Titelouze, des pièces de musique de chambre à caractère pédagogique, de la musique de scène …

Il a orchestré les Trois Danses pour orgue de Jehan Alain, créées par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse dans le cadre du Festival 2007 Toulouse les Orgues. Une nouvelle version de cette orchestration a été créée en mars 2011 par l’Orchestre National d’Ile de France dans le cadre de la Commémoration Nationale de la naissance de Jehan Alain à Saint-Germain- en-Laye. Une ultime version révisée de cette orchestration fut interprétée en octobre 2011 par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse sous la direction de Tugan Sokhiev ainsi qu’en décembre 2011 par l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence sous la direction de Benjamin Ellin.

Lucienne Antonini

antoninilucienne_150Organiste

Lucienne Antonini est née à Avignon. Etudes musicales de piano, musique de chambre, harmonie et contrepoint au Conservatoire d’Avignon. Orgue et harmonie avec Maurice Duruflé. Diplôme de virtuosité au concours Jehan Titelouze de Rouen avec mention spéciale du jury.

La restauration de l’Orgue Doré de la Métropole Notre Dame des Doms d’Avignon, chef-d’œuvre de la facture d’orgue italienne, lui permet d’approfondir la littérature d’orgue ancienne italienne. Participation avec les professeurs L.F. Tagliavini et les musicologues O. Mischiati et A. Cavicchi au lancement des Semaines Internationales G. Frescobaldi de Ferrare. Ses enregistrements de G. Frescobaldi lui ont valu deux fois le Grand Prix de la Critique Italienne.

Carrière de concertiste dans la plupart des pays d’Europe. Concerts et participation à de nombreux Festivals et Semaines Internationales d’Orgue (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Autriche, Tchécoslovaquie, Italie, Espagne, France). Enregistrements pour la plupart des Radios et Télévisions des pays visités. Classes de maître en Allemagne et en Italie.

Lucienne Antonini est professeur honoraire au Conservatoire National « Olivier Messiaen » d’Avignon et organiste titulaire de la Métropole Notre Dame des Doms d’Avignon. Elle a créé, dans sa classe du Conservatoire un cours spécialisé pour la musique italienne. Elle participe régulièrement au Festival d’Avignon pour des concerts, des créations d’œuvres contemporaines (M. Ohana, R. Gagneux, F. Ibarrondo, A. Louvier, J.P. Leguay).

Elle collabore activement à l’équipe de direction de la programmation du Cycle d’Orgue et de celle de l’Association Orgue en Avignon. Elle est l’un des membres fondateurs de l’Association Orgue Hommage à Messiaen. Depuis octobre 1999, elle assure la fonction de Directrice musicale pour l’Association « Musique Sacrée en Avignon ».

Françoise Bouillard

Mezzo-soprano

Après des études de musicologie et d’alto au conservatoire de Montpellier, elle obtient en 2000 un CAPES d’éducation musicale et de chant choral. Parallèlement à ses activités d’enseignement, elle étudie le chant classique avec Catherine Thomasset au conservatoire d’Avignon puis avec Andrea Büchel. Passionnée par le chant polyphonique, elle chante en tant que choriste ou soliste dans plusieurs ensembles vocaux : Le Madrigal de Nîmes, Chœur Master du Val d’Oise, l’ensemble vocal Lucien Bass (Nîmes), le chœur Cum Jubilo, l’ensemble Bergamasque ainsi que le quatuor a capella les fines bouches (Avignon).

Aurélie Brémond

Soprano

bremond-aurelieAurélie Brémond est une jeune soprano lyrique léger de 25 ans.

Dès son plus jeune âge, elle commence à étudier la musique à Briançon (Hautes-Alpes): à 8 ans elle commence l’apprentissage de la clarinette, à 15 ans, elle choisit de se tourner vers le piano, et commence à prendre des cours de chant un an plus tard, avec Barbara Blivet, au conservatoire de Briançon.

En 2009, à l’âge de 17 ans, elle est admise au CRR de Reims (Champagne-Ardennes), dans la classe de chant de Valérie Millot, ainsi que dans le Chœur Nicolas de Grigny, chœur amateur de très bon niveau dirigé par Jean-Marie Puissant, avec lequel elle interprétera des œuvres en chœur, ainsi qu’en tant que soliste.

En 2011, elle continue sa collaboration avec Jean-Marie Puissant en intégrant l’Ensemble Allegri, ensemble de solistes semi-professionnel, qui a pour but de promouvoir les jeunes chanteurs lyriques.

En 2012, elle entre dans la classe de Chant de Valérie Millot au Conservatoire du 1er arrondissement de Paris, puis dans l’Académie de Jeunes Chanteurs du Chœur de l’Orchestre de Paris, dirigé par Lionel Sow.

Elle chante, avec l’Académie, en effectif réduit (2 à 4 par voix) lors de préludes aux concerts à la Salle Pleyel, et participe aussi à certains concerts avec le Chœur de l’Orchestre de Paris (environ 90 chanteurs).

En 2014, elle entre au CRR d’Avignon, dans la classe de chant de Valérie Marestin, ainsi que dans sa classe d’Art lyrique.

En 2016, elle co-écrit un spectacle sur le thème de la gastronomie en musique :

« Mise en bouche lyrique », inspiré des opérettes d’Offenbach, il est représenté pour la première fois le 15 mai 2016 à l’Auditorium du Pontet. En novembre, elle joue le rôle de « Sophie, la colorature » dans le spectacle « Mélodie à l’opéra », écrit et mis en scène par Valérie Marestin au théâtre Ligier à Nîmes.

En novembre 2017, elle obtient le « Prix du mérite » de la Société des Membres de la Légion d’Honneur et elle participe à une master-class avec Marie-Ange Todorovitch et Michèle Voisinet dans le cadre de « Pézenas enchantée ».

En 2017, elle est « La princesse Laoula » dans « L’étoile » de Chabrier à l’opéra d’Avignon et elle est de nouveau « Sophie » dans « Mélodie à l’opéra », à Pézenas.

En septembre 2017, elle est admise à la Haute Ecole de Musique de Lausanne, dans la classe d’Hiroko Kawamishi.

Anne-Cécile Brielles

brielles-anne-cecileVioloniste

Anne-Cécile Brielles apprend le violon aux conservatoires du Mans, de Boulogne-Billancourt, puis au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon où elle obtient un premier prix à l’unanimité dans la classe de Marianne Piketty. Par la suite, elle intègre un troisième cycle de violon au CNSMD de Lyon et se perfectionne également à l’Escuela superior de Musica Reina Sofia à Madrid. Elle affectionne particulièrement la musique de chambre et remporte les concours internationaux d’Arles et de Madrid en duo avec harpe (duo Bergamasque). Intéressée par différents répertoires allant de la musique ancienne à la musique contemporaine, elle est dédicataire de plusieurs œuvres et a enregistré pour les éditions Hortus des pièces de Matalon et Cavanna au sein de l’ensemble Mesostics. Depuis 2009, elle enseigne le violon au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.

 

Andrea Büchel

buchel-andreaSoprano

Originaire de Trèves (RFA), diplômée du CRR de Nancy (classe de Christiane Stutzmann) et des universités de Nancy et d’Aix-en-Provence, Andrea Büchel travaille sa voix dès l’âge de 11 ans, se produisant lors de concerts et enregistrements en Allemagne, en Autriche et en Italie.

Elle participe à de nombreuses productions lyriques dans un répertoire allant de Claudio Monteverdi à Alban Berg (Orfeo de Monteverdi, Dido and Aeneas de Purcell, la Dame de Pique de Tchaïkovski, Werther de Massenet, Genoveva de Schumann, Bajazzo de Leoncavallo, Boris Godounov de Moussorgski, Woyzeck d’Alban Berg), tout en abordant le répertoire Mozartien avec Blondchen, Despina, Suzanne, Pamina…

Andrea Büchel multiplie les concerts et enregistrements (Radio France, ZDF, SWF, RTL, NDR, Erato etc.) sous des baguettes aussi réputées que celles de Michel Corboz, Philippe Herreweghe, Jérôme Kaltenbach, Jonathan Schiffman, Pierre Cao, Gilbert Bezzina, Aline Zylberajch, Marcel Ponseele, Benoît Haller et de Martin Gester (Orchestres Symphoniques de la RTL, de l’Opéra de Lyon, de Nancy, de Mayence,… Les Trompettes des Plaisirs, La Chapelle Royale, Mensa Sonora, l’Ensemble Baroque de Nice, Stradivaria, Il Convito, La Fidelissime, L’Académie Sainte Cécile, Il Gardellino, La Chapelle Rhénane, Les Agrémens, L’Orchestre de Chambre de Versailles, Le Parlement de Musique…)

Elle se produit dans les grands Festivals de musique en France et à l’étranger (Festival de Musique Ancienne de Dieppe, Festival d’Art Baroque en Roya-Bévéra, Les Baroquiales, Festival Europa Sacra, Festival inter-religieux de Montpellier, Festival des Cordes Sensibles, Festival Vieux Nice Baroque en Musique, Internationale Händel-Festspiele à Göttingen…) et a été l’invitée de la Schola Cantorum de Bâle.

Spécialisée dans le domaine de la musique ancienne, elle se consacre également à la mélodie française et au lied allemand lors de nombreux récitals, accompagnée par Catherine Courvoisier, Patrick Ayrton, Timothy Roberts (Gabrieli Consort & Players)… Son répertoire s’étend de la musique renaissance jusqu’à la création contemporaine.

Ayant conjugué études musicologiques et littéraires, Andrea Büchel a rédigé plusieurs travaux de recherche sur les interactions entre littérature et musique. Elle anime cours d’interprétation, des conférences et des Master Class, notamment en collaboration avec Monique Zanetti et auprès de Gabriel Garrido.

 

André Canard

canard-andreTromboniste

Après des études de trombone au Conservatoire de Lyon puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, André Canard rejoint en 1978 l’Orchestre de l’Opéra de Marseille en qualité de co-soliste et accompagne les plus grandes voix de l’époque (Ruggero Raimondi, Placido Domingo, Jose Carreras, Montserrat Caballe, Jessye Norman…). Dans le même temps, il se produit avec des orchestres de jazz tels que le Big Band de Marseille ou de Monte-Carlo, pour accompagner des vedettes comme Sammy Davis Jr, Shirley Bassey, Eddie Louiss ou Johnny Halliday…

Il participe aussi à de nombreuses tournées, créations et enregistrements avec des ensembles aussi divers que le Quintette de cuivres de Montpellier (West Side Story), Musicatreize (Ohana, Bon), En Coulisse (Histoire du Soldat)…

De 1982 à 2006, il occupe le poste de Trombone solo à l’Orchestre National de Montpellier.

Parallèlement à cette carrière d’interprète et de soliste, il enseigne le trombone et la musique de chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier.

Albane Carrère

Mezzo-soprano

carrere-albaneLa mezzo-soprano française Albane Carrère est née à Vienne en Autriche. Après avoir obtenu une maîtrise en sociologie à l’Université Libre de Bruxelles, elle entre au Conservatoire Royal de Musique et au Koninklijk Conservatorium où elle termine ses études diplômée avec grande distinction.

En Belgique, elle est plusieurs fois invitée en récital au Festival Solistes au Domaine, notamment aux côtés de Barbara Hendricks et José Van Dam, au Festival de Stavelot/Festival de Wallonie, au festival de l’Eté Mosan, au Festival de Saint-Riquier et aux Bozar à Bruxelles. En 2008, elle fait ses débuts à l’opéra dans le rôle de « Mallika » dans « Lakmé » de Delibes à l’opéra de Gand et interprète le rôle de Maria dans la comédie musicale « La Mélodie du Bonheur » au Palais des Beaux-Arts et au Forum de Liège. Récemment, elle interprète Thérèse à l’Opéra de Liège, puis Adine au Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles, dans la création mondiale de Benoît Mernier « La Dispute ».

En France, Albane Carrère se produit à l’Opéra de Rouen dans les rôles de Karolka (Jenufa-Janacek), Mrs Grose (The Turn of the Screw-Britten). Elle est Flora (Traviata-Verdi) à l’Opéra de Versailles puis la Seconde Dame (Die Zauberflöte-Mozart) à l’Opéra de Toulon. A l’Opéra de Tours et de Reims, elle chante Zerlina (Don Giovanni-Mozart) puis Mercedes dans Carmen. Elle se produit également en soliste dans plusieurs concerts et récitals, notamment à la Cité de La Musique avec Opera Fuoco, à Saint-Pétersbourg, Tallinn et en Suède avec l’ensemble Contraste, à l’Opéra de Toulon et, la saison dernière, au Théâtre Antique des Chorégies d’Orange avec l’orchestre lyrique d’Avignon.

Albane Carrère est plusieurs fois invitée au Festival Martha Argerich à Lugano, où elle interprète le rôle de Samantha dans La Fugue d’Alexis Weissenberg accompagnée, entre autres, par Martha Argerich (enregistrement live EMI/Virgin Classics).

La saison dernière, elle est Zerlina pour Opéra en Plein Air puis Lucienne (Die Tote Stadt – Kornglod) aux opéras de Nancy et de Nantes avant de se produire dans l’émission Musiques en Fête, depuis le Théâtre Antique des Chorégies d’Orange pour célébrer la fête de la Musique.

Parmi ses projets, Le Renard dans La Petite Renarde Rusée de Janacek à l’amphithéâtre Bastille, Mercedes dans Carmen à l’Opéra Grand Avignon, The Fairy Queen (Purcell) à l’Opéra de Metz, La Tsigane dans Le Journal d’un Disparu de Janacek en tournée avec l’Arcal, le rôle de Donna dans Senza Sangue de Peter Eötvös en concert à Göteborg (Suède) avec l’orchestre symphonique de Göteborg puis en version scénique à Budapest, à l’Armel Festival Opera et le rôle de Clotilde dans Norma à l’Opera de Saint-Etienne.

Elle chantera également divers programmes de concerts en Belgique, en France et en Chine (Shenzhen et Shanghai).

Albane Carrère vient de participer à la nouvelle émission Fauteuils d’Orchestre consacrée à Ruggero Raimondi et présentée par Anne Sinclair (diffusion décembre 2015 sur France 3).

Isabelle Chauvalon

Compositeur

chauvalonisabelle_150Née en 1955 à Blois, Isabelle Chauvalon commence des études musicales dans sa ville natale, avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où elle obtient plusieurs premiers prix.

Elle y travaillera successivement avec Christian Manen (Solfège Spécialisé), Jeanine Rueff (Harmonie), Jean-Paul Holstein (Contrepoint), Marcel Bitsch (Fugue) et Serge Nigg (Orchestration).

Parallèlement, elle travaille le piano avec Pierre Sancan et remporte un Premier Prix de la Ville de Paris. Depuis 1988, elle est professeur d’Ecriture au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier.

Jusqu’en 2004, elle est également chargée de cours à l’université Paul Valéry, dans cette même ville.

Depuis plusieurs années, la composition occupe chez elle une part grandissante. On lui doit notamment des œuvres pour orchestre, quatuor de bassons, chœur, chœur et orgue, trio d’anches, piano, quatuor de cuivres…

Choeur « A Piacere »

choeur-a-piacere-2Direction Annie Fajeau

Créé en septembre 2000, ce chœur réunit une quarantaine d’adultes de tous âges et de toute formation musicale sous la direction d’Annie Fajeau. Un groupe d’enfants, régulièrement associé à des concerts depuis 2001 y est pleinement intégré depuis 2003.

A l’origine, simple regroupement d’amis aimant chanter, le chœur progressivement s’est vu étoffé et a élargi son répertoire vers des œuvres plus ambitieuses du répertoire classique et sacré : Monteverdi, Pachelbel, Buxtehude, Vivaldi, Bach, Fauré … Il reste néanmoins ouvert à la musique profane : chants provençaux, israéliens, chansons à boire, noëls français et étrangers, et à la musique de nos jours : Ramirez, et Paul Mc Cartney…

Ce chœur a la chance d’être souvent accompagné d’un orchestre de professionnels, le Prov’Art Orchestra, garantie de qualité pour le public et moteur de progression pour les choristes.

A Piacere est toujours prêt à répondre aux demandes d’organisations caritatives, et à participer à la vie associative d’Avignon et sa Région.

Chœur Aurelia

choeur-aureliaDirection Isabelle Andréa

Créé en 1983, le chœur Aurélia est dirigé depuis 15 ans par Isabelle Andréa. C’est un ensemble mixte constitué d’une soixantaine de choristes (soprani, alti, ténors et basses) qui se produit en diverses formations, a capella ou encore avec orgue, piano ou ensemble instrumental. Son activité depuis 34 ans illustre la motivation de ses membres et leur enthousiasme, transmis et vivifiés chaque année par de nouveaux recrutements.

Le chœur se produit régulièrement pour son concert de fin de saison à la Collégiale Saint-Martin de Saint-Rémy de Provence. En cours de saison, il est également sollicité lors d’événements caritatifs et culturels par des institutions publiques ou privées et des collectivités : Saint Paul de Mausole pour l’Association Valetudo, Tarascon, Eygalières, Festival « Haut les chœurs », Eyragues « Association Culture et patrimoine », Carry, Marseille « festival de Saint Victor » Eyguière , etc…

Retenant des axes forts pour chaque saison, Isabelle Andréa consacra l’année 2010 aux plus beaux Magnificat (Vivaldi, Buxtehude, Zelenka, Pachelbel, Pärt), puis en 2011 Schubert et Gounod, puis en 2012 la saison fut dédiée à Vivaldi (Gloria, Magnificat et Credo), puis en 2013 Dvorak avec la messe en Ré Majeur, et Carl Orff avec «  Carmina Burana » pour Cheval Passion, en 2014 spectacle « Comme à l’opéra » Une promenade dans le monde de l’opéra à travers Mozart, Verdi, Mascagni et Puccini, en 2015 « Te Deum et Gloria » avec en outre le Gloria de John Rutter, en 2016 JS Bach «  L’oratorio de Noël » et en 2017, « vous avez dit Mozart ? », programme regroupant des pièces religieuses ainsi que des pièces profanes et d’opéras. En 2018, le chœur Aurélia interprétera  La Misatango de Martin Palmeri.

Chœur Cum Jubilo

Chœur de l’Opéra-Théâtre du Grand Avignon

choeur-opera-avignonDirection Aurore Marchand

Les artistes du Chœur travaillent à temps complet et sont recrutés sur audition. Le large éventail des styles abordés exige d’eux une technique musicale, vocale et chorale complète et particulièrement souple.

Le Chœur de l’Opéra Grand Avignon participe à la réalisation de l’ensemble de la saison lyrique – opéras et opérettes – et à un certain nombre de concerts lyriques et de chœurs, et est appelé à se produire dans d’autres Maisons d’opéras, dans le cadre de co-productions ou à titre de chœur invité.

Il peut être également sollicité lors des animations scolaires et spectacles Inter-Notes organisés par l’Opéra Grand Avignon.

Le Chœur est par ailleurs régulièrement invité aux Chorégies d’Orange.

Chœur du Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon

Chœur Régional Mare Nostrum

Direction Marie-Christine Forgetchoeur-regional-mare-nostrum

Le Chœur Régional Mare Nostrum a été créé en septembre 2011.
Il regroupe une quarantaine de chanteurs confirmés provenant des départements provençaux riverains de la Méditerranée, d’où son nom.
Ses membres sont recrutés dans le cadre d’un projet de qualité et sont tous auditionnés préalablement à leur admission.
Bien que son répertoire actuel soit de musique sacrée, il ambitionne d’aborder également d’autres formes musicales.

Chœur Symphonique de Montpellier

choeur-symphonique-de-montpellier

photos Jean Felix Bernetel

Direction Caroline Semont-Gaulon

Le chœur est créé en 2006, à l’initiative de René Koering, directeur de l’Opéra et de l’Orchestre National de Montpellier, et d’Hervé Niquet, chef d’orchestre et de chœur, en résidence dans cette même ville, dans le but d’adjoindre une grande formation chorale à l’Orchestre National de Montpellier, et aborder ainsi les œuvres chorales d’envergure des XIXe et XXe siècles.
Ce chœur, composé de 75 choristes auditionnés et sélectionnés, a été dirigé par Hervé Niquet de 2006 à 2011, puis par Vincent Recolin de 2012 à 2015. Depuis septembre 2015, Vincent Recolin et Caroline Semont-Gaulon codirigent le chœur.
Le Chœur Symphonique de Montpellier se produit régulièrement, avec divers chœurs et orchestres en, et hors région, sa vocation de « Chœur d’Oratorio » lui permettant d’aborder les grandes œuvres du répertoire.
Derniers concerts : Requiem de Duruflé à Alès et Anduze les 26 août et 2 septembre 2017 (direction Vincent Recolin).
Prochain concert : concert Schubert, salle Molière à Montpellier le 17 décembre 2017 (direction Vincent Recolin).

Ottavio Dantone

Organiste

dantone-ottavioOttavio Dantone, né le 9 octobre 1960, est un claviériste et chef d’orchestre italien, bien connu pour ses interprétations de la musique baroque. Il est le directeur musical de l’Accademia Bizantina de Ravenne depuis 1996.
Ottavio Dantone étudie au Conservatoire Giuseppe Verdi de Milan, dont il est diplômé en orgue et clavecin. En 1985, il reçoit le prix de basse continue au Festival international de Paris et est également lauréat au Festival de Bruges l’année suivante.
Il commence sa collaboration avec l’orchestre baroque Accademia Bizantina de Ravenne en 1989 et sa profonde compréhension de l’interprétation sur instruments d’époque l’amène à devenir directeur musical de ce même ensemble. Sous sa direction, l’Accademia Bizantina s’affirme comme l’un des ensembles baroques les plus remarquables de la planète.
Ces dernières années Ottavio Dantone a progressivement ajouté à son activité de soliste et de leader d’un orchestre de chambre, celle toujours plus importante de chef d’orchestre en étendant son répertoire à l’opéra et à la période classique et romantique. En 1999, il a fait ses débuts de chef d’orchestre en dirigeant l’Accademia Bizantina dans la création du Giulio Sabino de Giuseppe Sarti au Théâtre Alighieri de Ravenne. Depuis, il a dirigé aussi bien des opéras célèbres du répertoire que les premières d’oeuvres en pleine redécouverte dans de grands festivals et théâtres, tels que La Scala de Milan, le festival de Glyndebourne, les opéras de Madrid, Paris et Zurich ainsi que les Proms de Londres.
Il a enregistré aussi bien en tant que soliste que chef d’orchestre dans des compagnies de disques aussi renommées que Decca, Deutsche Grammophon, Naive et Harmonia Mundi, ce qui lui a valu de nombreux prix et la reconnaissance de la critique internationale.

Thierry Denante

Ténor

Après 6 années d’études de piano au Conservatoire de Marseille et la pratique du chant choral, c’est le hasard qui l’a ramené à la musique, comme clavier dans un orchestre de variétés où ses qualités vocales furent rapidement repérées et où il devint finalement finalement chanteur pendant plusieurs années.

En 1994, il ressent le besoin de diversifier son répertoire et aidé par son professeur Gilles Schneider, il se tourne vers le chant en petits chœurs, au sein des ensembles vocaux Campana (Avignon) et Ad Fontes Canticorum (Aix en Provence).

Privilégiant le répertoire baroque, il a complété sa formation au Conservatoire d’Aix-en-Provence avec Monique Zanetti, et travaille actuellement avec Andrea Büchel.

Il intervient régulièrement comme soliste dans différentes chorales de la région (Les Offrandes Musicales, Apta-Julia, EVOM…), participe également à des projets plus élaborés (Didon et Enée de Purcell en 2013, L’Extraordinaire Noël de M. Scrooge en 2014, Orphée de Lully en 2015) et a intégré récemment l’ensemble vocal Avignonnais « Cum Jubilo ».

Philippe Depétris

Flûtiste

Artiste passionné et homme de culture, Philippe Depetris est l’un des flûtistes français les plus appréciés de sa génération. Son parcours riche d’étapes nombreuses et souvent prestigieuses, a façonné un humaniste à l’écoute de ses contemporains autant qu’un artiste amoureux d’une esthétique musicale qui ne sacrifie jamais la qualité à la superficialité. A travers sa carrière personnelle, ses centaines de concerts, ses enregistrements et son enseignement mais aussi à travers les festivals et manifestations qu’il a créés et qu’il anime depuis plus de 25 ans, il va passionnément à la rencontre de dizaines de milliers de mélomanes.. Créateur reconnu d’événements de qualité dans le domaine de la musique, partenaire de musiciens et d’orchestres qui figurent régulièrement en haut de l’affiche, Philippe Depetris est motivé au delà de tout par la capacité d’échanges que suscite l’ensemble de ses activités. Son enthousiasme et son talent lui permettent de vivre la musique comme une fête, comme une émotion que l’on partage sans réserve. C’est l’engagement essentiel de cet artiste atypique qui a pour ambition de désacraliser la musique classique pour en éviter la marginalisation. Professeur au conservatoire d’Antibes, il est le directeur artistique fondateur des Soirées Musicales de l’Abbaye Royale de la Celle, du Festival d’art sacré d’Antibes et des Soirées Musicales des Templiers de Saint-Raphaël qu’il a animées pendant 27 années. Il assure également la direction artistique des Soirées Musicales de Grimaud.

Nicolas Domingues

domingues-nicolasContre-ténor

Après l’achèvement de sa formation supérieure d’interprétation au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon et l’obtention du Diplôme National d’Etudes Supérieures Musicales, Nicolas Domingues se spécialise dans l’interprétation des répertoires baroques et contemporains, notamment avec René Jacobs, Gérard Lesne, Jill Feldman, Rachel Yachar et entame une carrière à rayonnement international.

Cet artiste plein de « sensibilité et de ductilité » ( G. Corneloup – Figaro du 29-03-05) a été amené à se produire en tant qu’alto soliste avec les plus grands ensembles : Les Arts Florissants, La Petite Bande, Les Musiciens du Louvre, Le Seminario Musicale, Elyma, La Chapelle Royale de Versailles, Sagittarius, Les jeunes Solistes, Musicatreize….dans divers continents et dans les plus grands festivals : Aix-en-provence, Fondation Gulbenkian, Festival d’Ile-de-France, Opéra National de Lyon, Lisbonne, Théatre Royal de La Monnaie…. sous la direction notamment de William Christie, Sigiswald Kuijken Gabriel Garrido ou Marc Minkowski.

Il est engagé par l’Opéra National de Lisbonne pour divers rôles enregistrés au disque pour EMI et le label Portugaler, également par la Chapelle Royale Portugaise, l’ensemble Segreis, et la Fondation Gulbenkian. En Espagne, il donne des récitals de musique espagnole du XVIIIe siècle avec l’ensemble La Folia notamment au Musée des Beaux-Arts.

Sa connaissance du répertoire de musique sacrée l’amène à chanter les conduits français du XIII° siècle aussi bien que les plus grandes œuvres sacrées du répertoire italien et allemand (Passions de J.S. Bach ou Messie de Händel) ou que les œuvres majeures du XXe siècle (Messe de Loussier, œuvres de Berio, Ligeti, Fedele, Mâche, Azurza avec l’ensemble Musicatreize).

Ayant bénéficié d’une formation supérieure à la pédagogie au CNSM de Lyon (Formation diplômante au Certificat d’Aptitude à l’enseignement du Chant et Master de Pédagogie) il a obtenu son C.A. de Chant et enseigne au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier depuis 2005.

Il dispense son enseignement avec succès à divers artistes en activité, d’anciens élèves des CNSM et des Ateliers Lyriques, lauréats de Prix Lyriques de l’ARPO, Prix SACEM ou de concours internationaux.

Fabrice Durand

durand-fabriceAlto

Fabrice Durand a toujours entendu vibrer les murs de la maison familiale de musique, d’une sœur avide de musique de tout style et toute origine, et d’un frère corniste, éminent pédagogue, interprète et compositeur. Menant plusieurs types d’études à la fois scientifiques et artistiques qui le mènent de Metz à Paris via la Sorbonne, il côtoie les chercheurs de toutes spécialités dont la passion commune est et demeure à jamais la musique. Alors pourquoi refuser la destinée alors que son grand-père paternel, ses grands-oncles et son arrière-grand-père étaient déjà luthiers à Mirecourt ? Cela ne l’empêche pas de continuer à s’intéresser aux sciences sociales, au fonctionnement humain souvent décevant, mais toujours passionnant, la psychologie, la sophrologie qu’il enseignera dès la fin de l’année 2013. Après quelques expériences comme alto solo, notamment à la « Jeune Philharmonie Franco-Allemande », Fabrice Durand est recruté tour à tour à Liège comme tuttiste, à Grenoble comme cosoliste, en passant par Montpellier, puis à l’OLRAP dont il est l’alto solo depuis 20 ans maintenant. Outre l’enseignement qu’il pratique quasiment sans interruption depuis 25 ans avec toujours autant de bonheur, ses expériences de chambriste l’ont amené à jouer avec Dimitry Markevitch, travailler avec le quatuor Bartók, Claude-Henri Joubert, Pierre Pénassou, Maria Vermès, à jouer au sein du quatuor Luthfi, du trio Kodaly, du quatuor Ceria, à jouer en direct à Radio-France, sur France Musique, et enregistrer un certain nombre de CD dont les œuvres pour trios à cordres de Boccherini et Bernardy de Valerne, compositeur du Comtat Venaissin de la fin XVIII e, début XIX e siècle, le quintette avec cor de Georges Barboteu, et l’intégralité des Adagios et Fugues de Bach-Mozart avec Luc Antonini à l’orgue. Son dernier projet est la création, avec sa talentueuse compagne Cordelia Palm, de l’Ensemble Instrumental Kallisté, ensemble musical à géométrie variable.

Thibaut Duret

Organiste

duret-thibautNé en 1984, Thibaut Duret a travaillé l’orgue tout d’abord auprès de Pierre Perdigon et Yves Lafargue au conservatoire de Grenoble, où il obtient un DEM d’orgue.

Il intègre ensuite la classe d’orgue de François-Henri Houbart au conservatoire de Rueil-Malmaison et y obtient un prix d’excellence, ainsi qu’un prix de perfectionnement à l’unanimité.

Il poursuit sa formation auprès de François Espinasse et Liesbeth Schlumberger au Conservatoire National Supérieur de Musique et danse de Lyon, où il est admis à l’unanimité, et termine sa formation par l’obtention de plusieurs dipmômes : DNSPM, Master d’orgue mention très bien, Master pédagogique et CA d’orgue en 2014.

Thibaut Duret a également travaillé l’écriture musicale avec Franck Vaudray, ainsi que l’improvisation au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon avec Loïc Maillé, Gabriel Marghieri et Franck Vaudray.

Nommé titulaire du grand orgue de la Cathédrale de Chambéry en 2009, il enseigne l’orgue au Conservatoire de Bourgoin Jallieu entre 2011 et 2014. Il est depuis septembre 2014 professeur d’orgue au CRR d’Annecy Pays de Savoie.

Thibaut Duret s’est produit à travers la France : Paris (Notre-Dame, La Madeleine), Lyon (Primatiale Saint-Jean, Fourvière, Saint-François), Auch, Annecy, Chambéry, Cunault, Dôle, Dijon, Evian, Grenoble, Langres, Le Grand Bornand, Limoges, Quimper, Saint Antoine l’Abbaye, Saint-Etienne, Saint-Malo, Nanterre, Rueil Malmaison, Sollies-Toucat, Le Touquet, Valence, également en Allemagne, en Guyane, en Suisse, au Luxembourg, ainsi que dans plusieurs festivals : Annecy Classic Festival, Bach Saint Donat, Bach en Combrailles, Bel Air clavier Festival (Chambéry)…

Ensemble AlaCantus

ensemble-alacantusLa passion pour le chant et ses recherches universitaires sur le rapport entre la littérature et la musique conduisent la soprano Andrea Büchel à fonder l’ensemble AlaCantus. Composé de chanteurs solistes et de musiciens professionnels aux parcours internationaux, tous animés par un désir d’excellence collective, le groupe se dédie à servir les grandes œuvres du répertoire vocal allant de Claudio Monteverdi à nos jours.
Le groupe se produisant sans chef, à raison d’un chanteur par voix, chacun met au service de l’ensemble son expérience musicale qui embrasse un très large répertoire et une qualité d’écoute polyphonique exceptionnelle. Un grand but commun : transmettre les émotions et le sens du texte avec raffinement et légèreté et partager avec le public le plaisir de chanter.
Par les ailes du chant, comme le suggère son nom, l’ensemble AlaCantus invite le public à traverser époques et contrées et à prendre l’envol vers des horizons à la fois poétiques et ancrés dans la modernité.

Andrea Büchel, soprano
Originaire de Trèves (RFA), diplômée du CRR de Nancy (classe de Christiane Stutzmann) et des universités de Nancy et d’Aix-en-Provence, Andrea Büchel travaille sa voix dès l’âge de 11 ans, se produisant lors de concerts et enregistrements en Allemagne, en Autriche et en Italie.
Elle participe à de nombreuses productions lyriques dans un répertoire allant de Claudio Monteverdi à Alban Berg (Orfeo de Monteverdi, Dido and Aeneas de Purcell, la Dame de Pique de Tchaïkovski, Werther de Massenet, Genoveva de Schumann, Bajazzo de Leoncavallo, Boris Godounov de Moussorgski, Woyzeck d’Alban Berg), tout en abordant le répertoire Mozartien avec Blondchen, Despina, Suzanne, Pamina…
Andrea Büchel multiplie les concerts et enregistrements (Radio France, ZDF, SWF, RTL, NDR, Erato etc.) sous des baguettes aussi réputées que celles de Michel Corboz, Philippe Herreweghe, Jérôme Kaltenbach, Jonathan Schiffman, Pierre Cao, Gilbert Bezzina, Aline Zylberajch, Marcel Ponseele, Benoît Haller et de Martin Gester (Orchestres Symphoniques de la RTL, de l’Opéra de Lyon, de Nancy, de Mayence,… Les Trompettes des Plaisirs, La Chapelle Royale, Mensa Sonora, l’Ensemble Baroque de Nice, Stradivaria, Il Convito, La Fidelissime, L’Académie Sainte Cécile, Il Gardellino, La Chapelle Rhénane, Les Agrémens, L’Orchestre de Chambre de Versailles, Le Parlement de Musique…)
Elle se produit dans les grands Festivals de musique en France et à l’étranger (Festival de Musique Ancienne de Dieppe, Festival d’Art Baroque en Roya-Bévéra, Les Baroquiales, Festival Europa Sacra, Festival inter-religieux de Montpellier, Festival des Cordes Sensibles, Festival Vieux Nice Baroque en Musique, Internationale Händel-Festspiele à Göttingen…) et a été l’invitée de la Schola Cantorum de Bâle.
Spécialisée dans le domaine de la musique ancienne, elle se consacre également à la mélodie française et au lied allemand lors de nombreux récitals, accompagnée par Catherine Courvoisier, Patrick Ayrton, Timothy Roberts (Gabrieli Consort & Players)… Son répertoire s’étend de la musique renaissance jusqu’à la création contemporaine.
Ayant conjugué études musicologiques et littéraires, Andrea Büchel a rédigé plusieurs travaux de recherche sur les interactions entre littérature et musique. Elle anime cours d’interprétation, des conférences et des Master Class, notamment en collaboration avec Monique Zanetti et auprès de Gabriel Garrido.

Monique Zanetti, soprano
Après des études de piano et de musicologie, Monique Zanetti s’oriente vers le chant. Elle commence sa carrière avec la Chapelle Royale et les Arts Florissants. Elle effectue de nombreuses tournées de concerts en France et à l’étranger (Europe, USA, Amérique du Sud, Japon…) dans de grands festivals (Innsbruck, Saintes, Herne, Ambronay, Utrecht, Aix en Provence, Fukuoka…) et participe à de prestigieuses productions d’opéras baroques (Atys, Roland de Lully, Médée de Charpentier, Didon et Enée de Purcell, Orfeo de Monteverdi…) sous la baguette de William Christie, Philippe Herreweghe, Christophe Rousset, Martin Gester, J.C Malgoire, Gustav Leonhardt, Jérôme Corréas, Joël Suhubiette, Jean- Marc Aymes….
Son répertoire s’ouvre également à la musique plus tardive : Les Noces de Figaro de Mozart, Le Médium de Menotti, Werther de Massenet, Pelléas et Mélisande de Debussy, Béatrice et Bénédict de Berlioz, Adrienne Lecouvreur de Cilea… (Opéra Comique, BAM de New York, Opéra de Lausanne, Opéra du Rhin, …) Elle aborde également la mélodie et le lied et se produit en concert avec pianistes et pianofortistes : Patrick Cohen, J.Efflam Bavouzet, Alain Planès, Corine Durous…
En Juin 2012, elle prend la responsabilité artistique de la première édition du festival « Les Voix de Silvacane », dans la fameuse abbaye cistercienne provençale.
Elle a à son actif une discographie de près de cinquante disques enregistrés chez Harmonia Mundi, Erato, Harmonic Records, Opus 111, Et Cetera, Musidisc, Pan classics…Parmi ses récents enregistrements citons le CD « Soleils Baroques » de Rossi avec Les Paladins (dir Jérôme Corréas), Dixit Dominus de Vivaldi avec Francesco Fanna et l’ensemble Pian & Forte, des Airs de cour d’Antoine Boesset avec l’ensemble à Deux Violes Esgales, ainsi que « Les Surprises de l’Amour » de Rameau chez Alpha, et  «  L’art de bien chanter » de Bacilly chez Saphir, qui a obtenu un Orphée d’Or en 2012, dans la catégorie « meilleure initiative discographique ». Son enregistrement  «  Les Leçons de Ténèbres » de Couperin chez le label « Hérisson » a été salué par 4 ffff dans le magazine Télérama. Paru chez Arion : « Ayres and lessons for the Lyra Viol » d’Alfonso Ferrabosco II. Paru en 2016 : « Les Figures de l’Amour » d’André Campra, chez Parnassie Editions.
Passionnée par la pédagogie, Monique Zanetti est régulièrement invitée à animer des stages et masterclasses de musique ancienne en France et à l’étranger (Versailles, Rio de Janeiro, Juiz de Fora Buenos Aires, Tokyo, Fukuoka, festival de Wallonie…).

Pierre Guiral, baryton-basse
Pierre Guiral est un artiste au parcours singulier.
Après avoir étudié la flûte traversière, la direction d’orchestre, la musique de chambre, l’électroacoustique et la composition, il découvre le répertoire vocal et entreprend des études de chant. Sa formation l’amène à se perfectionner auprès de nombreux professeurs, metteurs en scène et chefs d’orchestre. Titulaire du Certificat d’Aptitude de directeur de conservatoire, il obtient également un Master de pédagogie au Conservatoire National Supérieur de Paris.
Aujourd’hui, il se produit régulièrement comme soliste en France et à l’étranger. Son répertoire s’étend des périodes baroques (Roi Arthur de Purcell – Cantates – Magnificat- Oratorio de Noël de Bach – La Serva Padrona de Pergolèse) ou classiques et romantiques (Les sept dernières paroles du Christ et Stabat Mater de Haydn, Messes de Schubert, Stabat Mater de Dvorak, Requiem de Fauré) jusqu’aux compositions du XXe siècle (Les chansons Madécasses de Ravel, Requiem de Duruflé, Le Bal Masqué de Poulenc), sans oublier les contemporains (Récitations d’Aperghis, Aria de Cage). Il interprète également des rôles d’Opérette et d’Opéra (Don Alfonso, Cosi Fan Tutte de Mozart, Monsieur Choufleuri, Le Vice-Roi du Pérou, Le Baron de Gondremark chez Offenbach… )
Pierre Guiral est actuellement le directeur de l’Opéra Grand Avignon.

Ensemble instrumental Kallisté

Ensemble instrumental KallistéL’Ensemble Instrumental Kallisté, nouveau venu dans le Grand Avignon, a été créé sous l’impulsion de Cordelia Palm, violon super soliste à l’ORAP (Orchestre de Région Avignon Provence).

Composé essentiellement de membres de l’ORAP, l’Ensemble Instrumental Kallisté est le fruit d’une réflexion, d’un besoin de se retrouver entre amis, en dehors des institutions, de se ressourcer. La musique étant signe de convivialité, d’échange, de fête, d’énergie partagée.

Plus prosaïquement, L’E. I. Kallisté a pour vocation d’apporter la musique en formation de chambre et orchestre de chambre dans des lieux où les orchestres symphoniques ne peuvent pas se produire, de rencontrer des publics avertis comme des publics peu enclins à se «frotter» aux grandes œuvres du répertoire classique.

L’E. I. Kallisté sera amené accueillir des musiciens amis de tous horizons et instruments.

Ses musiciens fondateurs sont Cordelia Palm, Marc Aidinian, Gabriella Kovacs, Sylvie Bonnay, Fabrice Durand, Cécile de Rocca Serra, Jean-Christophe Bassou et François Dautry.

Ensemble instrumental TrèsOrchestral

Ensemble Scherzi

L’ensemble Sherzi est un ensemble baroque qui joue sur instruments anciens. Il accompagne régulièrement l’Ensemble Vocal Arcanes dans les répertoires des XVIIe et XVIIIe siècles (œuvres de M.A. Charpentier, J.S. Bach, G.F. Haendel…)

Ensemble Vocal Arcanes

Direction Jean-Michel Montornès

ensemble-vocal-arcanesL’ensemble Vocal Arcanes compte environ 25 chanteurs permanents. L’Ensemble, créé en 1987 à Belfort, est dirigé depuis 1990 par Jean-Michel Montornès.

Son répertoire varié, sacré ou profane, s’étend du XVIe au XXIe siècles et aborde tous les genres musicaux, l’oratorio, l’opéra, la chanson polyphonique, le madrigal, le motet…

L’ensemble interprète un grand nombre de compositeurs parmi lesquels J. S. Bach (Passion selon Saint Jean, Motets, Cantates), G.F. Haendel (Le Messie), M.A. Charpentier (Histoires sacrées, Motets), J. Haydn (Les sept paroles du Christ en croix), F. Poulenc (chansons et motets), C. Janequin (chansons polyphoniques), H. Schütz (Psaumes et motets), J. Brahms (lieder, motets), H. Purcell (King Arthur), Gluck (Orphée)…

Les concerts de l’ensemble sont donc chantés a capella, avec continuo ou avec orchestre selon les programmes. Pour ce faire, il s’associe avec des musiciens locaux souvent professeurs des conservatoires régionaux ou grands élèves (Schola de Bâle par exemple) en essayant chaque fois que c’est possible d’adapter les instruments au style de la musique abordée (instruments anciens, orchestre moderne…). Il se produit dans de nombreux festivals en France (Musicales de Caliregoutte, Noëlies de Strasbourg, Musicales de Soultz, les Nuits de l’Avent en Avignon) et à l’étranger.

Ensemble vocal Campana

Direction Jean-Paul Joly
L’Ensemble vocal Campana, créé en 1987 par Jean Paul Joly, professeur de formation musicale et de chant choral au C.R.R. Olivier Messiaen du Grand Avignon de 1979 à 2005, est un chœur de chambre, à voix mixtes, organisé sur quatre pupitres comprenant chacun de trois à cinq chanteurs. Ce chœur utilise les compétences vocales et musicales de choristes confirmés, de professionnels de l’enseignement de la musique, grâce à quoi le travail sur le son, sur la justesse et sur le timbre vocal peut être plus affiné que dans la situation chorale traditionnelle.
Pas de spécialisation de styles musicaux pour ce chœur, qui visite les musiques vocales depuis le Moyen Age jusqu’à la musique contemporaine et le jazz.
Le Chœur de Chambre Campana se produit dans le Vaucluse, et au-delà, dans la région PACA.

Ensemble vocal Minerva

Direction Petra Ahlander
Le groupe vocal Minerva est principalement constitué de femmes de la classe de chant de l’école de musique municipale de Clermont l’Hérault, où Petra Ahlander enseigne depuis 1998, et de femmes issues du Chœur d’Assas qu’elle dirige depuis 2011.
Petit à petit, un noyau solide s’est formé au sein de cet ensemble, qui chaque année est renouvelé par de nouvelles élèves motivées.
L’ensemble participe régulièrement à des manifestations diverses dans l’Hérault et a aussi chanté à Avignon, à quelques reprises, notamment au sein des Automnales de l’Orgue et dans le cycle de musiques sacrées du Festival d’Avignon.
Leur répertoire est très varié et les chants du XIIe siècle ou de la renaissance sont abordés avec autant de plaisir et désir d’apprendre que la musique des XXe et XXIe siècles en passant par les auteurs baroques, classiques ou romantiques…

Ensemble vocal Olivier Messiaen

ensemble-vocal-olivier-messiaenDirection Jean-Paul Joly

L’ensemble vocal Olivier Messiaen a été créé en 1982 par Jean Paul Joly, professeur certifié de chant choral et de formation musicale au conservatoire de musique d’Avignon.
Cet ensemble s’est donné comme objectif d’offrir un lieu de formation vocale pour des chanteurs amateurs, et de jalonner ce chemin de réalisations musicales soit a cappella, soit accompagnées par un orchestre. Il a vocation de s’ouvrir largement aux œuvres polyphoniques vocales de la Renaissance à nos jours, en musique sacrée ou profane. Les activités musicales de l’ensemble vocal Olivier Messiaen se développent principalement sur Avignon et en Vaucluse, mais aussi au-delà, en région PACA, et en partenariat avec d’autres chœurs. Son travail des années récentes met l’accent sur la musique chorale des XIXe et XXe siècles. L’ensemble vocal fait participer à ses réalisations musicales, des solistes vocaux professionnels de la région, et collabore régulièrement avec l’OLRAP, orchestre lyrique du Théâtre d’Avignon.

Marie-Christine Forget

Chef de Chœur

forget-marie-christineMarie-Christine Forget fait ses premières armes au piano puis au violoncelle. A la suite de brillantes études musicales et littéraires, elle obtient une licence de philosophie, un Certificat d’Aptitude aux fonctions de Directeur des Conservatoires (CA) puis le titre de « docteur ès lettres et sciences humaines » pour sa thèse de doctorat de musicologie en Sorbonne.

Sa passion pour la direction d’orchestre et de chœur l’a conduite à entamer des études dans ce domaine. En 1998, elle obtient un premier prix de perfectionnement à l’unanimité avec félicitations du jury en direction d’orchestre à Toulon puis un premier prix à l’unanimité du jury et un premier prix du public lors du Concours International de direction d’orchestre de Sofia (Bulgarie). Elle poursuit une carrière internationale qui la conduit en Europe mais aussi aux Etats-Unis, au Vietnam et en Afrique.

Marie-Christine Forget fut directrice du Conservatoire de Musique de Draguignan et Professeur de culture musicale au Conservatoire de Région de Toulon jusqu’en 2016.

Actuellement, professeur de direction d’orchestre, titulaire des classes d’orchestre au Conservatoire de Cannes et chef de l’Ensemble à Cordes à Vocation régional, elle est également musicologue attachée aux groupes de recherche « Patrimoine Musical » en Sorbonne. Elle publie dans de nombreuses revues spécialisées et termine la rédaction d’un ouvrage « l’humour en musique ».

Elle assume bénévolement de nombreuses responsabilités musicales : chef du chœur régional Mare Nostrum, responsable nationale musicale au sein du mouvement « A Cœur Joie ».

Marie-Christine Forget est Chevalier des Arts et des Lettres.

Delphine Galou

Contralto

galou-delphine-01Née à Paris, Delphine Galou étudie, parallèlement à la philosophie à la Sorbonne, aussi bien le piano que le chant. Lauréate de plusieurs concours de chant, elle est nommée en 2004 «Révélation classique de l’Adami » dans la catégorie Artiste Lyrique.

Ses qualités vocales et musicales attirent très vite l’attention du milieu professionnel.

Elle fait ainsi un passage remarqué aux Jeunes Voix du Rhin où elle aborde sur scène des rôles tels que Hänsel (Hänsel und Gretel), Lucretia (The Rape of Lucretia), Mercedes (Carmen). Mais c’est dans le répertoire baroque qu’elle se spécialise, nouant des collaborations fructueuses avec des ensembles tels que le Balthasar Neumann (Thomas Hengelbrock), I Barocchisti (Diego Fasolis), l’Accademia Bizantina (Ottavio Dantone), le Collegium 1704 (Václav Luks), le Venice Baroque Orchestra (Andrea Marcon), Il Complesso Barocco (Alan Curtis), Les Siècles (François-Xavier Roth), Les Arts Florissants (Jonathan Cohen), Le Concert des Nations (Jordi Savall), l’Ensemble Matheus (Jean-Christophe Spinosi), Les Musiciens du Louvre (Marc Minkowski), Le Concert d’Astrée (Emmanuelle Haïm), Les Ambassadeurs (Alexis Kossenko) et Les Talens Lyriques (Christophe Rousset).

Ces dernières saisons, on a pu l’entendre au Théâtre des Champs-Élysées (rôle-titre d’Orlando furioso de Vivaldi), à Angers Nantes Opéra (rôle-titre de The rape of Lucretia), au Covent Garden de Londres (Niobe de Steffani), au Staatsoper de Berlin (Disinganno dans Il trionfo del Tempo e del Disinganno), au Festival Händel de Karlsruhe (Zenobia dans Radamisto), au Festival de Schwetzingen (Niobe), au Staatsoper, de Bâle (rôle-titre dans Orlando furioso), à l’Opéra de Saint-Gall et à l’Opéra de Lausanne (Bradamante dans Alcina), au Theater an der Wien (Pénélope dans Il ritorno di Ulisse in Patria). L’Italie lui est familière : elle chante aux théâtres de Reggio Emilia et de Ferrara (rôle-titre dans Rinaldo) et au Maggio Musicale de Florence (Bérénice dans Il Farnace de Vivaldi), et vient de faire des débuts très acclamés à La Scala de Milan avec le Filarmonica della Scala.

La saison 2013/14 est très riche avec des apparitions à l’Opéra National de Montpellier (Orfeo dans Orfeo ed Euridice de Gluck), au Staatsoper de Francfort (rôle-titre d’Orlando furioso) et au Staatsoper de Berlin (Disinganno dans Il trionfo del Tempo e del Disinganno). Delphine Galou a effectué des débuts très remarqués aux Etats-Unis (Lincoln Center à New York) dans Aci, Galatea e Polifemo de Händel avec Le Concert d’Astrée et Emmanuelle Haïm. Signalons également des concerts avec Les Musiciens du Louvre et Les Ambassadeurs, sans oublier une série de récitals avec Les Talens Lyriques et Christophe Rousset (autour du thème biblique de Judith triumphans).

Outre de nombreux concerts, ses projets opératiques pour la saison 2014/15 ont compté Tamerlano (rôle d’Andronico) au Théâtre royal de La Monnaie à Bruxelles et au Nederlandse Opera à Amsterdam ainsi que La Verità in Cimento (Damira) de Vivaldi au Staatsoper de Zürich.

Les prochaines saisons seront marquées par des engagements prestigieux : citons simplement Orlando de Händel, puis L’Incoronazione di Poppea au Staatsoper de Zurich, Orfeo de Monteverdi à l’Opéra de Lausanne, L’Incoronazione di Dario de Vivaldi au Teatro Reggio de Turin.

Sa discographie considérable comprend Les Vêpres pour l’Assomption de Porpora avec Martin Gester (live recording Ambronay), Teuzzone de Vivaldi avec Jordi Savall (Naïve), Orlando 1714 de Vivaldi avec Federico Maria Sardelli (version inédite – Naïve), Il Farnace de Vivaldi toujours avec Federico Maria Sardelli (CD et DVD chez Dynamic), L’incoronazione di Dario de Vivaldi avec Ottavio Dantone (Naïve), La Concordia dei’ Pianeti de Caldara avec Andrea Marcon (DGG) ou encore la Petite Messe Solennelle de Rossini avec Ottavio Dantone (Naïve), Niobe de Steffani avec Thomas Hengelbrock et le Balthasar-Neumann Ensemble (DVD Opus Arte). Citons aussi L’Enfant et les Sortilèges de Ravel avec l’Orchestre national de Lyon dirigé par Leonard Slatkin (Naxos). A paraître prochainement chez Naïve, la Passion selon Saint Jean de Johann Sebastian Bach sous la direction de Marc Minkowski.

Fabienne Garceau

Hautbois

C’est au Conservatoire de Marseille que Fabienne Garceau obtient à l’unanimité une médaille d’or de hautbois et de cor anglais ; elle obtient ensuite un premier prix au CRR de Paris. Très attirée par l’enseignement, elle réussit son certificat d’aptitude en 1988 et obtient dans la foulée un poste de professeur au CRR d’Avignon où elle enseigne toujours.

Josquin Gest

gest-josquinAlto

Josquin Gest débute le chant à l’âge de 11 ans au sein de la maîtrise de Seine-Maritime, dirigée par Jean-Joël Duchesne. Il y restera neuf ans, période durant laquelle il développera un goût pour le travail en ensemble, une passion pour la musique polyphonique, et fera ses premiers pas comme soliste en interprétant par exemple le Pie Jesu dans le Requiem de Gabriel Fauré.
Plus tard il entre au « Jeune Chœur de Paris » dirigé par Laurence Equilbey et Geoffroy Jourdain, période durant laquelle il approfondira ses connaissances dans le travail choral et dans la connaissance du répertoire, principalement romantique et contemporain.
Il obtient parallèlement une licence de musicologie à la Sorbonne. C’est là qu’il connaît ses premières expériences de direction de chœur avec Denis Rouger et Isabelle Morel.
Après des débuts en baryton, sa passion pour la musique ancienne le pousse à explorer la voix de contre-ténor. Il poursuit ses études dans ce sens au Centre de Musique Ancienne, département de la HEM de Genève, dans la classe de Béatrice Cramoix puis de Lucien Kandel. Il obtient en 2012 un Master en pédagogie musicale.
Sa passion pour la polyphonie vocale l’amène à se produire avec plusieurs ensembles (Musica Nova, Epsilon, Les Voix Animées, l’Académie vocale de Suisse romande, le chœur de chambre de Namur…), sous la direction, entre autres, de Gabriel Garrido, Leonardo Garcia Alarcon, Ton Koopman…
Il prend également beaucoup de plaisir à se produire en soliste dans des œuvres telles que le Requiem de M. Haydn, la cantate BWV170 de J.S. Bach pour alto solo, le Dettingen Te Deum de Haendel… ou des opéras comme L’incoronazione di Poppea de Monteverdi (rôle de la Nutrice) ou Apollo e Hyacinthus de Mozart (rôles d’Apollo et de Zephyrus).
Enfin, il s’ouvre également volontiers à la création et à la collaboration avec des compositeurs. On a pu notamment l’entendre dans la pièce Presse d’Oriol Saladrigues en 2011.

Gilen Goicoechea

Baryton

Ludivine Gombert

gombert-ludivineSoprano

Ludivine Gombert a commencé très tôt ses études de chant et se perfectionne actuellement à Berlin auprès d’Abbie Furmansky. La jeune soprano française est finaliste du Concours de la ville de Béziers, Premier Prix du Concours Muses de Nice, Premier Prix du Concours Lyrique de Crest et Prix Jeune Espoir au Concours International de Marmande.

Pendant la saison 2010-2011, Ludivine Gombert chante le rôle d’Amour dans Pygmalion (Cherubini) au Festival de Musique Baroque en Avignon, Micaëla dans Carmen à l’Opéra de Reims, Barberine dans Le Nozze di Figaro à l’Opéra Grand Avignon et la Sacerdotessa dans Aida aux Chorégies d’Orange. A l’Opéra Grand Avignon, elle se produit dans la Sacerdotessa dans Aida (Verdi), Ida dans Die Flerdermaus (Strauss), Malou dans l’opérette Un de la Canebière (Scotto).

En 2012-2013, à l’Opéra de Massy, elle est Susanna dans Le Nozze di Figaro (Mozart). Rôle qu’elle reprend dans une mise en scène de Jean-Paul Scarpitta en septembre et octobre 2012. La même année, elle est Inès dans Il Trovatore, Annina dans La Traviata et pour les fêtes de fin d’année, Nadia Popoff dans La Veuve Joyeuse. Elle participe également en janvier 2013 au Concert du Nouvel An dirigé par Robert Tuohy avec l’Orchestre National de Montpellier. Cette même année, elle est aussi Barena dans Jenufa de Janacek, et reprend le rôle de la Sacerdotessa à l’Opéra de Marseille.

En 2014, elle est Pomme d’Api dans Pomme d’Api d’Offenbach à l’Autre Scène (Vedène) et se produit dans Tremplin Jeunes Chanteurs, concert qui est redonné en décembre de la même année au Théâtre du Bolchoï à Moscou.

En 2015, elle chante pour la première fois Mimi dans La Bohème de Puccini à l’Opéra de Reims, puis le rôle d’Inès dans Il Trovatore de Verdi aux Chorégies d’Orange. Elle débute également dans le rôle de Desdemona dans Otello de Verdi à l’Opéra de Massy, puis celui d’Antonia dans L’Homme de la Mancha à l’Opéra Grand Avignon. Enfin, elle interprète le rôle de Pauline dans La Vie Parisienne à l’Opéra de Marseille à l’occasion des fêtes de fin d’année.

En janvier 2016, elle chante le rôle d’Anna Kennedy dans Maria Stuarda à l’Opéra Grand Avignon, puis en février, elle est Thérèse de Lorget dans L’Aiglon à l’Opéra de Marseille, en mars, elle tient le rôle de Miss Ellen dans Lakmé, en juin celui de Micäela dans Carmen à l’Opéra Grand Avignon. Cette même année, elle participe pour la seconde fois à Musiques en Fête aux Théâtre Antique d’Orange. En octobre dernier, elle s’est produite dans Le Gloria de Poulenc à la Collégiale Saint-Didier à Avignon, dans le rôle de la Grande Prêtresse dans Aida à l’Opéra de Massy et tout dernièrement dans le rôle de Varvara dans Katia Kabanova à l’Opéra Grand Avignon.

En 2017, elle tient le rôle de Xenia dans Boris Godounov à l’Opéra de Marseille ; elle est la Grande Prêtresse dans Aida aux Chorégies d’Orange ; elle participe en juin 2017 à la soirée Une Nuit à l’Opéra à l’Opéra Grand Avignon ; en novembre 2017 elle chantera pour la première fois le rôle de Marguerite dans Faust à l’Opéra de Massy.

Pierre Guiral

guiral-pierreBaryton-basse

Pierre Guiral est un artiste au parcours singulier.

Après avoir étudié la flûte traversière, la direction d’orchestre, la musique de chambre, l’électroacoustique et la composition, il découvre le répertoire vocal et entreprend des études de chant. Sa formation l’amène à se perfectionner auprès de nombreux professeurs, metteurs en scène et chefs d’orchestre. Titulaire du Certificat d’Aptitude de directeur de conservatoire, il obtient également un Master de pédagogie au Conservatoire National Supérieur de Paris.

Aujourd’hui, il se produit régulièrement comme soliste en France et à l’étranger. Son répertoire s’étend des périodes baroques (Roi Arthur de Purcell – Cantates – Magnificat- Oratorio de Noël de Bach – La Serva Padrona de Pergolèse) ou classiques et romantiques (Les sept dernières paroles du Christ et Stabat Mater de Haydn, Messes de Schubert, Stabat Mater de Dvorak, Requiem de Fauré) jusqu’aux compositions du XXe siècle (Les chansons Madécasses de Ravel, Requiem de Duruflé, Le Bal Masqué de Poulenc), sans oublier les contemporains (Récitations d’Aperghis, Aria de Cage). Il interprète également des rôles d’Opérette et d’Opéra (Don Alfonso, Cosi Fan Tutte de Mozart, Monsieur Choufleuri, Le Vice-Roi du Pérou, Le Baron de Gondremark chez Offenbach… )

Pierre Guiral est actuellement le directeur de l’Opéra Grand Avignon.

Alain Iltis

Baryton

iltis-alainC‘est à la suite d’ateliers théâtraux dont un basé sur la voix qu’Alain Iltis découvre le chant lyrique. En 2006, il entre donc au Conservatoire d’Avignon dans la classe de Catherine Thomasset. Dans le cadre du Conservatoire il a eu l’occasion d’interpréter les rôles de Lui dans « L’amour masqué » de Messager, l’ambassadeur Hérisson dans « L’étoile » de Chabrier ou encore Milord dans « Fra Diavolo » d’Auber.

On a pu voir Alain Iltis dans les rôles de Don Pedro de Hyonosas dans « La Périchole » d’ Offenbach, Petermann dans « Mr Choufleuri » d’Offenbach, Guglielmo dans « Cosi fan tutte » de Mozart, Le Baron Douphol dans « La Traviata » de Verdi, Enée dans « Didon et Enée » de Purcell ou Eurymède dans « Orphée » de Lully.

En 2012 il obtient son prix de chant avec succès au Conservatoire d’Avignon.

Depuis 2015, il se perfectionne avec Jean-Pierre Blivet.

Il se produit également dans de nombreux concerts de musique sacrée et dans des créations et petites formes lyriques visant à faire découvrir l’Opéra au plus grand nombre.

Jacques Jarmasson

jarmasson-jacquesTrompettiste

Né en Avignon en 1951, Jacques Jarmasson entre au Conservatoire National de Musique Olivier Messiaen dès l’âge de 8 ans pour apprendre le solfège.
Deux ans après commence son initiation à la trompette, instrument auquel il se destine.
Après 6 ans d’étude il obtient le 1er prix du Conservatoire, qui sera suivi d’une année de perfectionnement. Il est alors âgé de 18 ans et va à Paris, où il présente avec succès le concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique dans la classe de Maurice André. Trois ans après, en 1972, il obtient son Premier Prix (premier nommé) du Conservatoire. Cette réussite aussi rapide confirme sa vocation et son talent.
Après cette 1ère étape Jacques Jarmasson a 21 ans. Dès lors commence pour lui une carrière internationale de soliste.
Il est appelé dans de très nombreux orchestres comme soliste et il crée le quatuor de trompettes de Provence, formule inédite au sein de laquelle Jacques Jarmasson puise un grand bonheur tant musical qu’humain. Entre temps il obtient en 1974 son C.A. (certificat d’aptitude) à l’enseignement dans les Conservatoire Nationaux et commence sa carrière de pédagogue au Conservatoire National de Valence où il dirige également l’Harmonie Municipale.
Trompette solo de l’orchestre de chambre de Marseille pendant plus de dix ans dirigé par Clément Zafini, il est aussi souvent invité par des ensembles prestigieux comme l’orchestre de chambre de Zurich, l’orchestre Jean-François Paillard, ou l’orchestre National de Toulouse et l’OLRAP (Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence) pour interpréter notamment le fameux 2ème concerto Brandebourgeois de Jean-Sébastien Bach ou les grands Oratorios (Magnificat, Messe en Si de Bach, Messie de Haendel, etc…). Cependant, c’est la formule « Trompette et Orgue » qui le fera connaître du grand public, avec une soixantaine de concerts par an et de nombreux enregistrements. Sa collaboration avec Bernard Heiniger, organiste à l’Eglise Française de Bienne (Suisse) et professeur au Conservatoire de Musique de cette même ville, a pris naissance dès 1976.
En 1982 il devient professeur au Conservatoire d’Avignon par voie de mutation, puis directeur de ce même établissement en 1992.
Jacques Jarmasson est actuellement Directeur du Département Musique au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.
Un critique a écrit sur lui les mots suivants à propos d’un CD :
« Jacques Jarmasson, artiste sensible, au phrasé très sûr, à la sonorité ensoleillée, comme sa Provence natale, d’une grande musicalité, servie par une technique de haut niveau, charmera les auditeurs de ce CD. Il a inscrit à son répertoire les œuvres les plus belles, mais aussi les plus délicates. Il a participé à des enregistrements de qualité et il est considéré comme l’un des meilleurs trompettistes français d’aujourd’hui ».

 

Jean-Paul Joly

joly-jean-paulChef de chœur

Professeur certifié de formation musicale et de chant choral au C.R.R. Olivier Messiaen du Grand Avignon de 1979 à 2005, Jean-Paul Joly crée en 1983 l’ensemble vocal Olivier Messiaen, ouvert à des choristes amateurs ; depuis, ce chœur s’est produit régulièrement en Avignon et au-delà.
En 1987, Jean-Paul Joly crée le chœur de chambre Campana, pour quinze à vingt choristes, chanteurs et musiciens confirmés ; ce chœur se produit seul ou associé à l’ensemble vocal Olivier Messiaen.
Jean-Paul Joly est également arrangeur et compositeur ; son domaine d’écriture musicale privilégié est bien entendu la musique polyphonique vocale.

 

Gabriella Kovacs

kovacs-gabriellaVioloniste

Soliste à l’Orchestre Lyrique de la Région Avignon-Provence.
Gabriella Kovacs est diplômée (avec félicitations du jury) de l’Académie F. Listz de Budapest, dans les classes de violon de Maria Vermes, et de musique de chambre de Vilmos Tatrai. Elle étudie par la suite le violon avec Jaap Schroeder à la Schola Cantorum de Bâle.
Elle travaille à l’Opéra de Budapest, puis avec l’Orchestre dell’ Accademia di Santa Cecilia à Rome, le Zurcher Steichersolisten et le Basel Sinfonietta en Suisse.
Elle donne de nombreux concerts de sonates avec le pianiste Francesco Mario Possenti à Prague, Budapest, Rome, Viterbe, Bergame, Venise…
Elle se produit dans de nombreux festivals (Amboise, Orléans, Vénéjan…) au sein du trio Kodaly.
Concertiste passionnée de musique baroque, elle apparaît très régulièrement au programme des Musiques Sacrées en Avignon et du Cycle d’Orgue du Festival d’Avignon.

Marie-Cécile Lahor

Organiste

lahor-marie-cecileNée en 1982, Marie-Cécile Lahor suit la majorité de son cursus musical au Conservatoire National de Région de Montpellier dans la classe d’orgue de Luc Antonini, et obtient en juin 2003 son Diplôme d’Etudes Musicales (DEM). Elle entreprend également l’étude du clavecin et basse continue dans la classe de Alain Cahagne.

Après une année d’étude en classe de perfectionnement à Montpellier et quatre années de formation au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Lyon dans la classe de François Espinasse et de Liesbeth Schlumberger, Marie-Cécile Lahor obtient en juin 2008 son Diplôme National d’Etudes Supérieures Musicales.

Elle enseigne, depuis le 1er janvier 2008, l’orgue et le clavecin au Conservatoire à Rayonnement Inter-Communal de la ville de Sète et du Bassin de Thau.

Marie-Cécile Lahor est, depuis juin 2011, titulaire du Certificat d’Aptitude et d’un Master d’Enseignement aux fonctions de professeur d’orgue.

Elle est aussi organiste titulaire à Notre Dame des Tables de Montpellier et fait partie de l’équipe des organistes de la cathédrale Saint-Pierre de Montpellier.

Enfin Marie-Cécile Lahor se produit régulièrement en soliste lors de récitals, ainsi qu’en formation orgue et trompette ou orgue et violon.

Jean-Pierre Lecaudey

lecaudey-jean-pierreOrganiste

Né à Saint-Brieuc en 1962, Jean-Pierre Lecaudey commence très tôt l’étude du piano puis entre au Conservatoire d’Aix-en-Provence en 1977 (classe de M. Jean Costa) où il obtient sa médaille d’or en 1980. Il se perfectionne ensuite auprès de Xavier Darasse pour l’orgue et Michel Dru pour le piano, au C.N.R. de Toulouse. En 1982 puis 1983 lui sont décernés à l’unanimité du jury une médaille d’or, puis un premier prix de perfectionnement.

En juin 1983, il remporte également le premier prix du deuxième Concours International de Toulouse pour ses interprétations de la musique symphonique française.

Depuis 1983, sa carrière de concertiste l’a amené à se produire dans de nombreux festivals, ainsi qu’à donner plus de sept cents concerts ou récitals en France en Europe et en Amérique du Nord.

Il est régulièrement invité aux Etats-Unis pour donner des Master Class sur la Musique Française tant ancienne que romantique ou moderne.

Soliste de Radio France, il enregistre fréquemment de la littérature pour orgue sur les instruments les plus prestigieux (une vingtaine de CD, unanimement salués par la critique :  » Chocs » du Monde la Musique, 5 Diapasons…) Extrait de la discographie : J.S. Bach : les 6 sonates en trio, Emmend Bonnal : L’œuvre pour orgue, Musique de Chambre avec piano, Charles Chaynes : Séquences pour l’Apocalypse, Chants de l’âme, intégrale César Franck, W.A. Mozart : les sonates d’église (Olivier Charlier, violon solo).

En tant que pianiste, il mène une intense activité de chambriste avec violon, violoncelle ou flûte, avec une prédilection pour la sonate romantique (Brahms, Franck, Fauré, Mendelssohn…). Il a donné plusieurs fois en 2008 la fameuse Sonate pour piano de Julius Reubke, élève de Liszt disparu prématurément à l’âge de 24 ans. En 2009, il a donné le premier Trio en ré mineur de Felix Mendelssohn en compagnie d’Olivier Charlier et Dorel Fodoreanu, ainsi que le Quatuor pour la Fin du Temps d’Olivier Messiaen.

Egalement chef d’orchestre, il a dirigé pendant dix ans l’Ensemble Orchestral des Bouches-du-Rhône, dans un répertoire allant des symphonies de Mozart aux œuvres d’aujourd’hui en passant par les grandes pièces de Ravel ou Debussy.

Titulaire des grandes orgues « Pascal Quoirin » de Saint-Rémy-de-Provence depuis 1985, il donne de son temps pour l’organisation et la réalisation du festival d’orgue « Organa », véritable plate-forme internationale où se rencontrent tous les étés les meilleurs organistes du moment.

Jean-Pierre Lecaudey, depuis 1985, a enseigné l’orgue, le piano, la direction d’orchestre et l’harmonie. Il est actuellement professeur d’orgue et d’écriture au Conservatoire d’Avignon depuis septembre 2000.

Mickaël Le Strat

Basse

le-strat-mickaelOriginaire de Bretagne, Mickaël Le Strat étudie le chant lyrique en conservatoires auprès de A. Brosset, D. Helleux, M. Surais-Deschamps. En masterclass, il reçoit les conseils de A. Buet, S. Genz, S. Mac Leod, G. Chamine, M. Downing, L. Couadou… Passionné par la musique ancienne, il participe à l’Académie Internationale de Musique Ancienne de Sablé/Sarthe où il étudie le chant auprès de J. Hassler, N. Rouillé. En 2010, Mickaël Le Strat intègre la classe de chant-musique ancienne de M. Zanetti au Conservatoire d’Aix-en-Provence en cycle spécialisé.

En tant que chanteur soliste, il se produit notamment sous la direction de M. Gester, M.C. Forget, O. Afonine… puis au sein de l’ensemble de musique ancienne In Extensia, invité à se produire au Festival de Musique Ancienne d’Avignon, Festival de Leytron (Suisse)… avec un programme de musique sacrée allemande pour voix de basse (Schein, Buxtehude, Schütz, Bruhns).

En 2002, Mickaël Le Strat est sélectionné pour participer au chœur de l’Orchestre des Jeunes de Méditerranée sous la direction de R. Hayrabedian. Depuis, il mène une intense carrière d’artiste de chœur au sein de nombreux opéras : Rennes, Avignon, Toulon, Chorégies d’Orange… Passionné par la direction de chœur, il étudie auprès de G. Pungier, P. Baudrillart, Pierre Calmelet (Le Madrigal de Paris), B. Rastier, Caroline Gaulon-Semont… et participe au 1er Congrès National des Chefs de Chœur au conservatoire de Clichy en 2014.

Pédagogue de la voix, il intervient en 2016 auprès de la section Paca du Mouvement A Cœur Joie pour dispenser ses conseils vocaux auprès de choristes amateurs. Mickaël Le Strat est actuellement chef de chœur à l’école de musique de Ventabren (Cantab’ren) et professeur de chant à l’école de musique de Mirabeau (Vaucluse). Il dirige le chœur féminin « Les quatre Saisons » à Aix-en-Provence. Il est titulaire d’un Premier Prix de chant lyrique, d’un Premier Prix chant-musique ancienne (mention très bien) ainsi que du Diplôme d’Etat de Direction d’Ensembles Vocaux.

Raphaël Marbaud

Basse

marbaud-raphaelAprès quatre années dans l’enseignement secondaire comme professeur d’éducation musicale, Raphaël Marbaud commence une carrière de chanteur lyrique en 1998. Ses activités sont très variées, musique baroque et sacrée (Mozart, Fauré, Magnificat, cantates et passions de Bach, Le Reniement de St Pierre de M.A. Charpentier, La Création de J. Haydn etc.), musique contemporaine (Musicatreize, Chœur Contemporain, Temps Relatif…), récitals divers (mélodies, lieder, opéra, Renaissance…), opérette (La grande Duchesse de Gerolstein, Le Mari à la Porte, Les Bavards etc.), musique d’ensemble et baroque (ensemble Antiphona ou Ensemble Baroque de Toulouse) et même comédie musicale (les Misérables)…

Il pratique aussi l’opéra où sa voix lui permet d’aborder un répertoire varié qui va des rôles bouffes ou d’agilité -Don Magnifico, Uberto de « la Serva Padrona », Figaro des Noces, Colas, Masetto, Mustafa (L’italienne à Algers) …- à des basses plus dramatiques telles que Méphistophélès (Faust), Ramon (Mireille), Don Basilio (Le Barbier de Séville), Oroveso (Norma), le frère Laurent (Roméo et Juliette), ou Le Commandeur (Don Giovanni).

Il chante régulièrement dans les théâtres et églises français ou suisses tels Avignon, Dax, Agen, Aix en Provence, Salon de Provence, l’Odéon à Marseille, l’Esplanade de St-Etienne, l’Acropolis de Nice, l’opéra de Strasbourg, l’abbaye de Sylvanès, le Victoria Hall de Genève etc…

Il a chanté dernièrement le frère Laurent dans « Roméo et Juliette » de C. Gounod à Anduze. Il a participé en tant que soliste à l’enregistrement de musique baroque de l’ensemble Antiphona « L’Occitanie baroque des Pénitents noirs ».

Aurore Marchand

Chef de chœur

marchand-auroreAurore Marchand débute la musique au Conservatoire National de Musique d’Orléans, où elle étudie le violoncelle puis le chant. Elle acquiert également au cours de ces années des expériences de musique de chambre instrumentale, vocale et d’orchestre symphonique.

En 1983 elle se tourne définitivement vers le chant et intègre le chœur professionnel de l’Opéra de Tours, participe à toutes les productions en qualité de soprano et se voit attribuer des petits rôles dans divers opéras et opérettes.

En septembre 2002, elle est nommée Chef des Chœurs de l’Opéra de Tours et prépare pour les différentes saisons lyriques entre autre Jenufa (Janacek), Le Mikado, (Sullivan), La Belle Hélène (Offenbach), Le Bal Masqué, Don Carlo (Verdi)…

En 2001, elle participe aux Chorégies d’Orange pour Aida et Rigoletto, et sera réinvitée en 2003 pour Otello.

En septembre 2007, Aurore Marchand prend la direction des Chœurs de l’Opéra Grand Avignon.

En 2010, elle dirige le spectacle le Petit Prince à l’Opéra Grand Avignon, au Grand théâtre de Reims et au Théâtre Impérial de Compiègne.

Aurore Marchand débute la musique au Conservatoire National de Musique de Région d’Orléans, où elle étudie le violoncelle, puis le chant. Elle acquiert également au cours de ces années des expériences de musique de chambre instrumentale, vocale et d’orchestre symphonique.

En 1983, elle se tourne définitivement vers le chant et intègre le chœur professionnel de l’Opéra de Tours, participe à toutes les productions en qualité de soprano et se voit attribuer des petits rôles dans divers opéras et opérettes.

En septembre 2002, elle est nommée Chef des Chœurs de l’Opéra de Tours et prépare notamment pour les différentes saisons lyriques, Jenufa (Janacek), Le Mikado, (Sullivan), La Belle Hélène (Offenbach), Un Ballo in Maschera ou encore Don Carlo (Verdi)…

En septembre 2007, Aurore Marchand prend la direction des Chœurs de l’Opéra Grand Avignon.

En 2011, elle participe aux Chorégies d’Orange pour Aida et Rigoletto, en 2012 pour La Bohème et Turandot, en 2013 pour Der Fliegende Hollander et Un Ballo in Maschera, en 2014 pour Otello et Nabucco, et en 2015 pour Carmen et Il Trovatore.

En 2010, elle a dirigé le spectacle Le Petit Prince à l’Opéra Grand Avignon, à l’Opéra de Reims et au Théâtre Impérial de Compiègne.

Florence Marie

marie-florenceVioloncelliste

Florence Marie a terminé ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 1996 en obtenant son diplôme national d’études supérieures de musique dans les classes de J. Deplace, M. Coppey et N. Hartmann.

Elle a complété sa formation au département de musique ancienne du Conservatoire d’Aix-en-Provence auprès d’Aude Vanackère pour le violoncelle baroque et Alice Piérot et Dominique Serve pour les classes d’ensembles. Elle est également titulaire du Certificat d’Aptitude de professeur de violoncelle et enseigne depuis 2008 au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.

Parallèlement à son activité de pédagogue, elle se produit régulièrement au sein de différents orchestres et sa passion pour la musique de chambre l’amène à rejoindre des ensembles très éclectiques avec lesquels elle aborde un répertoire allant de la musique baroque à la création contemporaine.

Elisabeth Montion-Rebeyrend

Tromboniste

montion-rebreyend-elisabethElisabeth Montion-Rebreyend partage sa passion de la musique au sein de différentes formations telles que l’Ensemble Instrumental de Corse, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre Contrepoint ou de formations plus réduites en qualité de chambriste dans le Quatuor de Cuivres de Montpellier.

Elle se produit également dans des univers différents comme le Festival de Musique Electro Au Dock des Sud à Marseille, l’accompagnement de chanteurs de variétés (Patrick Bruel, Marc Lavoine, Julien Clerc, Jacques Higelin…).

Elle a participé aux Francofolies de La Rochelle et a réalisé des enregistrements télévisés.

Elle est professeur au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier Métropole depuis 1995.

Jean-Michel Montornès

montornes-jean-michelChef de choeur

Acteur passionné de la vie musicale régionale Jean-Michel Montornès a enseigné à l’Université de Franche-Comté en Musicologie et à l’Ecole supérieure des enseignants. Il est actuellement formateur à la Mission Voix de la région. Après des études musicales universitaires et au conservatoire (prix de guitare classique, de musique de chambre, de chant et d’analyse), il s’est rapidement passionné pour le chant choral. Chanteur lui-même chez Philippe Caillard et Michel Gentilhomme, il s’est formé à la direction chorale et orchestrale au Centre Polyphonique de Paris.

Arcanes assure en outre la responsabilité artistique de Vocalises, une saison de concerts de musique vocale donnés chaque premier dimanche du mois, de mars à décembre dans la salle d’honneur de la mairie de Belfort, avec la collaboration de la Ville. Une programmation éclectique qui met à l’honneur la voix dans tous les styles et tous les genres musicaux.

Cordelia Palm

palm-cordeliaVioloniste

Née à Tübingen en Allemagne, dans une famille de musiciens, Cordelia Palm a commencé à jouer du violon à l’âge de deux ans et le piano à l’âge de cinq ans. Son père, musicologue et chef d’orchestre, fut son premier professeur et la fit régulièrement jouer en soliste au violon et au piano dès l’âge de six ans, notamment lors des tournées de son orchestre de chambre en France, en Belgique et en Allemagne.

A treize ans, sur autorisation du Ministère de la culture du Land Baden Wurtemberg, elle entre à l’Ecole Supérieure de Musique de Karlsruhe dans la classe de Jörg-Wolfgang Jahn où elle obtient ses premiers prix et est nommée soliste de l’Orchestre Symphonique.

En 1975, suite au premier prix du concours BDI, elle participe à des enregistrements et des émissions de radio et de télévision à Francfort et Baden Baden. Ayant obtenu la bourse DAAD et la bourse de la Studienstiftung des Deutschen Volkes, elle poursuit ses études à la Julliard’s School de New York. En deux ans, elle effectue le cycle complet de musicologie. Elle travaille aussi à plein temps dans la classe du grand pédagogue du violon : Yvan Galamian.

En 1982, elle obtient la bourse de la Kunststiftung Baden-Württemberg. De retour en Europe, elle est engagée au poste de violon supersoliste à l’Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence (OLRAP). Elle est par ailleurs sollicitée par l’Orchestre de l’Opéra de Marseille, par l’Orchestre National de Montpellier, par l’Orchestre de Cannes et l’Orchestre de Mulhouse, au poste de supersoliste.

Outre ces importantes activités, elle donne des concerts en Allemagne et en France, tant en soliste qu’en musique de chambre avec le Quatuor Palm puis le Quatuor Ceria (dont elle est membre fondateur), sonate violon harpe, spectacle de ballet avec J. Guiserix sur la Chaconne de J.S. Bach, ainsi que d’autres formations avec O. Charlier, P. Fontanarosa, B. Rigutto, J.C. Pennetier, J.C. Malgoire, J. Raynaut, J. L. Beaumadier… et enregistre des œuvres contemporaines avec l’ensemble Musicatreize en tant que violon solo sous la direction de R. Hayrabedian. Elle enseigne dans le cadre du stage de Pont-Saint-Esprit, aux côtés de O. Charlier et Y. Gitlis. Elle est remplaçante pour l’année 2003 du professeur de musique de chambre au CNR de Marseille, puis professeur de violon au conservatoire d’Orange de 2004 à 2007.

En 2007, elle donne une série de concerts en sonate avec Bruno Rigutto, et le double concerto de Brahms avec son ami violoncelliste Gary Hoffman à Avignon. En 2008, une nouvelle collaboration s’engage avec Vahan Mardirossian, pianiste et chef de grand talent. Lors des saisons 2009-2010 et 2010-2011, elle donne toujours avec son orchestre les Saisons de Vivaldi et Piazzolla à Avignon, en Région PACA, devant quatre mille spectateurs à l’Acropolis de Nice, et au Théâtre Antique de Vienne.

En 2011, elle donne le Triple Concerto de Beethoven à l’Opéra d’Avignon en compagnie de Gary Hoffman et Vahan Mardirossian, puis le concerto de Tchaïkosky au Théâtre Antique de Vienne en juin devant 4000 personnes. En mars 2012, en compagnie de Françoise Buffet-Arsenisevic, elle donne un concert de sonates de Beethoven et de Fauré au Musée Jacquemart-André à Paris, suivi d’une autre rencontre à la salle Gaveau en 2013. Pendant l’été 2012, elle poursuit une tournée de concerts avec l’ORAP, dans un programme composé des Airs Bohémiens de Sarasate et de la Légende de Wienawsky, ainsi qu’une série de concerts de musique de chambre dans le cadre des « Nuits de Carpentras et Saint-Didier ». Elle donne ensuite avec l’orchestre de Briansk (Russie), le concerto de Tchaïkovsky à Aubais (Gard). En concert de clôture de la saison symphonique 2013-2014 de l’ORAP, elle donne à l’Opéra d’Avignon, le 1er concerto de Saint-Saëns et le 5ème concerto de Vieuxtemps. A l’automne 2015, elle donnera le concerto de Mendelssohn en tournée toujours avec l’ORAP, et la saison suivante le double concerto de Brahms avec Henri Demarquette au violoncelle, de nouveau à l’Opéra d’Avignon.

Jean-Marie Puli

puli-jean-marieOrganiste

Jean-Marie Puli a fêté le 3 mars dernier ses 40 ans d’organiste au temple Saint-Martial d’Avignon, donc 40 ans de présence en notre ville. Au conservatoire, outre l’accompagnement de la classe de chant de Marion Sylvestre, il a réorganisé la classe de solfège-chanteurs et déchiffrage-chanteurs, fondé la classe de clavecin-basse continue et soutenu l’activité en musique ancienne jusqu’à sa retraite en juillet 2013. En plus des concerts solistes sur l’orgue et le clavecin ici et à l’étranger, il collabore avec l’Opéra d’Avignon et l’Olrap, assure des musiques de scène pour la Compagnie Alain Germain, le Théâtre du Versant et la Compagnie des Terreaux (Festival 2012-2013). Il anime l’ensemble « Uccellini » et, se passionnant pour la vielle à roue et son répertoire du XVIIIe, il crée l’ensemble « Les Plaisirs champêtres » pour faire connaître un pan méconnu de la musique française. Comme chef de chœur, il aura fondé la chorale universitaire d’Avignon, le chœur Homilius et le chœur I Sedici, plus particulièrement spécialisé dans les polyphonies de 4 à 8 voix. Depuis octobre 2013, il anime les « Paus’ Orgue » au Temple Saint-Martial chaque premier mercredi du mois, de 12h30 à 13h15 pour offrir un moment de méditation musicale durant le temps de travail, cette année autour de Bach, l’année prochaine autour des musiques méditerranéennes, dans deux ans autour de l’art de la fugue, etc…derniers projets, outre voyager et profiter de la vie conjugale : fonder un petit ensemble vocal semi-professionnel de 6 à 8 chanteurs se consacrant au répertoire fin XVIe début XVIIIe, faire connaître le répertoire hispanisque de villancicos (Soler et Salas).

Jean-Michel Robbe

robbe-jean-michelOrganiste

Jean-Michel Robbe a obtenu un DEM d’orgue en 2004 au conservatoire d’Avignon, dans la classe de Jean-Pierre Lecaudey. Il est par ailleurs titulaire d’une licence de musicologie et du Diplôme d’Etat de professeur de piano. Il est organiste titulaire des deux instruments de l’abbaye St-Michel de Frigolet depuis 2004 et enseigne le piano et l’orgue dans les écoles de musique de la région d’Avignon.

Ce musicien polyvalent aborde tous les répertoires de l’orgue, avec une inclinaison toutefois vers la musique baroque. Il cherche aussi à sortir des sentiers battus avec des pièces peu jouées ou des compositeurs négligés comme Johann Ulrich Steigleder ou Carl Nielsen. Dans un domaine plus contemporain, il a joué l’intégralité des pièces pour orgue d’Arvo Pärt et Peteris Vasks.

Il s’est produit au sein de l’Orchestre National de France, l’Orchestre national d’Ile de France et l’Orchestre National de Montpellier au cours des Chorégies d’Orange et du festival de Montpellier. Il pratique la musique de chambre avec assiduité au sein du duo Appassionato qu’il a formé avec Evelyne Robbe au violoncelle : sonates baroques pour violoncelle et basse continue, répertoire pour violoncelle et orgue, sonates romantiques pour violoncelle et piano. Il a fait partie du trio Verano (violon, violoncelle et piano) jusqu’en 2008.

Il accompagne fréquemment des chœurs au piano, à l’orgue, ou en réalisant la partie de continuo : Cum Jubilo, l’Ensemble vocal Campana, l’Ensemble vocal Olivier Messiaen, Ensemble vocal d’Arles, le Chœur Européen de Vaison-la Romaine, l’Ensemble vocal d’Avignon, Chœur A piacere, Lattara…

William Sayd

sayd-williamTrompettiste

Après avoir débuté ses études musicales à l’âge de 8 ans au conservatoire intercommunal de musique d’Istres, William obtient en 1998 une médaille d’or de trompette de l’école nationale de musique de Toulon, puis en 1999, un 1er prix de perfectionnement, avant d’obtenir un Diplôme d’Etudes Musicales de l’école nationale de musique d’Avignon. Ensuite, admis dans la classe de Monsieur Guy Touvron au conservatoire national de région de Paris, il obtient un 1er prix de trompette en 2002, avant d’intégrer le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Monsieur Antoine Curé et d’obtenir en 2006, un Diplôme de Formation Supérieure de ce même conservatoire. Parallèlement a cela, il effectue depuis 1998 divers remplacements dans des orchestres tels que l’Orchestre Lyrique Région Avignon Provence, l’Opéra de Paris, l’orchestre de Picardie, l’orchestre Pas de Loup. Titulaire depuis 2000 du Diplôme d’Etat et depuis 2008 du Certificat d’Aptitude lui permettant d’enseigner la trompette, il est professeur au CRR du Grand Avignon sur le site du Pontet. De plus, il participe tout au long de l’année à des concerts de musique de chambre, d’ensembles de cuivres, trompette et orgue, festivals tels que les Chorégies d’Orange.

Caroline Semont-Gaulon

Chef de chœur

semont-gaulon-carolineCaroline Semont-Gaulon, chef de chœur, est professeur d’enseignement artistique spécialité chant choral et professeur de direction de chœur au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier depuis 2015, après avoir enseigné ces disciplines pendant 14 ans au CRR de Cergy-Pontoise. Elle s’est essentiellement formée auprès de Claire Marchand et Pierre Cao, pour la direction de chœur, et de Sophie Hervé pour le chant.

Elle a également été chargée de la formation en direction de chœur des étudiants du Centre de Formation des Musiciens Intervenants à Orsay (Paris XI) entre 2007 et 2014, en préparation du diplôme du DUM (Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant).

Avec les ensembles du CRR de Cergy-Pontoise, elle a pu produire des œuvres aussi variées que le Requiem allemand de Johannes Brahms, la Messe à double chœur de Franck Martin, Itaïpu de Phil Glass, le Requiem de Maurice Duruflé, ou encore la Passion selon Saint-Jean, de Bach, ainsi que des opéras : Cosi fan Tutte de Mozart, La Traviata de Verdi, ou le Barbier de Séville de Rossini.

Elle codirige le Chœur Symphonique de Montpellier depuis septembre 2015.

Elle participe régulièrement en tant que formatrice à des sessions et stages d’été, aussi bien en direction de chœur qu’en semaine chorale.

Camille Tresmontant

Ténor

Cyrille Tricoire

Violoncelliste

tricoire-cyrilleDébutant sa formation musicale avec Erwan Fauré, puis formé au CNSMD de Paris où il obtient deux premiers prix et après un cycle de perfectionnement avec Philippe Muller, Cyrille Tricoire part aux Etats-Unis suivre l’enseignement de Janòs Starker à Bloomington grâce à une bourse d’étude Fulbright.

Très tôt attiré par l’orchestre, Cyrille Tricoire intègre d’abord l’Ensemble Orchestral de Paris avec Armin Jordan puis, en 1993, il est nommé violoncelle solo supersoliste de l’Orchestre national de Montpellier. Chef d’attaque apprécié, il est depuis invité par les grandes formations européennes (Orchestre National de France, Orchestre de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne…). Il est aussi musicien invité de l’Orchestre de Chambre d’Europe.

Il enregistre le Concerto n° 2 pour violoncelle et orchestre de Philippe Hersant qui a obtenu les plus hautes distinctions de la critique musicale, la Symphonie pour violoncelle et orchestre de Benjamin Britten, le Concerto pour violoncelle de James MacMillan en création française sous la direction du compositeur, mais aussi les œuvres de Richard Strauss (Don Quichotte), Haydn, Schumann…

Soucieux de transmettre, Cyrille Tricoire enseigne le violoncelle pendant dix ans au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier et édite et enregistre chez Boosey et Hawkes deux volumes des duos pédagogiques d’Offenbach.

Cyrille Tricoire joue un très beau violoncelle italien de Giuseppe Baldantoni fait à Ancône en 1869, et un archet de Benoît Rolland.

Sylvie-Claire Vautrin

Soprano

vautrin-sylvie-claireParallèlement à des études de musicologie, elle étudie le chant au Conservatoire de Strasbourg ainsi qu’au Conservatoire de Marseille où elle obtient un premier prix à l’unanimité. Elle suit également durant l’hiver 1999 la formation «Danseur, acteur, chanteur» des Hivernales d’Avignon. Elle est lauréate en mars 2000 du Concours International de Mélodie Française «Le Triptyque» (prix Gabriel Fauré).

Elle mène principalement une carrière de concertiste et de chambriste. Elle interpréte les parties solistes des grandes oeuvres de musique sacrée telles que le Requiem de Mozart, le Requiem de Brahms, le Messie de Haendel ou le Stabat Mater de Dvorak.

Elle chante aussi en duo avec Jean-Marie Puli à l’orgue le répertoire italien méconnu des XVIIIe et XIXe siècles écrit pour ce type de formation.

Sa découverte enthousiaste de tout un pan de la musique ancienne lors d’une formation au conservatoire d’Aix-en-Provence l’a conduite à former un duo avec le luthiste Matthew Daillie pour partager avec le public ces belles musiques peu jouées de la Renaissance.

Elle aime aussi chanter ce répertoire baroque avec de petits ensembles instrumentaux comme « Uccellini » ou avec Jean-Marie Puli au clavecin.

Le récital avec piano fait partie intégrante de sa vie de musicienne. Avec le duo « Les Zéphyrs » qu’elle forme avec Julia Fayolle, elle peut explorer avec joie le vaste répertoire du lied et de la mélodie.

Son goût pour la scène et son désir d’éclectisme musical l’amène à participer au festival Brassens de Vaison la Romaine en 2003 dans un spectacle consacré à G. Brassens, joué au festival off d’Avignon en 2003 et 2004, tourné en France, Suisse et Luxembourg.

Elle crée son premier spectacle solo « Les 3 B ou le temps d’aimer » au festival Brassens de Vaison la Romaine en 2006.

Sylvie-Claire Vautrin enseigne actuellement le chant au Conservatoire du Tricastin. Elle est aussi praticienne certifiée de la méthode Feldenkrais (Promotion Ifeld3) qu’elle enseigne tout au long de l’année ou lors de stages en relation avec la pratique vocale.

Gaëlle Vitureau

Soprano

vitureau-gaelleGaëlle Vitureau, née en 1978, débute l’étude de la flûte traversière moderne au Conservatoire d’Aix en Provence dans la classe de Jean-Marc Boissière. Après l’obtention du 1er Prix de la Ville de Paris dans cette discipline, ainsi qu’un 1er Prix de Musique de Chambre, elle se tourne vers l’enseignement et obtient le DE en 2001.

Sa rencontre avec Jean-Pierre Pinet lui offre l’opportunité de découvrir la flûte traversière baroque, et elle est récompensée par une mention très bien au Diplôme d’Etudes Musicales en 2009.

Le chant ayant toujours fait partie intégrante de son univers musical, elle entre au Conservatoire d’Aix dans la classe de chant lyrique de Laure Florentin en 2003 et obtient une mention très bien au Diplôme d’Etudes Musicales en 2011.

Gaëlle Vitureau a enseigné la flûte moderne au CRR de Limoges, puis au CRD d’Aix en Provence, et également en milieu associatif. Elle enseigne actuellement au CRD de Digne les Bains, et se produit en concert en tant que flûtiste et chanteuse dans diverses formations : Arsys Bourgogne, Les Offrandes Musicales, l’Académie Bach d’Aix en Provence, Musicatreize, l’Orchestre Philarmonique du Pays d’Aix, et dans diverses formations de musique de chambre.

Elle a chanté la 2ème Dame dans La Flûte Enchantée de Mozart à Aubagne, le Stabat Mater de Pergolesi, le Gloria de Vivaldi, le Laudate Pueri de Haendel, l’Oratorio de Noël et diverses cantates de Bach.

Madeleine Webb

Mezzo-soprano

webb-madeleineMadeleine Webb obtient un premier prix de chant à l’unanimité avec félicitations du jury en juin 2006 au CRD d’Aix-en-Provence. Elle s’y perfectionne ensuite en musique ancienne auprès de Monique Zanetti.

Sur scène, on l’a vue en Marion dans Les Saltimbanques de Louis Ganne, au festival d’Aix-en-Provence elle participe à Cosi fan tutte dans une mise en scène d’Abbas Kiarostami, et à Orphée aux Enfers d’Offenbach (mise en scène Yves Beaunesne). Elle a chanté dans deux opéras de chambre contemporains : L’été d’Anna – rôle titre – de M.S. Andersen au théâtre de Givors, et L’arbalète magique de Ton Tat Tiet avec l’ensemble Musicatreize dirigé par R. Hayrabedian, mise en scène Charles-Henri Bradier.

Elle est fréquemment sollicitée pour des récitals et des oratorios. Elle a ainsi collaboré avec l’Orchestre de l’Opéra d’Avignon (2ème Elfe dans Le songe d’une nuit d’été de Mendelssohn), l’Orchestre de Chambre des Cévennes, l’Orchestre de Chambre de Toulon et du Var, l’ensemble Baroque-Graffitis, Musica Antiqua Provence (Nisi dominus et Stabat Mater de Vivaldi), Opéraction (pour un récital « Grandes Voix de demain » parrainé par Eve Ruggieri), l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg (Oratorio de Noël de Saint-Saens, mezzo solo)…

En 2009, elle est lauréate des Saisons de la Voix de Gordes et y reçoit les encouragements de Mady Mesplé, François Leroux et Jeff Cohen.

En 2012, on la voit au cinéma dans Noces de Philippe Béziat, avec les Solistes de Lyon-Bernard Tétu.

Monique Zanetti

zanetti-moniqueSoprano

Après des études de piano et de musicologie, Monique Zanetti s’oriente vers le chant. Elle commence sa carrière avec la Chapelle Royale et les Arts Florissants. Elle effectue de nombreuses tournées de concerts en France et à l’étranger (Europe, USA, Amérique du Sud, Japon…) dans de grands festivals (Innsbruck, Saintes, Herne, Ambronay, Utrecht, Aix en Provence, Fukuoka…) et participe à de prestigieuses productions d’opéras baroques (Atys, Roland de Lully, Médée de Charpentier, Didon et Enée de Purcell, Orfeo de Monteverdi…) sous la baguette de William Christie, Philippe Herreweghe, Christophe Rousset, Martin Gester, J.C Malgoire, Gustav Leonhardt, Jérôme Corréas, Joël Suhubiette, Jean- Marc Aymes….

Son répertoire s’ouvre également à la musique plus tardive : Les Noces de Figaro de Mozart, Le Médium de Menotti, Werther de Massenet, Pelléas et Mélisande de Debussy, Béatrice et Bénédict de Berlioz, Adrienne Lecouvreur de Cilea… (Opéra Comique, BAM de New York, Opéra de Lausanne, Opéra du Rhin, …) Elle aborde également la mélodie et le lied et se produit en concert avec pianistes et pianofortistes : Patrick Cohen, J.Efflam Bavouzet, Alain Planès, Corine Durous…

En Juin 2012, elle prend la responsabilité artistique de la première édition du festival « Les Voix de Silvacane », dans la fameuse abbaye cistercienne provençale.

Elle a à son actif une discographie de près de cinquante disques enregistrés chez Harmonia Mundi, Erato, Harmonic Records, Opus 111, Et Cetera, Musidisc, Pan classics… Parmi ses récents enregistrements citons le CD « Soleils Baroques » de Rossi avec Les Paladins (dir Jérôme Corréas), Dixit Dominus de Vivaldi avec Francesco Fanna et l’ensemble Pian & Forte, des Airs de cour d’Antoine Boesset avec l’ensemble à Deux Violes Esgales, ainsi que « Les Surprises de l’Amour » de Rameau chez Alpha, et  «  L’art de bien chanter » de Bacilly chez Saphir, qui a obtenu un Orphée d’Or en 2012, dans la catégorie « meilleure initiative discographique ». Son enregistrement  «  Les Leçons de Ténèbres » de Couperin chez le label « Hérisson » a été salué par 4 ffff dans le magazine Télérama. Paru chez Arion : « Ayres and lessons for the Lyra Viol » d’Alfonso Ferrabosco II. Paru en 2016 : « Les Figures de l’Amour » d’André Campra, chez Parnassie Editions.

Passionnée par la pédagogie, Monique Zanetti est régulièrement invitée à animer des stages et masterclasses de musique ancienne en France et à l’étranger (Versailles, Rio de Janeiro, Juiz de Fora Buenos Aires, Tokyo, Fukuoka, festival de Wallonie…).