Petra Ahlander

ahlanderpetra_150Soprano

Petra Ahlander Antonini étudie le piano et la flûte traversière dans son pays natal la Suède, puis participe à des spectacles d’opérettes avec une chorale amateur, avant d’aller en France à l’âge de 18 ans comme jeune fille au pair.
Après avoir étudié le chant, la musique de chambre, l’analyse musicale, l’harmonie et le contrepoint au Conservatoire National de Région de Montpellier, elle entre au C.N.I.P.A.L. à Marseille, ce qui lui permet notamment d’aborder la musique ancienne avec le groupe A Sei Voci sous la direction de Bernard Fabre-Garrus et d’intégrer les chœurs de L’Opéra de Montpellier dans le cadre d’une insertion professionnelle. Elle y travaille ensuite en tant que choriste supplémentaire.
Elle chante désormais en soliste avec des formations variées en France et en Europe un répertoire allant du XVIIe siècle à la musique contemporaine. Elle participe à de nombreux festivals de musique sacrée, mais consacre aussi beaucoup de temps à défendre le Lied et la Mélodie. Régulièrement invitée au Festival d’Avignon, elle participe souvent à des créations musicales de compositeurs d’aujourd’hui.
Titulaire d’un D.E.M.- option pédagogie, Petra Ahlander Antonini enseigne le chant à l’école de musique municipale de Clermont l’Hérault et à l’école de musique d’Assas.
Elle dirige un ensemble vocal féminin « Minerva » et un chœur mixte, le « Chœur d’Assas ».

Raphaèle Andrieu

andrieu-raphaelleSoprano

C’est après quelques années de pratique théâtrale et lors de sa formation au Conservatoire d’art dramatique d’Avignon que Raphaële découvre le chant. Elle entre ensuite dans la classe de chant de Catherine Thomasset au Conservatoire d’Avignon en 2004. Entre 2006 et 2009 elle a eu l’occasion de se produire à l’Opéra d’Avignon avec le Conservatoire dans les rôles de Laoula dans « L’étoile » de Chabrier ou Elle dans « L’amour masqué » de Messager notamment. Dès 2008, elle commence à se produire professionnellement dans les rôles de Ernestine dans « Monsieur Choufleuri… » d’Offenbach ou de la première cousine dans « La Périchole » d’Offenbach joués dans différents lieux du Vaucluse et du Gard. En 2009, elle a été lauréate de la première édition des Saisons de la voix à Gordes, à cette occasion elle a pu participer à un concert autour de la mélodie avec le baryton François Leroux. Toujours en 2009, elle a remporté le premier prix d’art lyrique au concours jeunes talents d’Alès à l’unanimité. Cette même année elle obtient avec succès son prix de chant à Avignon. Dès 2011, elle se perfectionne avec Isabelle Germain (professeur au CNSM de Lyon) et depuis 2015 avec Jean-Pierre Blivet. On a pu la voir interpréter le rôle de Serpina dans « La serva padrona » de Pergolese notamment au Festival d’Aix-en-Provence Côté Cour en 2010. Elle a également interprété Fiordiligi en 2011 dans une version modernisée de « Cosi fan tutte » de Mozart. Elle a été applaudie à Nîmes ainsi qu’au festival classique de Caunes-en-Minervois avec le Cercle lyrique de Nîmes dans le rôle de Violetta Valéry dans « La Traviata » de Verdi. Elle se produit également comme soliste depuis quelques années dans des concerts de musique sacrée (Grande messe en Ut de Mozart, la petite messe solennelle de Rossini, Gloria de Vivaldi, Requiem de Fauré, cantates de Bach, Te Deum de Charpentier…) avec Musique sacrée en Avignon ou lors du festival Organa à St Rémy-de-Provence. En juillet 2011 et 2015 elle chante dans deux messes brèves de Mozart dans le cadre du festival IN d’Avignon en direct sur France Culture. En 2012 et 2013, elle a interprété Donna Anna dans « Don Giovanni » de Mozart notamment au Théâtre de Nîmes. En 2014 et 2015 elle était Belinda dans l’opéra baroque « Didon et Enée » de Purcell. Raphaële se produit aussi dans des créations visant à démocratiser et faire découvrir l’art lyrique, dans de nombreux récitals et également des spectacles de théâtre musical comme dans la comédie-ballet de Molière et Lully « le Bourgeois Gentilhomme » où elle jouais le rôle de Nicole.

Luc Antonini

antoniniluc2_150Organiste

Né en 1961 à Avignon, Luc Antonini commence des études musicales dans sa ville natale avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient six Prix, harmonie, contrepoint, fugue, orchestration, analyse et celui d’orgue à l’unanimité. Il débute très vite une carrière de concertiste qui le mène dans les plus grandes villes d’Europe et dans les festivals les plus prestigieux.

Il enseigne l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier-Métropole. Il est titulaire de l’orgue Barker et Verschneider de la Collégiale Saint-Agricol d’Avignon, et co-titulaire de l’orgue doré italien de la Métropole Notre-Dame des Doms à Avignon.

Fondateur de l’Association Orgue en Avignon, il fait désormais partie de l’équipe dirigeante de la nouvelle association fusionnée Musique Sacrée et Orgue en Avignon. Il contribue ainsi à la mise en valeur et au rayonnement du Patrimoine Historique des orgues d’Avignon et de sa Région par l’organisation de près d’une soixantaine de concerts par an, dont le Cycle de Musiques Sacrées du Festival d’Avignon. Son vaste répertoire lui permet d’aborder une littérature très variée du XVIIe siècle à nos jours. Il a par ailleurs enregistré plusieurs C.D. toujours unanimement salués par la critique.

Luc Antonini est aussi compositeur. Il a écrit plusieurs messes avec orgue et ensemble instrumental, des pièces pour orgue soliste, Dialogus, Prélude, Interlude et Postlude d’après la messe Lux et Origo éditées aux éditions Doblinger dans le recueil Nuovi Fiori Musicali, Trois Interludes d’après le Veni Creator de Jehan Titelouze, des pièces de musique de chambre à caractère pédagogique, de la musique de scène …

Il a orchestré les Trois Danses pour orgue de Jehan Alain, créées par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse dans le cadre du Festival 2007 Toulouse les Orgues. Une nouvelle version de cette orchestration a été créée en mars 2011 par l’Orchestre National d’Ile de France dans le cadre de la Commémoration Nationale de la naissance de Jehan Alain à Saint-Germain- en-Laye. Une ultime version révisée de cette orchestration fut interprétée en octobre 2011 par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse sous la direction de Tugan Sokhiev ainsi qu’en décembre 2011 par l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence sous la direction de Benjamin Ellin.

Lucienne Antonini

antoninilucienne_150Organiste

Lucienne Antonini est née à Avignon. Etudes musicales de piano, musique de chambre, harmonie et contrepoint au Conservatoire d’Avignon. Orgue et harmonie avec Maurice Duruflé. Diplôme de virtuosité au concours Jehan Titelouze de Rouen avec mention spéciale du jury.

La restauration de l’Orgue Doré de la Métropole Notre Dame des Doms d’Avignon, chef-d’œuvre de la facture d’orgue italienne, lui permet d’approfondir la littérature d’orgue ancienne italienne. Participation avec les professeurs L.F. Tagliavini et les musicologues O. Mischiati et A. Cavicchi au lancement des Semaines Internationales G. Frescobaldi de Ferrare. Ses enregistrements de G. Frescobaldi lui ont valu deux fois le Grand Prix de la Critique Italienne.

Carrière de concertiste dans la plupart des pays d’Europe. Concerts et participation à de nombreux Festivals et Semaines Internationales d’Orgue (Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Autriche, Tchécoslovaquie, Italie, Espagne, France). Enregistrements pour la plupart des Radios et Télévisions des pays visités. Classes de maître en Allemagne et en Italie.

Lucienne Antonini est professeur honoraire au Conservatoire National « Olivier Messiaen » d’Avignon et organiste titulaire de la Métropole Notre Dame des Doms d’Avignon. Elle a créé, dans sa classe du Conservatoire un cours spécialisé pour la musique italienne. Elle participe régulièrement au Festival d’Avignon pour des concerts, des créations d’œuvres contemporaines (M. Ohana, R. Gagneux, F. Ibarrondo, A. Louvier, J.P. Leguay).

Elle collabore activement à l’équipe de direction de la programmation du Cycle d’Orgue et de celle de l’Association Orgue en Avignon. Elle est l’un des membres fondateurs de l’Association Orgue Hommage à Messiaen. Depuis octobre 1999, elle assure la fonction de Directrice musicale pour l’Association « Musique Sacrée en Avignon ».

Serge Barbuscia

Comédien, metteur en scène, auteur

Il fonde en 1983 avec sa compagnie le Théâtre du Balcon/Scène d’Avignon. Ses créations se révèlent comme une nécessité où s’imbriquent des expressions multiples : texte, danse, musique, peinture, chant… Autant de matériaux que Serge Barbuscia aborde pour élaborer un langage théâtral singulier. Ses spectacles rencontrent un public exigeant qui ne vient pas au théâtre « pour oublier le monde mais pour le comprendre ». Les écritures contemporaines jalonnent son parcours artistique. Ont été organisées des lectures avec la complicité de l’Association Beaumarchais/SACD, en invitant des auteurs comme José Plyia, Remi de Vox, Jean-Louis Leconte, Natacha de Pontcharra, Adeline Picault, Isabelle de Toledo, Christian Petr, Anne Jolivet, Pascal Bancou… Au sein du « Balcon », il affirme une action permanente orientée principalement sur la découverte de nouveaux talents et ouvrant son théâtre à des artistes tels que : Jean-Luc Revol, Christophe Lidon, Michel Fau, Carlo Boso, Nemanja Radulovic, Patrick Timsit, Yolande Moreau, Michel Bruzat, etc…

Marie-Christine Barrault

Comédienne

En sortant du Conservatoire, en 1965, elle entame une carrière au théâtre et à la télévision. Elle défend alors des textes de Max Frisch, Corneille, Sarraute, Claudel, Tchekhov, O’Neil, Marguerite Duras…, sous la conduite de metteurs en scène exigeants, Gabriel Garran, Roger Planchon, Raymond Rouleau, Jacques Rosner…

Eric Rohmer lui offre son premier rôle au cinéma dans « Ma nuit chez Maud » et elle sera l’inoubliable interprète de « Cousin, Cousine » de Jean-Charles Tacchella qui lui permet d’être nommée pour l’Oscar de la Meilleure Actrice de l’année 1976.

Elle alterne alors le théâtre, le cinéma (Woody Allen, André Delvaux, Andrzej Wajda…) et la télévision (avec des réalisateurs comme Jean Lhôte, Claude Santelli, Michel Boisrond, Roger Vadim…) où elle incarne des personnages forts, adaptés de la littérature et de la réalité, tels que Marie Curie ou Jenny Marx. On l’a vue dans la mini série sur France 3 « Jusqu’au Dernier ».

Elle a créé un spectacle de chansons, « L’Homme Rêvé », au Théâtre des Bouffes du Nord et en tournée, sur des textes de Roger Vadim et musiques de Jean Marie Senia.

Elle a publié un livre autobiographique, « Ce long Chemin pour arriver jusqu’à Toi », aux édition Xo.

Au cinéma récemment elle a été la mère de Chiara Mastroianni dans le film de Christophe Honoré « Non ma fille, tu n’iras pas danser » et celle de Laurent Laffitte, Nicolas Bedos et Benjamin Biolay dans « L’Art de la Fugue » de Brice Cauvin.

Au théâtre, on l’a vue à Paris et en tournée dans : « L’Allée du Roi » de Françoise Chandernagor, « Opening Night », « L’Amour, la Mort, les Fringues » de Danièle Thompson, « Les Monologues du Vagin ».

Elle a joué récemment « Les Yeux Ouverts » (Dialogue entre Marguerite Yourcenar et Mathieu Galley) en tournée, après le théâtre du Chêne Noir au Festival d’Avignon en juillet 2015 et « La Reine de Beauté de Leenane » de Martin McDonagh au Festival d’Avignon 2017.

Elle a enregistré des disques de chansons, de textes, dont « Terre des Hommes » de Saint-Exupéry, « Vingt-quatre Heures de la Vie d’une Femme » de Stefan Zweig, de contes musicaux comme « Pierre et le Loup » de Prokofiev. De fait, Marie-Christine Barrault aime de plus en plus travailler en compagnie de musiciens – de solistes (Pascal Contet, Jean-Patrice Brosse, Yves Henry, François Frédéric Guy…), -d’orchestres de chambre (Quatuor Ludwig…) sur des spectacles mêlant musique et texte. Reconnue aujourd’hui comme une des plus mélomanes des actrices françaises, elle est depuis 2007 présidente d’honneur des Fêtes romantiques de Nohant, festival qui se tient dans le Berry autour du souvenir de George Sand et de Chopin.

Elle a joué tout l’automne dernier à Paris au Théâtre Rive gauche la pièce « Confidences » qui sera en tournée à partir du 1er Octobre 2018 dans toute la France.

Frédéric Barrot

Organiste

Organiste à Saint-Symphorien, Saint-Didier, Saint-Pierre et Saint-Agricol d’Avignon et à la Basilique Métropolitaine Notre-Dame des Doms.

Né en 1965, Frédéric Barrot a été l’élève de Jean Alt, titulaire de l’orgue de la Cathédrale d’Orange et élève d’André Marchal. Depuis 1990, il est titulaire de l’orgue Vincent Cavaillé-Coll de l’église Saint-Symphorien à Avignon. Membre de Musique Sacrée et Orgue en Avignon, il participe avec le groupe des organistes d’Orgue en Avignon aux différentes animations organisées par l’association.

Paul Belmonte

Ténor

Paul Belmonte naît dans une famille de musiciens. Il commence tôt le piano, puis intègre le conservatoire de Saint Nazaire dans la classe de violoncelle. Après avoir obtenu son Diplôme d’Etudes Musicales, il s’inscrit dans la classe de Chant Lyrique de Cécile Le Bilhan. Parallèlement il est accepté dans le chœur de l’Orchestre National des Pays de la Loire (direction Valérie Fayet) et participe à de nombreux programmes symphoniques.

En septembre 2015, il devient chantre au Centre de Musique Baroque de Versailles (direction Olivier Schneebeli), dans la classe de Muriel Ferraro, ce qui le pousse à se produire toutes les semaines en tant que choriste et soliste à la Chapelle Royale du Château de Versailles, mais aussi dans d’autres pays (Royaume-Uni, Corée du Sud, Autriche, République Tchèque, Italie) et dans des salles prestigieuses (Opéra Royal de Versailles, Opéra Bastille, Teater an der Wien).

Il intègre en 2017 la Haute Ecole de Musique de Genève dans la classe d’Alexander Mayr.

Paul Belmonte se produit régulièrement en soliste dans des œuvres du répertoire sacré, parmi lesquelles La Passion selon Saint Jean (Bach), Le Messie (Haendel), Les Sept Dernières Paroles du Christ (Haydn). Sur scène il a interprété Actéon (Charpentier), Un Ruisseau (Rameau), Un Cacciatore (Mascagni).

Par ailleurs, il est aussi membre du Chœur de l’Opéra de Lausanne et supplémentaire au chœur du Grand Théâtre de Genève.

Frédéric Béthune

Contrebassiste

Né en 1966 à Cambrai, il suit les cours des classes de trompette et de solfège au Conservatoire National de Région de Toulouse. Il obtient au Conservatoire National de Région de Montpellier, son diplôme de fin d’études de solfège, mention Très Bien, en 1988, et la médaille d’Or de Contrebasse et de Déchiffrage en 1989.

En 1989, il poursuit sa formation au cours de stages aux Arcs (professeur : Vincent Pasquier) et à Avignon (professeurs : J.M. Rollez, V. Pasquier, V. Rakov). Il obtient : – en 1992 le premier prix de contrebasse au Conservatoire Supérieur de Musique de Genève ; – puis en 1994, le diplôme d’Etat de professeur de contrebasse.

En 1989 et 1990, il participe à des concerts avec l’Orchestre de Chambre de Genève-Lancy, l’Orchestre du Collegium de Lausanne, l’O.R.M., l’Orchestre des Prix du Conservatoire de Genève, l’Ensemble Instrumental de Lausanne.

Depuis 1991, il est contrebasse solo de l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence ; depuis 1992, il est professeur de contrebasse au CRR Olivier Messiaen du Grand Avignon.

Françoise Bouillard

Mezzo-soprano

Après des études de musicologie et d’alto au conservatoire de Montpellier, elle obtient en 2000 un CAPES d’éducation musicale et de chant choral. Parallèlement à ses activités d’enseignement, elle étudie le chant classique avec Catherine Thomasset au conservatoire d’Avignon puis avec Andrea Büchel. Passionnée par le chant polyphonique, elle chante en tant que choriste ou soliste dans plusieurs ensembles vocaux : Le Madrigal de Nîmes, Chœur Master du Val d’Oise, l’ensemble vocal Lucien Bass (Nîmes), le chœur Cum Jubilo, l’ensemble Bergamasque ainsi que le quatuor a capella les fines bouches (Avignon).

 

 

Anne-Cécile Brielles

brielles-anne-cecileVioloniste

Anne-Cécile Brielles apprend le violon aux conservatoires du Mans, de Boulogne-Billancourt, puis au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Lyon où elle obtient un premier prix à l’unanimité dans la classe de Marianne Piketty. Par la suite, elle intègre un troisième cycle de violon au CNSMD de Lyon et se perfectionne également à l’Escuela superior de Musica Reina Sofia à Madrid. Elle affectionne particulièrement la musique de chambre et remporte les concours internationaux d’Arles et de Madrid en duo avec harpe (duo Bergamasque). Intéressée par différents répertoires allant de la musique ancienne à la musique contemporaine, elle est dédicataire de plusieurs œuvres et a enregistré pour les éditions Hortus des pièces de Matalon et Cavanna au sein de l’ensemble Mesostics. Depuis 2009, elle enseigne le violon au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.

Catherine Chaine

Pianiste – Chef de Chœur

Professeur certifié en formation musicale, Catherine Chaine est pianiste accompagnatrice et chef de chant au Conservatoire régional du Grand Avignon. Elle participe régulièrement à des concerts et récitals avec solistes et chœurs. Elle a pris la direction du chœur Cantabile en 2015.

Frédéric Chaine

Violoniste – Chef d’orchestre

Frédéric, violoniste, diplômé en écriture, commence très jeune la direction d’orchestre avec Michel Barruol, au Conservatoire d’Avignon. Il intègre ensuite la classe de Dominique Rouits à l’École Normale Supérieure de Musique de Paris où il obtient le diplôme de Direction d’Orchestre à l’âge de 20 ans. Il poursuit son apprentissage de chef d’orchestre avec Julien Masmondet, puis avec Sébastien Béreau au Conservatoire de Musique de Lille. Il travaille aujourd’hui avec Etienne Siebens, chef d’orchestre belge.

Isabelle Chauvalon

Compositeur

chauvalonisabelle_150Née en 1955 à Blois, Isabelle Chauvalon commence des études musicales dans sa ville natale, avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où elle obtient plusieurs premiers prix.

Elle y travaillera successivement avec Christian Manen (Solfège Spécialisé), Jeanine Rueff (Harmonie), Jean-Paul Holstein (Contrepoint), Marcel Bitsch (Fugue) et Serge Nigg (Orchestration).

Parallèlement, elle travaille le piano avec Pierre Sancan et remporte un Premier Prix de la Ville de Paris. Depuis 1988, elle est professeur d’Ecriture au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier.

Jusqu’en 2004, elle est également chargée de cours à l’université Paul Valéry, dans cette même ville.

Depuis plusieurs années, la composition occupe chez elle une part grandissante. On lui doit notamment des œuvres pour orchestre, quatuor de bassons, chœur, chœur et orgue, trio d’anches, piano, quatuor de cuivres…

Chœur de chambre Asmarã

Réuni et créé par Samuel Coquard en 2004, ce chœur de chambre composé de 12 chanteurs lyriques professionnels a pour vocation première d’interpréter le répertoire pour chœur de chambre a cappella ou avec accompagnement d’instruments seuls.

L’objectif de ce chœur est d’explorer les œuvres telles qu’elles ont été pensées et écrites et d’en donner la plus proche interprétation d’origine. Ainsi, Asmarã se donne l’ambition de faire découvrir au public le riche répertoire a cappella de la musique sacrée et profane de la renaissance à nos jours et de susciter la création d’œuvres nouvelles, créant ainsi une nouvelle dynamique dans l’art vocal français.

Promu pour la première fois au Festival International d’orgue de Roquevaire en Octobre 2004 autour d’un programme français de musique sacrée avec orgue en l’honneur de Pierre Cochereau, il se verra invité ensuite par de nombreux festivals.

Ainsi, le chœur Asmarã s’est très vite fait remarquer par les producteurs et organisateurs de festivals et c’est en juillet 2005 qu’on le retrouve dans un programme romantique allemand, « Le voyage initiatique » de Schubert à Brahms lors du festival des Nuits d’été d’Aix en Provence et au festival de Musiques dans les vignes, soutenu par France Télécom.

Le chœur de chambre prendra cette même année le nom d’Asmarã en souvenir de la dernière œuvre pour chœur mixte composé par Jean Louis Florentz mais aussi au symbole du chant de l’âme et de son ouverture sur la Méditerranée et sur l’Afrique.

Asmarã est invité pour la première fois en septembre 2006 à l’Opéra d’Avignon avec la Maîtrise des Bouches-du-Rhône pour le Requiem de Mozart avec l’orchestre d’Avignon-Alpes-Provence.
Invité par le Conseil général des Bouches-du-Rhône, le chœur de chambre fait une tournée en décembre 2006 pour les chants de Noël où ils interprèteront des œuvres de Bach, Mendelssohn, Barber, Taverner et Britten. La presse soulignera les qualités de justesse et de grande sensibilité musicale qui font les marques essentielles de ce chœur.

Le chœur est invité pour la première fois en juillet 2008 aux Chorégies d’Orange pour interpréter avec la Maîtrise des Bouches-du-Rhône, le Requiem de Fauré qui remporta un très vif succès salué par la presse. En 2008, il redonne le Voyage initiatique consacré à Schubert et Brahms au Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en Provence, Montpellier et Marseille.

L’année 2009, le chœur d’hommes chante aux côtés des enfants de la Maîtrise et de Barbara Hendricks pour le grand concert de Noël au Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence. Asmarã crée la Petite Messe Solennelle de Rossini pour le Festival de Vendée le 12 juin 2010.

Jour de l’an 2011, Marseille Concerts relance les concerts du nouvel an au Gymnase, et propose au Chœur Asmarã d’interpréter les Valses viennoises de Strauss.

2012, Marseille Concerts invite pour la deuxième fois Asmarã, au Gymnase, dans la Petite Messe Solennelle de Rossini, après le succès remporté avec Strauss. Ils la reprennent aux 41èmes Chorégies d’Orange le 20 et 21 Juillet 2012 pour l’interpréter dans sa version originale. Le chœur interprète régulièrement le grand répertoire de chambre et d’oratorio.

Asmarã interprète la Petite Messe Solennelle de Rossini pour la première fois avec Karine Deshayes et Delphine Haidan pour le 30ème Festival des Musicales du Lubéron le 8 août 2018 sous la direction de Samuel Coquard.

Choeur « A Piacere »

choeur-a-piacere-2Direction Annie Fajeau

Créé en septembre 2000, ce chœur réunit une quarantaine d’adultes de tous âges et de toute formation musicale sous la direction d’Annie Fajeau. Un groupe d’enfants, régulièrement associé à des concerts depuis 2001 y est pleinement intégré depuis 2003.

A l’origine, simple regroupement d’amis aimant chanter, le chœur progressivement s’est vu étoffé et a élargi son répertoire vers des œuvres plus ambitieuses du répertoire classique et sacré : Monteverdi, Pachelbel, Buxtehude, Vivaldi, Bach, Fauré … Il reste néanmoins ouvert à la musique profane : chants provençaux, israéliens, chansons à boire, noëls français et étrangers, et à la musique de nos jours : Ramirez, et Paul Mc Cartney…

Ce chœur a la chance d’être souvent accompagné d’un orchestre de professionnels, le Prov’Art Orchestra, garantie de qualité pour le public et moteur de progression pour les choristes.

A Piacere est toujours prêt à répondre aux demandes d’organisations caritatives, et à participer à la vie associative d’Avignon et sa Région.

Chœur Cum Jubilo

(à venir)

Chœur de l’Opéra-Théâtre du Grand Avignon

choeur-opera-avignonDirection Aurore Marchand

Les artistes du Chœur travaillent à temps complet et sont recrutés sur audition. Le large éventail des styles abordés exige d’eux une technique musicale, vocale et chorale complète et particulièrement souple.

Le Chœur de l’Opéra Grand Avignon participe à la réalisation de l’ensemble de la saison lyrique – opéras et opérettes – et à un certain nombre de concerts lyriques et de chœurs, et est appelé à se produire dans d’autres Maisons d’opéras, dans le cadre de co-productions ou à titre de chœur invité.

Il peut être également sollicité lors des animations scolaires et spectacles Inter-Notes organisés par l’Opéra Grand Avignon.

Le Chœur est par ailleurs régulièrement invité aux Chorégies d’Orange.

Chœur du Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon

(à venir)

Pascal Contet

Accordéoniste

Incontournable dans la création contemporaine depuis plus de 20 ans  et pionnier en la matière en France, Pascal Contet compte environ 300 œuvres à son actif.  De nombreux compositeurs lui font confiance, dont Claude Ballif, Franck Bedrossian, Luciano Berio, Edith Canat de Chizy, Bernard Cavanna, Jean-Pierre Drouet, Ivan Fedele, Joshua Fineberg (Usa), Jean Françaix, Ivar Frounberg (Danemark), Philippe Hurel, Pierre Jodlowsky, Klaus Ib Jorgensen (Danemark), Philippe Leroux, Bruno Mantovani, Javier-Torres Maldonado, Martin Matalon, Marc Monnet, Yann Robin, Oscar Strasnoy, Claire-Mélanie Sinnhuber, Johannes Schoellhorn (Allemagne).

En 2012,  première pour l’accordéon, il est nominé aux Victoires de la musique classique dans la catégorie « Soliste instrumental de l’année » et dans la catégorie « enregistrement de l’année » ainsi qu’en 2007 aux Victoires du Jazz (artiste de l’année) pour son album  « NU » avec Bruno Chevillon et François Corneloup.

Après un parcours privé en France, Pascal Contet continue ses études musicales à Fribourg en Suisse, à la Musikhochschule de Hanovre (Elsbeth Moser), au Conservatoire Royal de Copenhague et à l’Akademie der Künste de Graz en Autriche (Mogens Ellegaard).

Il est lauréat de plusieurs fondations : Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation (promotion et remis par le Président de la République François Mitterrand), Yehudi Menuhin, Gyorgy Cziffra, Lavoisier et de plusieurs prix dont celui prix Gus Viseur, Samfundet (gouvernement danois).

Il joue en soliste sous la direction entre autres des chefs Pierre Boulez, François Xavier Roth, Pascal Rophé, Jean-François Heisser, Jean–François Verdier, Esa Pekka Salonen, Jean-Claude Casadesus, Diego Masson, Daniel Kawka, James Wood, Susanna Mäkkli, Denis Comtet, Arie Van Beek, Laurent Petitgirard, Daniel Tosi.

Dédicataire de nombreux concertos, Pascal Contet interprète les concertos pour accordéon de Bernard Cavanna, Benjamin Ellin, Jean Françaix, Christophe Julien, Arne Nordheim, Sofia Gubaïdulina, Astor Piazzolla, pièce concertante de Peter Eötvös  avec l’Orchestre de la Suisse Romande, le Philharmonisches Orchester Freiburg (D), l’Orchestre de chambre de Lausanne l’Orchestre de Bratislava, l’Orchestre Les Siècles, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre National de Lorraine, l’Orchestre Victor Hugo – Franche-Comté, l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre de Perpignan-Méditerranée, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre de Picardie, l’Orchestre symphonique de Bretagne, l’Alma Chamber Orchestra, l’Orchestre de l’Opéra National de Paris pour la création de  « Ahkmatova » de Mantovani.

Pascal Contet est également membre permanent et soliste des ensembles 2e2m et Ars Nova.

Il aime improviser en compagnie de la contrebassiste Joëlle Léandre (leur disque « 3 », sorti en mars 14, a reçu un Choc de Jazz Magazine, Le Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros, Elu  2014 Citizen Jazz), avec le  réputé joueur d’orgue à bouche Wu Wei, avec Pauline Oliveros, Carlos Zingaro, Carol Robinson, Tom Mays, Nosfell ou encore la chanteuse Camille.

En 2014 il crée pour Europajazz Le Mans un nouveau trio  « The White Concert » avec les londoniens Scanner, grand maître international du laptop (Björk, Christian Rizzo) et du chanteur et guitariste londonien Joël Cadbury (Unkle, Gavin Clark, Opera de Sydney) dans un mélange d’électro, de rock et de musique contemporaine.

Il travaille le rapport à l’image, en accompagnant de nombreux ciné-concerts ou compose pour la télévision ou le cinéma (Port–Au–Prince Dimanche 4 janvier, de François Marthouret d’après le roman Bicentenaire de Lyonel Trouillot, scénario de Marc Guilbert et Peter Kassovitz).

Dans le domaine des arts visuels il poursuit ses recherches avec l’artiste Miguel Chevalier en une performance interactive musico-visuelle. L’origine du Monde dont la première le 19 septembre 2013 au centre des Arts d’Enghien a été saluée par le public et les critiques, reprise ensuite au festival Tons voisins d’Albi,  Conférence Modiale de Samsung au salon IFA 2014 à Berlin, au festival des Nuits de Nacre à Tulle 2014, à l’Arsenal de Metz et prochainement à Istanbul.

Ses partenaires de musique de chambre se nomment Paul Meyer dont le dernier Album « Fantaisies Lyriques » sorti chez Sony Classical est salué par les médias, Ophélie Gaillard, Marianne Piketty, Louis Rodde, Marion Tassou, Fanny Robillard, les quatuors Debussy, Diotima, Danel, Travelling Quartet.

Lectures ou théâtre, il collabore avec Marie-Christine Barrault, François Marthouret, Fabrice Melquiot, Anne Alvaro, Charles Gonzalès, Roland Auzet, Christian Rizzo, Didier Galas ou le congolais Dieudonné Niangouna (Les Inepties Volantes, révélation de leur spectacle en duo lors du Festival d’Avignon In 2009).

Compositeur-improvisateur-performer, il reçoit plusieurs commandes (commande d’état du Ministère de la Culture et de la Communication, commande du festival des Nuits de Nâcre, Commande de Odile Duboc – CCN de Belfort, Commande de Tage der Utopie (Autriche), Commande du festival d’Avignon 2009, Commande de Skertzo.

Parmi ses compositions pour la danse et le théâtre, on peut retenir :

– Trio 03 pour le Centre Chorégraphique National de Belfort (Odile Duboc) Festival Agora-Ircam 2003

– Actes I à III de Mié Coquempot (aide du fonds d’action Sacem), 2008 à 2010

– No Way Out (2004) pour le duo avec Jin Xing (Opéra de Shanghai, France 2, TF1, Casino de Paris, Halle Tony Garnier Lyon)

– Des souffles de vie de Fattoumi- Lamoureux (commande d’état 2001),

– La Madeleine Proust- Haut Débit de Lola Sémonin – à l’affiche depuis 2008,

– Festival d’Avignon 2009 – musique des Inepties Volantes de Dieudonné Niangouna

– En 2012, pour Skertzo (création vidéo projetée sur des monuments historiques), il compose une partie de Beauvais, Cathédrale Infinie visible jusqu’en 2022 et l’intégralité de la création visuelle de Jamais deux fois le même fleuve pour la façade du Capitole de Toulouse.

Durant la saison 2015-2016, en association avec la violoniste Anne Gravoin et le Travelling Quartet, Pascal Contet créera Influences Latines (Le Toboggan à Décines puis en tournée), un parcours sonore autour de tangos anciens arrangés par les compositeurs Tomas Bordalejo et Fernando Fiszbein.

En  juin 2015, Pascal Contet crée son propre label : PLEIN JEU distribué par Socadisc et propose UTOPIAN WIND, 14 titres « comprovisés ».

Samuel Coquard

Directeur musical

Après des études instrumentales de piano et de chant, Samuel Coquard se tourne vers l’orgue dans la classe de Luc Antonini au Conservatoire National de Région de Montpellier, et suit en parallèle des études universitaires en musicologie.

En décembre 1999, à l’âge de vingt-trois ans, il est nommé chef de chœur de la Maîtrise de la Cathédrale Notre-Dame de Paris aux côtés de Nicole Corti.

Fervent du répertoire vocal et plus spécialement de musique sacrée, il se tourne vers les grandes œuvres du répertoire, mais s’intéresse surtout aux œuvres méconnues du grand public.

En septembre 2002, Samuel Coquard est nommé directeur musical et artistique, responsable pédagogique de la Maîtrise des Bouches-du-Rhône dont il dirige les chœurs d’enfants, le Jeune chœur et le chœur de chambre Asmarã qu’il fonde en 2004. La Maîtrise se développe alors et devient sous son impulsion une structure reconnue et spécialisée à laquelle il donnera le nom de pôle d’art vocal.

La richesse d’expression artistique du pôle d’art vocal lui permet d’approfondir le répertoire baroque allemand et italien, le romantisme allemand, slave et français et de se tourner également vers la musique contemporaine de Ianis Xénakis, Régis Campo, Carol Robinson, Jean-Pierre Leguay, François Rossé et Edith Canat de Chizy.

Ces différentes rencontres l’ont conduit à s’intéresser à la commande musicale contemporaine et il travaille ainsi régulièrement avec des compositeurs d’aujourd’hui comme Florent Gauthier, Zad Moultaka ou encore Christian Roque. Il collabore également avec l’Opéra de Marseille et d’Avignon sur les ouvrages lyriques et est invité sur les plus grandes scènes nationales et internationales comme les Chorégies d’Orange, les Festivals de Musique de la Chaise-Dieu, de Conques, de Roquevaire, de Vendée. Il a par ailleurs dirigé l’ouverture du Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence en 2008.

Il a enregistré avec la Maîtrise, sous le label Solstice, un premier disque consacré à l’œuvre vocale sacrée de Jean Langlais, récompensé par 5 diapasons et 4 étoiles au Monde de la Musique.

Le 12 décembre 2008, l’Académie des Arts, des Sciences et des Lettres de Marseille lui a attribué le prix de musique Pierre Barbizet.

En 2009, il enregistre un nouveau disque consacré aux œuvres de Dvorak, Rachmaninov et Rheinberger pour chœur et piano sous le Label Solstice.

Il est invité pour la deuxième fois par Marseille Concerts au Théâtre du Gymnase le 2 janvier dans les concerts du Nouvel an, avec les Valses de Vienne de Johann Strauss en 2011 et la Petite Messe Solennelle de Rossini en 2012 ; il vient de sortir sous le Label Parsiphonie un disque avec le Jeune Chœur et Nina Uhari au piano, consacré aux Lieder und Gesänge de Malher et Duetti für Chor de Mendelssohn.

Les Chorégies d’Orange l’invitent pour la première fois pour diriger les 20 et 21 juillet 2012 Rossini dans la Petite Messe Solennelle. L’Opéra de Marseille l’invitera avec Nadine Duffaut pour créer et diriger l’Opéra d’Isabelle Aboulker « Douce et Barbe Bleue » en version scénique.

Citons également les engagements de Samuel Coquard seront avec Le Festival des Musicales du Lubéron et au festival des Chapelles dans le Var autour des Cantates de Bach, son répertoire de prédilection.

Bertrand Dazin

Alto

Bertrand Dazin est chanteur contre-ténor, haute-contre, alto. Dès l’âge de sept ans jusqu’en 1995, il fait partie des Petits Chanteurs de Lille et de la Maîtrise Boréale dirigée par Bernard Dewagtère.

Après le CNR de Lille et de Versailles, dans la classe de Philippe Balloy et de Gaël de Kerret, il est admis au Centre de Musique Baroque où il suit les masterclass de H. Crook et P. Eswood. Elève de James Bowman qui le parraine depuis 1995, il a travaillé avec de grands chefs : Jean-Claude Malgoire, Olivier Schneebeli, Laurence Equilbey, Michel Laplénie, Gabriel Garrido, Marc Minkowski… Depuis 2000, il se produit en duo avec James Bowman. Il donne également son concours à de nombreux oratorios. Il a participé à de nombreux enregistrements et captations télévisuelles ou radiophoniques.

Thierry Denante

Ténor

Après 6 années d’études de piano au Conservatoire de Marseille et la pratique du chant choral, c’est le hasard qui l’a ramené à la musique, comme clavier dans un orchestre de variétés où ses qualités vocales furent rapidement repérées et où il devint finalement finalement chanteur pendant plusieurs années.

En 1994, il ressent le besoin de diversifier son répertoire et aidé par son professeur Gilles Schneider, il se tourne vers le chant en petits chœurs, au sein des ensembles vocaux Campana (Avignon) et Ad Fontes Canticorum (Aix en Provence).

Privilégiant le répertoire baroque, il a complété sa formation au Conservatoire d’Aix-en-Provence avec Monique Zanetti, et travaille actuellement avec Andrea Büchel.

Il intervient régulièrement comme soliste dans différentes chorales de la région (Les Offrandes Musicales, Apta-Julia, EVOM…), participe également à des projets plus élaborés (Didon et Enée de Purcell en 2013, L’Extraordinaire Noël de M. Scrooge en 2014, Orphée de Lully en 2015) et a intégré récemment l’ensemble vocal Avignonnais « Cum Jubilo ».

Jonas Descotte

Alto

Après six ans de voyage familial autour de l’Atlantique à bord d’un catamaran, c’est l’esprit enrichi de découvertes que Jonas Descotte se forme à la musique une fois de retour dans le sud de la France. D’abord instrumentiste, il débute son apprentissage par le violoncelle. Passionné par la musique baroque et le chant, il intègre la classe de Luc Coadou (CNRR de Toulon) en tant que contre-ténor en 2012.

Dans le but de parfaire sa formation de chanteur, il suit des cours d’orgue, de polyphonie Renaissance, de musique de chambre, direction de chœur, et même de musique de tango.

Jonas Descotte entre finalement à la Haute Ecole de Musique de Genève dans la classe de Nathalie Stutzmann. Il participe à la 22ème Académie baroque européenne d’Ambronay dirigée par Paul Agnew. Une tournée s’est déroulée dans divers pays : Suisse, France, Espagne, Slovénie, Portugal, Belgique, Italie.

Jonas Descotte collabore avec des ensembles en Suisse tels que Genève Baroque, l’Ensemble Cantatio, ou l’ensemble vocal de poche. Il crée son propre ensemble : Les Argonautes, et en assure la direction artistique.

Evelyne Duché Robbe

Violoncelliste

Le parcours musical d’Evelyne Robbe l’a menée au Conservatoire National de Région de Lyon, au Conservatoire d’Avignon, où elle obtient un DEM de violoncelle en 2002, puis au Conservatoire National de Région de Marseille, dans la classe de Manfred Stilz. Elle y obtient un DEM de violoncelle en 2005.

Elle enseigne au Conservatoire de Pont-Saint-Esprit et à l’école de musique de Villeneuve-lez-Avignon. Elle est titulaire du Diplôme d’Etat de professeur de violoncelle.

Férue de musique de chambre, elle se produit fréquemment au sein du Duo Appassionato, dans un répertoire riche et varié : de la sonate baroque pour violoncelle et clavecin (Barrière, Vivaldi, Geminiani, Abel, Bach) à la sonate pour violoncelle et grand-orgue de Marcel Dupré, en passant par le répertoire avec orgue et les pièces incontournables du répertoire avec piano. Elle a ainsi interprété les sonates de Beethoven, Mendelssohn, la 1ère Sonate de Brahms, la sonate trop peu connue de Léon Boëllmann, Strauss, Chostakovitch…

Elle a participé à la création du Trio Verano (trio avec piano). Elle aborde aussi régulièrement le répertoire pour violoncelle seul, avec Bach bien-sûr, mais aussi de nombreux compositeurs contemporains (Berio, Ligeti, Volker David Kirchner, Britten).

Rompue à la pratique du continuo, elle accompagne très régulièrement des chanteurs et des chœurs de la région, dans le répertoire baroque.

Fabrice Durand

durand-fabriceAlto

Fabrice Durand a toujours entendu vibrer les murs de la maison familiale de musique, d’une sœur avide de musique de tout style et toute origine, et d’un frère corniste, éminent pédagogue, interprète et compositeur. Menant plusieurs types d’études à la fois scientifiques et artistiques qui le mènent de Metz à Paris via la Sorbonne, il côtoie les chercheurs de toutes spécialités dont la passion commune est et demeure à jamais la musique. Alors pourquoi refuser la destinée alors que son grand-père paternel, ses grands-oncles et son arrière-grand-père étaient déjà luthiers à Mirecourt ? Cela ne l’empêche pas de continuer à s’intéresser aux sciences sociales, au fonctionnement humain souvent décevant, mais toujours passionnant, la psychologie, la sophrologie qu’il enseignera dès la fin de l’année 2013. Après quelques expériences comme alto solo, notamment à la « Jeune Philharmonie Franco-Allemande », Fabrice Durand est recruté tour à tour à Liège comme tuttiste, à Grenoble comme cosoliste, en passant par Montpellier, puis à l’OLRAP dont il est l’alto solo depuis 20 ans maintenant. Outre l’enseignement qu’il pratique quasiment sans interruption depuis 25 ans avec toujours autant de bonheur, ses expériences de chambriste l’ont amené à jouer avec Dimitry Markevitch, travailler avec le quatuor Bartók, Claude-Henri Joubert, Pierre Pénassou, Maria Vermès, à jouer au sein du quatuor Luthfi, du trio Kodaly, du quatuor Ceria, à jouer en direct à Radio-France, sur France Musique, et enregistrer un certain nombre de CD dont les œuvres pour trios à cordres de Boccherini et Bernardy de Valerne, compositeur du Comtat Venaissin de la fin XVIII e, début XIX e siècle, le quintette avec cor de Georges Barboteu, et l’intégralité des Adagios et Fugues de Bach-Mozart avec Luc Antonini à l’orgue. Son dernier projet est la création, avec sa talentueuse compagne Cordelia Palm, de l’Ensemble Instrumental Kallisté, ensemble musical à géométrie variable.

Coline Dutilleul

Mezzo-soprano

Coline Dutilleul, mezzo-soprano belge, s’est formée à l’art du chant et du piano en Belgique (CRB) et en Allemagne (HfMT, Köln). Elle a suivi de nombreuses classes de perfectionnement, en particulier avec Nathalie Dessay. Elle a participé à de nombreuses productions en Europe avec des maîtres renommés comme Simon Rattle, Jordi Savall, Phillipe Herreweghe, Raphaël Pichon… En 2014, elle gagne le second prix de l’international Wettbewerb de Köln ainsi que le prix décerné par l’orchestre de la radio WDR de Köln. Elle a été, de 2015 à 2017, en résidence à l’opéra studio de l’Opéra national du Rhin à Strasbourg.

Ensemble Contraste

Arnaud Thorette violon
Antoine Pierlot violoncelle
Jean-Luc Votano clarinette
Johan Farjot piano

Que se passe-t-il lorsque la musique savante rencontre la musique populaire ?

Il en résulte un savoureux contraste du nom de cet ensemble créé en 2000 et composé d’artistes classiques virtuoses. La diversité, la spontanéité de cet ensemble aux formes atypiques ainsi que la recherche de ses propres arrangements musicaux permettent une programmation originale, de la musique classique au tango, à la comédie musicale, au jazz et à la création contemporaine.

De Classic Tango qui se joua dans le monde entier aux nouvelles créations The Fairy Queen & Les Aventures d’Eustache le Moine (2015), Joséphine Baker (2016), Georgia, et Roméo et Juliette (2017), les productions et la discographie de ce collectif de musiciens polyvalents et talentueux sont saluées unanimement par la critique.

Sous la direction artistique d’Arnaud Thorette et la direction musicale de Johan Farjot, l’Ensemble Contraste se produit dans les plus grands festivals et salles françaises et européennes, et est en résidence artistique au Centre Culturel de l’Entente Cordiale – Château d’Hardelot dans le Pas-de-Calais.

En parallèle de ses concerts, l’Ensemble Contraste s’investit dans un vaste programme d’actions culturelles territoriales à destination de publics éloignés de l’art et d’amateurs, notamment en zone rurale, et principalement dans le Pas-de-Calais. Il y mène des ateliers de pratique artistique menant à la création de spectacles par et avec les participants.

Contraste collabore avec des artistes d’univers différents : la mezzo-soprano Karine Deshayes ou encore le compositeur Karol Beffa, mais aussi Magali Léger, Sandrine Piau, Philippe Jarousky, Rosemary Standley, Albin de la Simone, Emily Loizeau, Raphaël Imbert…

En 2009, l’ensemble fonde son label Contraste Productions et sort le disque Songs. Pour aller toujours plus loin dans sa volonté d’ouvrir et de partager l’univers de la musique classique à un plus grand nombre, Contraste Productions conçoit Tous en cœur, un évènement télévisé inédit en faveur de la protection de l’enfance en danger, sur France 2 en 2013. Il poursuit dans cette même voie en créant en 2016 Georgia – Tous mes rêves chantent. Ce conte musical écrit par Timothée de Fombelle, raconté par Cécile de France, et interprété par une pléiade de chanteurs de la nouvelle scène française a été co-édité avec Gallimard Jeunesse, puis adapté pour la scène fin 2017.

Contraste est engagé depuis 2012 au profit de l’association SOS Villages d’Enfants. Il est membre de la FEVIS (Fédération des Ensemble Vocaux et Instrumentaux Spécialisés).

Ensemble instrumental Kallisté

Ensemble instrumental KallistéL’Ensemble Instrumental Kallisté, nouveau venu dans le Grand Avignon, a été créé sous l’impulsion de Cordelia Palm, violon super soliste à l’ORAP (Orchestre de Région Avignon Provence).

Composé essentiellement de membres de l’ORAP, l’Ensemble Instrumental Kallisté est le fruit d’une réflexion, d’un besoin de se retrouver entre amis, en dehors des institutions, de se ressourcer. La musique étant signe de convivialité, d’échange, de fête, d’énergie partagée.

Plus prosaïquement, L’E. I. Kallisté a pour vocation d’apporter la musique en formation de chambre et orchestre de chambre dans des lieux où les orchestres symphoniques ne peuvent pas se produire, de rencontrer des publics avertis comme des publics peu enclins à se «frotter» aux grandes œuvres du répertoire classique.

L’E. I. Kallisté sera amené accueillir des musiciens amis de tous horizons et instruments.

Ses musiciens fondateurs sont Cordelia Palm, Marc Aidinian, Gabriella Kovacs, Sylvie Bonnay, Fabrice Durand, Cécile de Rocca Serra, Jean-Christophe Bassou et François Dautry.

Ensemble instrumental TrèsOrchestral

(à venir)

Ensemble La Mascarade

Léa Bellili débute la musique par le violoncelle avant d’intégrer l’Académie Vocale de Paris dirigée par Iain Simcock. Elle entre ensuite au conservatoire pour suivre l’enseignement de Yann Toussaint puis de Mickaël Mardayer. En parallèle, elle participe à de nombreuses masterclass avec notamment Alain Buet et Regina Werner. Lauréate de l’Académie de Sablé-sur-Sarthe 2016 et 2017 avec Isabelle Poulenard, elle rejoint l’ensemble La Mascarade en février 2017. Elle travaille actuellement avec Didier Laclau-Barère et fait partie de l’Opéra Studio des Maîtres-Sonneurs à Toulouse pour la saison 2017-2018. En mai dernier elle participe aux Plaisirs de Versailles de Charpentier dans le rôle de la Musique avec Marouan Mankar-Bennis. En août 2018 elle chante le rôle de Pallade dans L’Incoronazione di Poppea de Monteverdi, dans le cadre du Berlin Opera Academy.

Formée au conservatoire de Nantes dans les classes de Natacha Rousseau-Siehoff et Jean-François Rouchon, Juliette Reibel reçoit également l’enseignement de chefs de choeur émérites tels que Valérie Fayet ou Gilles Ragon qui l’amèneront notamment à se produire plusieurs fois à la Folle Journée de Nantes. Férue de musique ancienne, elle travaille actuellement avec Caroline Pelon au Conservatoire du 7e arrondissement et reçoit en parallèle les précieux conseils de Pierre Mervant. Elle suit les enseignements d’Elisabeth Joyé et Sébastien Marq dans diverses formations de musique de chambre et ses nombreuses pratiques en choeur lui permettent par ailleurs de balayer un large répertoire vocal. Elle rejoint La Mascarade en janvier 2018.

Dorine Lepeltier commence le violoncelle moderne avec Sophie Hautier puis au CRR du Grand Avignon avec Florence Marie. Elle étudie en parallèle le clavecin avec Jean-Marie Puli et Julien Wolfs. En 2014 elle est nommée violoncelle solo à l’Orchestre National des Petites Mains Symphoniques. Les master-class d’Alice Pierrot et de l’ensemble Café Zimmermann lui ouvrent les portes du répertoire baroque. En 2014 elle fonde l’ensemble La Mascarade qui lui permet de donner une trentaine de concerts en Provence. Elle étudie le violoncelle baroque au conservatoire du 7e arrondissement de Paris avec Elena Andreyev durant 2 ans, période pendant laquelle elle prend aussi régulièrement des cours avec Emmanuel Balssa, Cécile Verolles et étudie la musique de chambre avec Caroline Pelon, Elisabeth Joyé et Sébastien Marq. En avril 2018 elle est admise en classe de violoncelle baroque au Conservatoire national supérieur de Lyon.

Passionné très tôt par la musique ancienne et les musiques traditionnelles, Elies Tataruch étudie tout d’abord le piano, puis le clavecin avec Jean-Marie-Puli et Julien Wolfs au CRR du Grand Avignon. En parallèle de son cursus au conservatoire, il aime découvrir divers instruments traditionnels, tels le oud ou la bombarde. Il poursuit son apprentissage auprès d’Elisabeth Joyé au conservatoire du 7e arrondissement de Paris, formation qu’il complète par une pratique régulière de musique de chambre, notamment avec l’ensemble La Mascarade, fondé en 2014. Grâce à cet ensemble il donne une trentaine de concerts autour d’Avignon mais aussi au Carré de Sainte-Maxime. En mars 2018 il est admis en classe de clavecin et basse continue au Conservatoire national supérieur de Paris, avec Olivier Beaumont, Blandine Rannou et Kenneth Weiss.

Ensemble Vocal Guillaume Costeley

Direction Pascal Bondis

Fondé en 1980, l’ensemble Vocal Guillaume Costeley est dirigé depuis sa création par Pascal Bondis, son fondateur et chef de chœur.

Il est riche d’une soixantaine de choristes qui répètent chaque semaine. Toutes les répétitions comprennent un travail vocal et un important travail de mise en place des partitions.

La mission de l’ensemble est de partager entre les choristes et avec le public lors de concerts, des musiques du répertoire choral souvent sacré, en mettant l’accent sur des œuvres peu interprétées.

Les œuvres sont souvent des œuvres avec orchestre et solistes.

Depuis 30 ans l’ensemble a donné beaucoup de concerts à Villeneuve lez Avignon, sa ville de tutelle et dans le Gard, mais aussi dans la région Occitanie et dans la région Grand Est, ainsi qu’à l’étranger en Allemagne et au Canada.

L’ensemble a participé à un concours de chant choral à Prague, en République Tchèque dont il est revenu avec une médaille de bronze en 1994.

Depuis sa création l’ensemble a donné des grandes œuvres du répertoire allant de Bach, Vivaldi, Mozart jusqu’à Schubert, Saint-Saëns ou Dvořák

En 2018 l’ensemble a créé une œuvre contemporaine en présence du compositeur Requiem pour chœur et orchestre d’harmonie de Pascal Tramier

Ensemble vocal La Passacaille

Direction Françoise Espitalier

Depuis janvier 1982, “La Passacaille”, choeur composé de 25 chanteurs amateurs se produit dans la région, abordant chaque saison des productions d’époques, de styles, d’origines différentes… en fonction des propositions qui lui sont faites ou de l’humeur de son chef Françoise Espitalier, professeure agrégée d’éducation musicale et chant choral, formée à la direction par Hélène Guy, Philippe Caillard et Pierre Cao.

Très tôt, les qualités musicales autant qu’humaines du groupe ont été remarquées et ont attiré auprès de lui des chefs reconnus et des formations célèbres comme :

– L’orchestre Jean-François Paillard avec lequel il a interprété le “Requiem” de Mozart mais aussi des oeuvres de Fauré et Vivaldi.

– L’OLRAP (orchestre d’Avignon et des pays de Vaucluse) sous la direction de François-Xavier Bilger pour la “Cantate de Noël” d’Honegger en 1992 et avec les mêmes partenaires, le « Stabat mater » de Scymanovski.

– L’orchestre de chambre de Provence (dirigé par Clément Zaffini) pour un programme Bach.

– L’orchestre de chambre A Campra d’Aix En Provence (dont les chefs ont été successivement Michel Labrosse, Sibyle Devesa, et Adel Toualbi) avec des oeuvres de Haendel, Buxtehude, Purcell….

– L’orchestre sud-américain “El Pueblo” pour la “Misa Criolla” de A. Ramirez donnée dans le sud-est de la France.

– L’orchestre symphonique de Roumanie pour la musique du film d’Eisenstein : “Alexandre Nevski” en direct avec la projection du film.

– L’ensemble des percussions du Conservatoire de Musique d’Avignon pour les “Carmina Burana” de C. Orff.

– L’ensemble aixois baroque « les Festes d’Orphée », dirigé par Guy Laurent pour deux re-créations d’œuvres d’un compositeur aixois : C.M. Pellegrin dans un programme baroque comportant aussi le  « Gloria » de Vivaldi.

– L’orchestre des jeunes de Provence, dirigé ce soir-là par Michel Camatte, directeur du conservatoire d’Aix en Provence, dans un programme romantique.

Mais cet ensemble s’est également produit a cappella dans un répertoire du moyen-âge ou de la renaissance, ou encore, soutenu par de tout petits effectifs instrumentaux, pour les « Valses d’amour » de Brahms ou une version très libre de l’ «  Orfeo » de Monteverdi.

Sans oublier un programme très ludique : « La Passacaille s’encanaille » abordant des oeuvres pastiches brillamment accompagnées par le pianiste marseillais Pierre Iodice.

Ce choeur a été invité au :

– « Printemps Musical d’Aix »,

– « Festival des Musiques d’Amérique du Sud »,

– En Allemagne, sur les bords du lac de Constance, par deux fois,

– A Stockholm, à l’automne 2007 où il s’est produit au musée de la musique.

Il a accepté deux tournées organisées par le Conseil Général des Bouches du Rhône qui par ailleurs le soutient très régulièrement.

Enfin, sous la direction du compositeur Raoul Lay, l’ensemble a participé à la création de « La jeune fille aux mains d’ argent », pour orchestre, récitant et choeur, et l’a donné plusieurs fois dans les Bouches-du-Rhône.

Des solistes professionnels sont toujours associés à ces productions, assurant à l’ensemble qualité, homogénéité de chaque concert, régulièrement encouragé par la presse. Nous ne pouvons les citer tous mais on peut compter parmi eux : Elisabeth Camatte, Jacques Losse, Richard Taylor, Laure Florentin, Sylvie-Claire Vautrin, Pierre Guiral …. et les pianistes Lucette et Jean-Claude Gérard.

Ces dernières années, cet ensemble s’est produit en Avignon et à Villeneuve pour une musique spirituelle du soir consacrée à Noël, avec des œuvres de Buxtehude, Haendel et Charpentier, accompagné par des professeurs du conservatoire de la ville et a obtenu un franc succès auprès d’un public très nombreux.

Ensemble vocal Campana

Direction Jean-Paul Joly

L’Ensemble vocal Campana, créé en 1987 par Jean Paul Joly, professeur de formation musicale et de chant choral au C.R.R. Olivier Messiaen du Grand Avignon de 1979 à 2005, est un chœur de chambre, à voix mixtes, organisé sur quatre pupitres comprenant chacun de trois à cinq chanteurs. Ce chœur utilise les compétences vocales et musicales de choristes confirmés, de professionnels de l’enseignement de la musique, grâce à quoi le travail sur le son, sur la justesse et sur le timbre vocal peut être plus affiné que dans la situation chorale traditionnelle.
Pas de spécialisation de styles musicaux pour ce chœur, qui visite les musiques vocales depuis le Moyen Age jusqu’à la musique contemporaine et le jazz.
Le Chœur de Chambre Campana se produit dans le Vaucluse, et au-delà, dans la région PACA.

Ensemble vocal Olivier Messiaen

ensemble-vocal-olivier-messiaenDirection Jean-Paul Joly

L’ensemble vocal Olivier Messiaen a été créé en 1982 par Jean Paul Joly, professeur certifié de chant choral et de formation musicale au conservatoire de musique d’Avignon.
Cet ensemble s’est donné comme objectif d’offrir un lieu de formation vocale pour des chanteurs amateurs, et de jalonner ce chemin de réalisations musicales soit a cappella, soit accompagnées par un orchestre. Il a vocation de s’ouvrir largement aux œuvres polyphoniques vocales de la Renaissance à nos jours, en musique sacrée ou profane. Les activités musicales de l’ensemble vocal Olivier Messiaen se développent principalement sur Avignon et en Vaucluse, mais aussi au-delà, en région PACA, et en partenariat avec d’autres chœurs. Son travail des années récentes met l’accent sur la musique chorale des XIXe et XXe siècles. L’ensemble vocal fait participer à ses réalisations musicales, des solistes vocaux professionnels de la région, et collabore régulièrement avec l’OLRAP, orchestre lyrique du Théâtre d’Avignon.

Patrick Garayt

Ténor

Après des études de piano au Conservatoire de Valence, Patrick Garayt travaille sa voix dès l’âge de dix-huit ans. Commence alors une brillante carrière qui le conduira à chanter dans toute l’Europe et au-delà, allant jusqu’en Ukraine, en Russie (rôle-titre dans la Damnation de Faust de Berlioz), au Paraguay, à Vilnius (Lituanie) pour le rôle de Tamino de La Flûte Enchantée, à Shanghai et Wuxi (Chine) rôle de Nadir des Pécheurs de Perles de Bizet, Alfredo (Traviata de Verdi), ou à Saigon (Viet Nam) pour le rôle de Don José de Carmen de Bizet.

 

 

Fabienne Garceau

Hautboïste

Fabienne Garceau étudie le hautbois et le cor anglais au conservatoire de Marseille, où elle obtient une médaille d’or à l’unanimité. Elle poursuit ses études au CRR de Rueil, puis de Paris, où elle obtiendra successivement un Prix d’Excellence et un Prix de Virtuosité.

Elle passe son Certificat d’Aptidude à l’enseignement et enseigne le hautbois au conservatoire d’Avignon.

Elle se produit régulièrement avec divers ensembles instrumentaux, tant en musique de chambre qu’avec des orchestres symphoniques.

 

 

Ludivine Gombert

gombert-ludivineSoprano

Ludivine Gombert a commencé très tôt ses études de chant et se perfectionne actuellement à Berlin auprès d’Abbie Furmansky. La jeune soprano française est finaliste du Concours de la ville de Béziers, Premier Prix du Concours Muses de Nice, Premier Prix du Concours Lyrique de Crest et Prix Jeune Espoir au Concours International de Marmande.

Pendant la saison 2010-2011, Ludivine Gombert chante le rôle d’Amour dans Pygmalion (Cherubini) au Festival de Musique Baroque en Avignon, Micaëla dans Carmen à l’Opéra de Reims, Barberine dans Le Nozze di Figaro à l’Opéra Grand Avignon et la Sacerdotessa dans Aida aux Chorégies d’Orange. A l’Opéra Grand Avignon, elle se produit dans la Sacerdotessa dans Aida (Verdi), Ida dans Die Flerdermaus (Strauss), Malou dans l’opérette Un de la Canebière (Scotto).

En 2012-2013, à l’Opéra de Massy, elle est Susanna dans Le Nozze di Figaro (Mozart). Rôle qu’elle reprend dans une mise en scène de Jean-Paul Scarpitta en septembre et octobre 2012. La même année, elle est Inès dans Il Trovatore, Annina dans La Traviata et pour les fêtes de fin d’année, Nadia Popoff dans La Veuve Joyeuse. Elle participe également en janvier 2013 au Concert du Nouvel An dirigé par Robert Tuohy avec l’Orchestre National de Montpellier. Cette même année, elle est aussi Barena dans Jenufa de Janacek, et reprend le rôle de la Sacerdotessa à l’Opéra de Marseille.

En 2014, elle est Pomme d’Api dans Pomme d’Api d’Offenbach à l’Autre Scène (Vedène) et se produit dans Tremplin Jeunes Chanteurs, concert qui est redonné en décembre de la même année au Théâtre du Bolchoï à Moscou.

En 2015, elle chante pour la première fois Mimi dans La Bohème de Puccini à l’Opéra de Reims, puis le rôle d’Inès dans Il Trovatore de Verdi aux Chorégies d’Orange. Elle débute également dans le rôle de Desdemona dans Otello de Verdi à l’Opéra de Massy, puis celui d’Antonia dans L’Homme de la Mancha à l’Opéra Grand Avignon. Enfin, elle interprète le rôle de Pauline dans La Vie Parisienne à l’Opéra de Marseille à l’occasion des fêtes de fin d’année.

En janvier 2016, elle chante le rôle d’Anna Kennedy dans Maria Stuarda à l’Opéra Grand Avignon, puis en février, elle est Thérèse de Lorget dans L’Aiglon à l’Opéra de Marseille, en mars, elle tient le rôle de Miss Ellen dans Lakmé, en juin celui de Micäela dans Carmen à l’Opéra Grand Avignon. Cette même année, elle participe pour la seconde fois à Musiques en Fête aux Théâtre Antique d’Orange. En octobre dernier, elle s’est produite dans Le Gloria de Poulenc à la Collégiale Saint-Didier à Avignon, dans le rôle de la Grande Prêtresse dans Aida à l’Opéra de Massy et tout dernièrement dans le rôle de Varvara dans Katia Kabanova à l’Opéra Grand Avignon.

En 2017, elle tient le rôle de Xenia dans Boris Godounov à l’Opéra de Marseille ; elle est la Grande Prêtresse dans Aida aux Chorégies d’Orange ; elle participe en juin 2017 à la soirée Une Nuit à l’Opéra à l’Opéra Grand Avignon ; en novembre 2017 elle chantera pour la première fois le rôle de Marguerite dans Faust à l’Opéra de Massy.

Pierre Guiral

guiral-pierreBaryton-basse

Pierre Guiral est un artiste au parcours singulier.

Après avoir étudié la flûte traversière, la direction d’orchestre, la musique de chambre, l’électroacoustique et la composition, il découvre le répertoire vocal et entreprend des études de chant. Sa formation l’amène à se perfectionner auprès de nombreux professeurs, metteurs en scène et chefs d’orchestre. Titulaire du Certificat d’Aptitude de directeur de conservatoire, il obtient également un Master de pédagogie au Conservatoire National Supérieur de Paris.

Aujourd’hui, il se produit régulièrement comme soliste en France et à l’étranger. Son répertoire s’étend des périodes baroques (Roi Arthur de Purcell – Cantates – Magnificat- Oratorio de Noël de Bach – La Serva Padrona de Pergolèse) ou classiques et romantiques (Les sept dernières paroles du Christ et Stabat Mater de Haydn, Messes de Schubert, Stabat Mater de Dvorak, Requiem de Fauré) jusqu’aux compositions du XXe siècle (Les chansons Madécasses de Ravel, Requiem de Duruflé, Le Bal Masqué de Poulenc), sans oublier les contemporains (Récitations d’Aperghis, Aria de Cage). Il interprète également des rôles d’Opérette et d’Opéra (Don Alfonso, Cosi Fan Tutte de Mozart, Monsieur Choufleuri, Le Vice-Roi du Pérou, Le Baron de Gondremark chez Offenbach… )

Pierre Guiral est actuellement le directeur de l’Opéra Grand Avignon.

François Harismendy

Baryton

C’est en 1989, à sa sortie du CNIPAL de Marseille, que François Harismendy a fait ses premiers pas dans l’univers lyrique; Il s’est depuis forgé un large répertoire.

Dans l’Opéra Français tout d’abord: il a chanté Brander (Salle Pleyel, Opéra Bastille) et Méphisto (Smetana Hall de Prague) de la Damnation de Faust, Athanael (Thais, Opéra d’Angers), Zuniga ( Chorégies d’Orange), Escamillo (Carmen, Opéra Comique), le Médecin (Scala de Milan) et Golaud (Opéra Comique et Opéra de Tours) dans Pelléas et Mélisande, Capulet (Roméo et Juliette, Opéra de Tours et de Toulon), les 4 rôles des Contes d’Hoffmann (Opéra de Dijon ).

Parallèlement, François Harismendy parcourt le répertoire mozartien : Colas (Bastien et Bastienne), Don Cassandro (La Finta semplice, Festival d’Innsbruck, Theâtre Gabriel de Versailles), Masetto (Grand Théâtre de Genève, Festival d’Aix en Provence), Leporello (Opéras d’Avignon, Dijon, Tours, Opéra Comique) et Don Giovanni (Opéra d’Angers), le Comte Almaviva (Nozze di Figaro, Opéra d’Angers, Festival de St Céré), Papageno (Zauberflôte, Festival de Lille, Opéra d’Angers) et Don Alfonso (Cosi fan tutte, Opéra de Toulon).Dernièrement,il a endossé la charge du Bartolo des Noces au Grand Théâtre de Bordeaux.

François Harismendy a également interprété plusieurs rôles clés du répertoire italien, à commencer par Rossini : Geronio (Il Turco in Italia, Opéra de Toulon), Dandini et Don Magnifico (Cenerentola, Opéras d’Angers et Tours), Bartolo (Il Barbiere di Siviglia, Festival de Menton), Taddeo ( l’Italiana in Algeri, Opéras d’Angers et Tours).

Il fut également Malatesta (Don Pasquale, Opéras d’Angers et Dijon) et Sulpice (Fille du Régiment, Opéra de Montpellier).

S’il n’a, à ce jour, abordé Verdi que dans une version française de Rigoletto, Puccini lui a fourni l’occasion d’aborder des rôles tels que : Scarpia (Opéra de Dijon, Opéra Comique), Sharpless (Opéra de Dijon), Colline, Schaunard et Marcello (La Bohême, Opéras d’Avignon et Toulon).

François Harismendy a de même été engagé dans l’Opéra du XXe siècle : de Janacek, il interprète les aventures de Mr Broucek à l’Opéra de Strasbourg, Ossud à Radio-France, la Maison des Morts à l’Opéra de Rouen et Jenufa à l’Opéra de Nancy. Il chante également Moises und Aaron au Thêatre du Châtelet et participe à plusieurs créations mondiales : il est Faber dans la version française de Knot Garden de Michael Tipett, Créon dans Jocaste de Charles Chaynes à Rouen et Criton dans Le dernier jour de Socrate de Graciane Finzi à l’Opéra Comique (livret de Jean-Claude Carrière).

Après avoir été Agamemnon (Belle Hélène), successivement à l’Opéra de Toulon, de Nantes, de Montpellier et de Liège, François Harismendy a repris ce rôle en Novembre 2017 à Mérignac et Saint Etienne. Dernièrement, il a interprété le rôle de Méphisto du Faust de Gounod au Théâtre de Boulogne- sur- Mer.

Parallèlement à ses actvités concertistes et scéniques, François Harismendy s’intéresse au « coaching » de jeunes professionnels.

Alain Iltis

Baryton

iltis-alainC‘est à la suite d’ateliers théâtraux dont un basé sur la voix qu’Alain Iltis découvre le chant lyrique. En 2006, il entre donc au Conservatoire d’Avignon dans la classe de Catherine Thomasset. Dans le cadre du Conservatoire il a eu l’occasion d’interpréter les rôles de Lui dans « L’amour masqué » de Messager, l’ambassadeur Hérisson dans « L’étoile » de Chabrier ou encore Milord dans « Fra Diavolo » d’Auber.

On a pu voir Alain Iltis dans les rôles de Don Pedro de Hyonosas dans « La Périchole » d’ Offenbach, Petermann dans « Mr Choufleuri » d’Offenbach, Guglielmo dans « Cosi fan tutte » de Mozart, Le Baron Douphol dans « La Traviata » de Verdi, Enée dans « Didon et Enée » de Purcell ou Eurymède dans « Orphée » de Lully.

En 2012 il obtient son prix de chant avec succès au Conservatoire d’Avignon.

Depuis 2015, il se perfectionne avec Jean-Pierre Blivet.

Il se produit également dans de nombreux concerts de musique sacrée et dans des créations et petites formes lyriques visant à faire découvrir l’Opéra au plus grand nombre.

Kaoli Isshiki

Soprano

Depuis son plus jeune âge, Kaoli Isshiki est fascinée par la musique française. Après avoir étudié à l’Université Nationale des Beaux-Arts et de la Musique à Tokyo et diplômée du Master de Musique en 1996, Kaoli Isshiki se rend en France pour compléter sa formation de chant lyrique à l’École Normale de Musique de Paris. Elle termine ses études en 2001, année durant laquelle elle obtient le Deuxième Prix Opéra au Concours International du Chant de Paris.

Sa carrière professionnelle en Europe débute au sein des ensembles vocaux tel que le Chœur de chambre Accentus/AXE21 (Laurence Equilbey), Nederlands Kamerkoor (Klaas Stock) et Musicatreize (Roland Hayrabedian). Par sa technique performante et son sens de l’équilibre musical, Kaoli Isshiki a été très vite recommandée en tant que soliste de concert, notamment pour la musique moderne et contemporaine. Elle poursuit alors sa carrière en tant que soliste avec l’Ensemble TM+, l’Ensemble InterContemporain, l’Ensemble 2e2m, l’Octuor de Violoncelle de Beauvais, Christophe Desjardins, Pablo Marquez, Raphael Simon. Elle a notamment interprété des œuvres de Pierre Boulez, Jonathan Harvey, Leos Janaček, Ivan Fedele, Felix Ibarrondo, Paul Méfano, Dominique Lemaître, Paul Hindemith, Villa-Lobos, Arvo Pärt, George Clumb, Berlioz, Ravel, Stravinsky, entres autres…

Kaoli Isshiki a également enregistré des œuvres des compositeurs français Maurice Ohana, Pascal Dusapin, André Riotte, Ibarrondo, Méfano, Lemaître.

Elle a aussi interprété plusieurs rôles notamment dans « Curlew River » de Britten, « L’Arbalète Magique » de Ton That Tiet ou encore dans « L’enterrement de Mozart » de Mantovani.

Mais son intérêt pour la musique française ne se limite pas à la musique d’hier et d’aujourd’hui. Depuis 2003, période pendant laquelle elle a obtenu le 2ème prix au Concours International du Chant Baroque de Chimay (présidé par William Christie), Kaoli Isshiki se tourne vers les différentes facettes de la période baroque française, notamment au travers de la danse et du chant.

Après avoir vécu de précieuses expériences au sein de L’Ensemble Européen William Byrd, Il Seminario Musicale, Ludus Modalis, elle exprime maintenant pleinement ce répertoire. Elle a déjà à son actif Trois Leçons de Ténèbres de Couperin et de De Lalande, des psaumes de Mondonville, l’Office des Ténèbres de Charpentier, des motets de Campra et de Lalouette, des cantates de Clérambault et de Rameau, des madrigaux et Des Vêpres de Monteverdi et des pièces vocales de Dowland, ainsi qu’un DVD avec Il Seminario Musicale : « Le Tombeau de Marc-Antoine Charpentier ».

En 2018, en collaboration avec Bruno Boterf et dans le cadre du Festival Un Sacre Du Printemps, elle a interprété le rôle de La Reine et Un Ange dans « Jeu de Daniel » (drame liturgique médiéval) ainsi que « O vis eternitatis » de Hildegarde de Bingen, qui marque le début de sa recherche sur la musique médiévale.

L’interprétation de la mélodie française reste le but ultime que s’est fixé Kaoli Isshiki : diplômée du Prix Spécial Henri Lemoine au Concours International d’Interprétation de la Mélodie Française de Toulouse en 2001, elle donne depuis des récitals sur des mélodies de Debussy, Ravel, Fauré et Poulenc. Souhaitant contribuer à la culture occidentale en y apportant sa sensibilité orientale, elle les fait côtoyer avec des œuvres de Kobayashi, Bekku et Nakada…

Jean-Paul Joly

joly-jean-paulChef de chœur

Professeur certifié de formation musicale et de chant choral au C.R.R. Olivier Messiaen du Grand Avignon de 1979 à 2005, Jean-Paul Joly crée en 1983 l’ensemble vocal Olivier Messiaen, ouvert à des choristes amateurs ; depuis, ce chœur s’est produit régulièrement en Avignon et au-delà.
En 1987, Jean-Paul Joly crée le chœur de chambre Campana, pour quinze à vingt choristes, chanteurs et musiciens confirmés ; ce chœur se produit seul ou associé à l’ensemble vocal Olivier Messiaen.
Jean-Paul Joly est également arrangeur et compositeur ; son domaine d’écriture musicale privilégié est bien entendu la musique polyphonique vocale.

Marielle Khoury

Soprano

Marielle Khoury a étudié le chant à la Schola Cantorum de Paris avec Gérard Quenel et au conservatoire d’Avignon avec Catherine Thomasset, a été membre de l’ensemble vocal Les Offrandes Musicales (dir. J. Cottenceau) et rejoint régulièrement des petits chœurs tels que Campana (dir. J.-P. Joly) et Cum Jubilo (dir. J.-P. Lecaudey) comme choriste ou en soliste. Sur scène elle a chanté les rôles de Bacchis dans La Belle Hélène d’Offenbach (2011), Colombine dans Bonsoir Monsieur Pantalon de Grisar (2011-12), la deuxième suivante dans Didon et Enée de Purcell (2013-14), Mme Cratchit dans L’Extraordinaire Noël de M. Scrooge de Bricusse (2013-14) et Ismène dans Orphée de Lully (2015). Elle fait partie avec Françoise Bouillard et Thierry Denante du trio vocal Bergamasque accompagné au piano par Jean-Paul Joly. Elle est l’auteur de deux ouvrages sur la vie et l’œuvre de Purcell (Gallimard) et du guide d’écoute de l’Avant-Scène Opéra consacré à Didon et Enée. Agrégée d’anglais, elle met en jeu musique et théâtre dans sa pratique d’enseignante en lycée pour favoriser l’apprentissage des langues vivantes.

Gabriella Kovacs

Violoniste

Soliste à l’Orchestre Lyrique de la Région Avignon-Provence.
Gabriella Kovacs est diplômée (avec félicitations du jury) de l’Académie F. Listz de Budapest, dans les classes de violon de Maria Vermes, et de musique de chambre de Vilmos Tatrai. Elle étudie par la suite le violon avec Jaap Schroeder à la Schola Cantorum de Bâle.
Elle travaille à l’Opéra de Budapest, puis avec l’Orchestre dell’ Accademia di Santa Cecilia à Rome, le Zurcher Steichersolisten et le Basel Sinfonietta en Suisse.
Elle donne de nombreux concerts de sonates avec le pianiste Francesco Mario Possenti à Prague, Budapest, Rome, Viterbe, Bergame, Venise…
Elle se produit dans de nombreux festivals (Amboise, Orléans, Vénéjan…) au sein du trio Kodaly.
Concertiste passionnée de musique baroque, elle apparaît très régulièrement au programme des Musiques Sacrées en Avignon et du Cycle d’Orgue du Festival d’Avignon.

Sarah Laulan

Contralto

Après des études de chant et d’art dramatique, Sarah Laulan se perfectionne à la Chapelle Musicale Reine Elizabeth. Lauréate de nombreux concours internationaux, elle remporte le 3e Prix au Concours International Reine Elizabeth en 2014 et le Prix Paul Streit à Genève en 2016.

Sarah Laulan bénéficie actuellement des conseils de Jocelyne Dienst, Marianne Pousseur et Brigitte Fassbaender.

Sur scène, on l’a entendue dans des rôles tels que Maddalena (Rigoletto à l’Opéra de Liège), Cléone (Pénélope de Fauré à l’Opéra National du Rhin), Hermia (Les Caprices de Marianne d’Henri Sauguet en tournée en France), La Mère (L’Enfant et les Sortilèges au Barhain), La Marchande de Journaux (Les Mamelles de Tirésias à la Monnaie), Mrs Quickly (Falstaff), Suzuki (Madame Butterfly), Marina (Boris Godounov)), Javotte (Manon), Annina (La Traviata), La Sorcière (Hänsel et Gretel), Théorodrine (L’île de Tulipatan d’Offenbach), Lucy (L’opéra de quat’ sous), la Périchole et Carmen.

Elle a été mise en scène par Jorge Lavelli, Olivier Py, Laurent Fréchuret, Ted Huffman, Georges Lavaudant, Edouard Signolet, Yann Dacosta, Jacques Nichet…

Sarah Laulan chante aussi régulièrement le répertoire contemporain : L’Ombre de Venceslao de Martin Matalon en tournée en France, Alice au Pays des Merveilles de Matteo Franceschini à la Philharmonie de Paris, Lyssi d’Eric Breton à Sarajevo et Laïka the Spacedog avec l’English Touring Opera. Elle collabore avec la compagnie expérimentale berlinoise ‘Nico and the Navigators’ pour Silent Song into the Wild en tournée en Allemagne.

Au concert, elle s’est produite avec l’Orchestre de la Monnaie, l’Orchestre National de Belgique, le Sinfonia Varsovia Orchestra, l’Orchestre Symphonique Royal du Maroc, l’Orchestre Philarmonique de Bruxelles, le Royal Flemish Philarmonic, l’Orchestre Philarmonique Royal de Liège, l’Orchestre national d’Île-de-France, sous la direction de chefs tels que Patrick Fournillier, Stéphane Denève, Dmitri Jurowski, Giampaolo Bisanti, Olivier Holt, Arvo Volmer, Roland Boër, Paolo Arrivabeni, Christopher Warren-Green, David Reiland, Ludovic Morlot, Eivind Aadland, Mathieu Herzog, Nicolas Simon, Samuel Jean… Son répertoire de concert comprend notamment la IXe Symphonie de Beethoven, la Petite Messe solennelle de Rossini, l’Alto Rhapsody de Brahms, Das Lied von der Erde et les Kindertotenlieder de Mahler, Roméo et Juliette de Berlioz, le Requiem de Mozart, le Stabat Mater de Pergolèse, Paulus de Mendelssohn, le Mass de Bernstein…

Son premier disque « Les Blasphèmes » avec le pianiste Maciej Pikulski et le Quatuor Hermès est paru en 2017 chez le label Fuga Libera. Elle prépare pour 2019 l’enregistrements des Zwei Gesänge de Brahms avec Lise Berthaud et Eric Lesage au Label B records, ainsi que de la création originale Poucette de Matteo Franceschini chez Didier Jeunesse.

Lors de la saison 2018-2019, Sarah Laulan poursuivra la tournée de Silent Song into the Wild à Bruxelles et Berlin, interprétera l’Opinion Publique dans Orphée aux enfers d’Offenbach à Avignon, Dryade dans Ariadne aus Naxos au Capitole mis en scène par Michel Fau, et Maddalena dans Rigoletto à Toulon et Massy.

Au concert elle chantera notamment la Petite Messe Solennelle de Rossini à Avignon, Erda (Rheingold) à la Philarmonie de Paris sous la direction de Nicolas Simon, les Harawi de Messiaen au Concertgebouw de Brugges, et donnera un récital au Capitole de Toulouse.

Parmi ses autres activités, Sarah Laulan écrit, enseigne, et initie ou participe régulièrement à des projets pluridisciplinaires parmi lesquels Sisters in Crime, un spectacle de jazz américain, ou encore des tournées de spectacles pédagogiques avec l’Institut Français et les Jeunesses Musicales en France, en Belgique et au Liban.

Jean-Pierre Lecaudey

lecaudey-jean-pierreOrganiste

Né à Saint-Brieuc en 1962, Jean-Pierre Lecaudey commence très tôt l’étude du piano puis entre au Conservatoire d’Aix-en-Provence en 1977 (classe de M. Jean Costa) où il obtient sa médaille d’or en 1980. Il se perfectionne ensuite auprès de Xavier Darasse pour l’orgue et Michel Dru pour le piano, au C.N.R. de Toulouse. En 1982 puis 1983 lui sont décernés à l’unanimité du jury une médaille d’or, puis un premier prix de perfectionnement.

En juin 1983, il remporte également le premier prix du deuxième Concours International de Toulouse pour ses interprétations de la musique symphonique française.

Depuis 1983, sa carrière de concertiste l’a amené à se produire dans de nombreux festivals, ainsi qu’à donner plus de sept cents concerts ou récitals en France en Europe et en Amérique du Nord.

Il est régulièrement invité aux Etats-Unis pour donner des Master Class sur la Musique Française tant ancienne que romantique ou moderne.

Soliste de Radio France, il enregistre fréquemment de la littérature pour orgue sur les instruments les plus prestigieux (une vingtaine de CD, unanimement salués par la critique :  » Chocs » du Monde la Musique, 5 Diapasons…) Extrait de la discographie : J.S. Bach : les 6 sonates en trio, Emmend Bonnal : L’œuvre pour orgue, Musique de Chambre avec piano, Charles Chaynes : Séquences pour l’Apocalypse, Chants de l’âme, intégrale César Franck, W.A. Mozart : les sonates d’église (Olivier Charlier, violon solo).

En tant que pianiste, il mène une intense activité de chambriste avec violon, violoncelle ou flûte, avec une prédilection pour la sonate romantique (Brahms, Franck, Fauré, Mendelssohn…). Il a donné plusieurs fois en 2008 la fameuse Sonate pour piano de Julius Reubke, élève de Liszt disparu prématurément à l’âge de 24 ans. En 2009, il a donné le premier Trio en ré mineur de Felix Mendelssohn en compagnie d’Olivier Charlier et Dorel Fodoreanu, ainsi que le Quatuor pour la Fin du Temps d’Olivier Messiaen.

Egalement chef d’orchestre, il a dirigé pendant dix ans l’Ensemble Orchestral des Bouches-du-Rhône, dans un répertoire allant des symphonies de Mozart aux œuvres d’aujourd’hui en passant par les grandes pièces de Ravel ou Debussy.

Titulaire des grandes orgues « Pascal Quoirin » de Saint-Rémy-de-Provence depuis 1985, il donne de son temps pour l’organisation et la réalisation du festival d’orgue « Organa », véritable plate-forme internationale où se rencontrent tous les étés les meilleurs organistes du moment.

Jean-Pierre Lecaudey, depuis 1985, a enseigné l’orgue, le piano, la direction d’orchestre et l’harmonie. Il est actuellement professeur d’orgue et d’écriture au Conservatoire d’Avignon depuis septembre 2000.

Romain Leleu

Trompettiste

« L’Homme qui redore le blason de la trompette » Télérama, 2016

Romain Leleu est considéré, grâce à son jeu alliant virtuosité et élégance, comme l’un des meilleurs interprètes de sa génération. Elu « révélation soliste instrumental » par les Victoires de la Musique Classique, il se produit en soliste sur les cinq continents, tant en récital qu’accompagné des plus grands orchestres.

Après avoir fait ses premières armes aux côtés d’Eric Aubier, Romain Leleu se forme au CNSM de Paris et se perfectionne ensuite auprès de Reinhold Friedrich à la Musikhochschule de Karlsruhe. Il est nommé Révélation Classique de l’Adami et est lauréat de la Fondation d’entreprise Banque Populaire (2009), de la Fondation SAFRAN pour la Musique (2010) et du Prix de la Fondation Del Duca de l’Académie des Beaux Arts (2011).

Romain Leleu parcourt le monde sans relâche, à la rencontre des publics des cinq continents. Il est régulièrement invité de prestigieux festivals internationaux, parmi lesquels les festivals de la Roque d’Anthéron, Pablo Casals de Prades, Colmar, Menton, Radio France Montpellier, Flâneries Musicales de Reims, Auvers sur Oise, Folle Journée de Nantes et du Japon, Musiq3 de Bruxelles, Seoul Spring Festival… Il se produit régulièrement sur les magnifiques scènes de l’Athéneum de Bucarest, du Seoul Arts Center, de l’Ongakudo Hall Kanazawa, du Théâtre de l’Hermitage Saint Petersbourg, du Cincinnati Museum Center, de la Salle Pleyel à Paris, Théâtre des Champs Elysées…

L’étendue de son répertoire est vaste, de la musique baroque aux créations contemporaines et il est aussi dédicataire et/ou créateur de nombreuses œuvres de compositeurs d’aujourd’hui comme Martin Matalon (Trame XII), Philippe Hersant (Folk Tunes), Karol Beffa (Concerto, Subway) Jean Baptiste Robin (Récits Héroïques, le Chant de l’Ame), Vincent Peirani (Random Obsession)… De ses échanges avec les compositeurs naissent des œuvres écrites pour lui qu’il a à cœur de défendre sur scène.

C’est avec l’Orchestre des Concerts Colonne qu’il a donné son premier concert en soliste à 14 ans. Depuis, son élégante et virtuose sonorité, l’amène à être le trompettiste invité de nombreux orchestres français comme l’Orchestre National de France, Orchestre National du Capitole de Toulouse, Orchestre National de Lille, Orchestre National de Lorraine, Orchestre de Chambre de Paris,  l’Orchestre d’Auvergne, l’Orchestre National d’Ile-de-France mais aussi étrangers, comme le Brandenburgisches Staatsorchester Frankfurt, Dresdner Kappellsolisten, Württembergisches Kammerorchester Heilbronn, le Baltic Chamber Orchestra, l’Orchestra Ensemble Kanazawa, le Slovak Sinfonietta, le Saint-Petersburg Hermitage State Orchestra, l’Orquesta Sinfonica de Mineria Mexico, Orchestre Philharmonique du Liban…

Romain aime se produire en musique de chambre, régulièrement avec Thierry Escaich, Adam Laloum, Ghislain Leroy, François Dumont, Ibrahim Maalouf, Frank Braley…

Son goût pour la transcription l’a amené à créer en 2010 l’Ensemble Convergences qui réunit autour de la trompette et de ses déclinaisons (bugle, cornet…), un quintette à cordes. Avec Convergences, Romain Leleu revisite les «grands classiques» de la musique savante et populaire, une manière de donner un nouveau souffle au répertoire de la trompette.

Chacun de ses enregistrements reçoit un élogieux accueil public et médiatique, parmi eux : Les grands concertos classiques (Haydn, Hummel, Neruda) récompensé par le Classique d’Or RTL, 5 de Diapason, Pizzicato, Resmusica. L’album Sur la route (Aparté/ Harmonia Mundi – 2013), réalisé avec l’Ensemble Convergences, connaît un vif succès auprès du public et est l’une des meilleures ventes classiques de l’année ; ce succès les a encouragés à imaginer un deuxième opus Inspirations, largement diffusé sur Radio Classique, FIP, Classic FM. Ce programme a donné naissance à une tournée de près de 60 concerts depuis sa création en 2016. En 2017, parait Vocalises, en duo avec Thierry Escaich.

Romain Leleu anime régulièrement des masters class en France comme à l’étranger (nombreux CRR, académies du Spanish Brass, Courchevel, Seoul National University, Tokyo College of Music, Merida International Brass Festival, Cincinnati Conservatory of Music, Tbilissi Conservatory of Music…).

Romain Leleu est directeur de collection aux Editions Gérard Billaudot Paris.

Parmi les projets de la saison 2017-18, Romain Leleu jouera le Concerto de Chostakovitch avec le Brandenburgischen Staatsorchesters à Frankfort ; il créera le premier Concerto de Beintus avec Frank Braley et l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie ; sera en tournée avec Thierry Escaich en Amérique du Sud et aux Etats Unis ; il poursuivra la tournée de concerts Inspirations avec l’Ensemble Convergences.

Romain Leleu est promu Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en janvier 2016.

En 2018, il est nommé professeur au conservatoire national supérieur de musique et de danse (CNSMD) de Lyon.

Romain Leleu est représenté par Konzertagentur Caecilia Zurich et Genève.

Ghislain Leroy

Organiste

Formé aux conservatoires de région de Rueil-Malmaison puis aux CNSMD de Paris et Lyon, Ghislain Leroy a eu pour professeurs François-Henri Houbart, Jean Boyer, Louis Robilliard, François Espinasse, Liesbeth Schlumberger ou encore Jean-François Zygel.

Récompensé aux Concours internationaux de Kotka (Finlande) et Lübeck (Allemagne), il remporte, à l’âge de 22 ans, le Premier grand prix d’interprétation au Concours international d’orgue de la ville de Paris. Depuis, il a été amené à se produire en concert dans la plupart des pays européens, aux Etats-Unis, en Russie et en Asie. Titulaire en résidence au Sapporo Concert Hall (Japon) en 2007, il exerce une double activité de concertiste et de pédagogue, se produisant lors de très nombreux récitals à Tokyo (Suntory Hall, Opera City, Metropolitan Art Space), Osaka, Nagoya et Kanazawa.

Il collabore régulièrement avec différents orchestres : le NHK Symphony Orchestra, l’Orchestre de l’Opéra de Rouen Haute-Normandie, l’Orchestre de Picardie, le Sapporo Symphony Orchestra, sous la direction de chefs tels que Andrey Boreyko, Charles Dutoit, Arie van Beek, ou encore Tadaaki Otaka. Ghislain Leroy a aussi l’occasion de se produire avec divers ensembles vocaux dont Sequenza 9.3, le Chœur Britten ou encore Aedes. Depuis 2007, en duo avec Romain Leleu, il revisite en concert le répertoire associant la trompette et l’orgue, par la transcription ou la création d’œuvres originales.

Musicien apprécié pour sa connaissance approfondie des répertoires et des styles instrumentaux, ses concerts font régulièrement l’objet d’enregistrements radiodiffusés ou télévisés (Radio France, Radio Nacional de España, Ule1 Finlande, NHK). Héritier de l’école d’orgue française, il se passionne également pour la création musicale contemporaine, interprétant les œuvres les plus récentes de Valéry Aubertin, Jean-Louis Florentz, Vincent Paulet, Jean-Pierre Leguay ou encore Thomas Lacôte.

Titulaire du Certificat d’Aptitude à la fonction de professeur d’orgue, Ghislain Leroy enseigne au CRR d’Amiens Métropole et, depuis septembre 2016, au Conservatoire Royal de Bruxelles (Belgique) aux côtés de Bernard Foccroulle en qualité de professeur assistant.

Parallèlement, il est titulaire du grand orgue monumental (Gonzalez / Klais) de la cathédrale Notre-Dame de la Treille à Lille dont il veille à la préservation et à la mise en valeur.

 

Maîtrise de l’Opéra Grand Avignon

Direction Florence Goyon-Pogemberg

La Maîtrise de l’Opéra Grand Avignon a pour objectif d’offrir à ses élèves une ouverture sur le chant et le théâtre lyrique à travers une formation intégrant la participation au spectacle vivant. Elle se produit dans différents programmes musicaux aux côtés de grands artistes, et sous la baquette de chefs d’orchestre prestigieux.

Destinée aux enfants âgés d’au moins sept ans, la Maîtrise de l’Opéra Grand Avignon représente un modèle original d’école musicale. Elle s’organise autour des activités de chœur, d’un axe central pédagogique et de productions d’opéras, d’opérettes ou de concerts. Plusieurs chefs de chant ont apporté leurs connaissances et leur savoir-faire à la Maîtrise, qui intervient dans de nombreux ouvrages présentés sur les scènes de l’Opéra Grand Avignon, des Chorégies d’Orange et dans le cadre du Festival d’Avignon.

Maîtrise des Bouches du Rhône, chœur d’enfants et Jeune Choeur

Direction musicale Samuel Coquard

Le département des Bouches-du-Rhône, le Ministère de l’Education Nationale et le Ministère de la Culture ont souhaité en 1994 créer la Maîtrise, vu l’intérêt pédagogique et culturel que représente une telle formation vocale. Ainsi, la Maîtrise a développé la pratique du chant et a ouvert l’accès de cette formation musicale complète à tous les enfants du département. Sous l’impulsion de Samuel Coquard, son nouveau directeur, la Maîtrise des Bouches-du-Rhône se transforme en 2002 en un vrai pôle d’art vocal professionnel de haut niveau composé d’un dispositif vocal original réparti en un chœur préparatoire, un chœur probatoire, un chœur maîtrisien composant ainsi un chœur de garçons et un chœur de filles, de 90 enfants. Elle est aujourd’hui soutenue principalement par le Conseil général des Bouches du Rhône.

Le Jeune chœur, créé en 2003, est composé de 16 maîtrisiens issus de la Maîtrise. Ils y approfondissent leur cursus de chanteur par une formation plus spécifique basée sur le répertoire soliste et de musique de chambre. La Maîtrise est ancrée aujourd’hui dans le paysage artistique professionnel et est très sollicitée pour participer à différentes formes musicales et artistiques de productions de très haut niveau. La Maîtrise des Bouches-du-Rhône répond à un projet éducatif solide et assure un enseignement maîtrisien cohérent avec les directives ministérielles de l’Education Nationale et du Ministère de la Culture mais aussi aux exigences des partenaires culturels territoriaux, nationaux et internationaux. La Maîtrise participe aux productions lyriques des Opéras de Marseille (Louise de Charpentier, Bohème de Puccini, Carmen de Bizet, Die Zauberflöte de Mozart, Tosca et Turandot de Puccini), à Avignon dans le Requiem de Mozart, à Vichy dans Die Zauberflöte, aux Chorégies d’Orange (Carmen sous la direction de Maestro Chung, La Bohème avec Roberto Alagna et Angela Georghiu, Carmina Burana sous la direction de Michel Plasson, la IXème symphonie de Beethoven avec l’orchestre national de France sous la direction de Kurt Masur). La Maîtrise est également invitée par les plus grands festivals et scènes musicales françaises et internationales comme : Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence, Conques, Rocamadour, Roquevaire, Montpellier, La Chaise-Dieu, Grand théâtre de Provence, festival international de chœurs d’enfants en Vendée… La Maîtrise est une structure de formation spécialisée, publique, qui reçoit les aides des collectivités territoriales de la Ville de Marseille, de la Région PACA, du Ministère de la culture et a comme partenaire principal le soutien fidèle du Conseil général des Bouches du Rhône.

En décembre 2008, la Maîtrise a reçu le prix de Musique Pierre Barbizet par l’Académie des Arts, des Sciences et des Lettres de Marseille.

La Maîtrise a enregistré en 2007 sous le label Solstice, un premier disque consacré à l’œuvre vocale sacrée de Jean Langlais, récompensé par 5 diapasons et 4 étoiles au Monde de la Musique et a sorti en octobre 2009 un second disque sur les œuvres profanes de Rachmaninov et Dvorak pour chœur et piano. Sous le Label « parsiphonie », Le Jeune Chœur enregistre en 2012, son premier disque dans un programme romantique allemand autour des Lieder und Gesänge de Gustav Mahler et en 2013 un nouveau répertoire de Noël à l’occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Benjamin Britten avec la célèbre Ceremony of Carols pour chœur et harpe (Elodie Adler).

Le 3 février 2014, La Maîtrise participe aux 21èmes Victoires de la Musique Classique, émission retransmise en direct du Grand Théâtre de Provence sur France 3.

La Maîtrise a participé en 2014, aux productions de Carmina Burana de Carl Orff et d’Otello de Verdi aux Chorégies d’Orange. On retrouvera également la Maîtrise pour l’ouverture de la saison de l’Opéra de Marseille dans la Gioconda de Ponchielli, en 2015 dans Tosca de Puccini et Carmen aux Chorégies d’Orange avec Jonas Kauffman en juillet 2015. et à l’Odéon de Marseille pour la réation en vesrion scénique de l’Opéra d’Isabelle Aboulker « Douce et Barbe Bleue »

En 2016, la Maîtrise chantera la 7ème Symphonie de Mahler avec l’orchestre du festival de Budapest à l’occasion du festival de Pâques au Grand Théâtre de Provence sous la direction du Maestro Ivan Fischer.

Les futurs engagements de la Maîtrise sont : Boris Godounov à l’Opéra de Marseille, Carmen au Festival d’Art Lyrique d’Aix en Provence et un eprochaine création avec le Ballet National de Marseille autour des Kindertötenlieder de Malher à l’Opéra de Marseille, la Criée au Festival de Maastricht ainsi qu’une création de Benjamin Dupé «  Du chœur à l’ouvrage ».

Aurore Marchand

Chef de chœur

marchand-auroreAurore Marchand débute la musique au Conservatoire National de Musique d’Orléans, où elle étudie le violoncelle puis le chant. Elle acquiert également au cours de ces années des expériences de musique de chambre instrumentale, vocale et d’orchestre symphonique.

En 1983 elle se tourne définitivement vers le chant et intègre le chœur professionnel de l’Opéra de Tours, participe à toutes les productions en qualité de soprano et se voit attribuer des petits rôles dans divers opéras et opérettes.

En septembre 2002, elle est nommée Chef des Chœurs de l’Opéra de Tours et prépare pour les différentes saisons lyriques entre autre Jenufa (Janacek), Le Mikado, (Sullivan), La Belle Hélène (Offenbach), Le Bal Masqué, Don Carlo (Verdi)…

En 2001, elle participe aux Chorégies d’Orange pour Aida et Rigoletto, et sera réinvitée en 2003 pour Otello.

En septembre 2007, Aurore Marchand prend la direction des Chœurs de l’Opéra Grand Avignon.

En 2010, elle dirige le spectacle le Petit Prince à l’Opéra Grand Avignon, au Grand théâtre de Reims et au Théâtre Impérial de Compiègne.

Aurore Marchand débute la musique au Conservatoire National de Musique de Région d’Orléans, où elle étudie le violoncelle, puis le chant. Elle acquiert également au cours de ces années des expériences de musique de chambre instrumentale, vocale et d’orchestre symphonique.

En 1983, elle se tourne définitivement vers le chant et intègre le chœur professionnel de l’Opéra de Tours, participe à toutes les productions en qualité de soprano et se voit attribuer des petits rôles dans divers opéras et opérettes.

En septembre 2002, elle est nommée Chef des Chœurs de l’Opéra de Tours et prépare notamment pour les différentes saisons lyriques, Jenufa (Janacek), Le Mikado, (Sullivan), La Belle Hélène (Offenbach), Un Ballo in Maschera ou encore Don Carlo (Verdi)…

En septembre 2007, Aurore Marchand prend la direction des Chœurs de l’Opéra Grand Avignon.

En 2011, elle participe aux Chorégies d’Orange pour Aida et Rigoletto, en 2012 pour La Bohème et Turandot, en 2013 pour Der Fliegende Hollander et Un Ballo in Maschera, en 2014 pour Otello et Nabucco, et en 2015 pour Carmen et Il Trovatore.

En 2010, elle a dirigé le spectacle Le Petit Prince à l’Opéra Grand Avignon, à l’Opéra de Reims et au Théâtre Impérial de Compiègne.

Florence Marie

marie-florenceVioloncelliste

Florence Marie a terminé ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon en 1996 en obtenant son diplôme national d’études supérieures de musique dans les classes de J. Deplace, M. Coppey et N. Hartmann.

Elle a complété sa formation au département de musique ancienne du Conservatoire d’Aix-en-Provence auprès d’Aude Vanackère pour le violoncelle baroque et Alice Piérot et Dominique Serve pour les classes d’ensembles. Elle est également titulaire du Certificat d’Aptitude de professeur de violoncelle et enseigne depuis 2008 au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon.

Parallèlement à son activité de pédagogue, elle se produit régulièrement au sein de différents orchestres et sa passion pour la musique de chambre l’amène à rejoindre des ensembles très éclectiques avec lesquels elle aborde un répertoire allant de la musique baroque à la création contemporaine.

Cordelia Palm

palm-cordeliaVioloniste

Née à Tübingen en Allemagne, dans une famille de musiciens, Cordelia Palm a commencé à jouer du violon à l’âge de deux ans et le piano à l’âge de cinq ans. Son père, musicologue et chef d’orchestre, fut son premier professeur et la fit régulièrement jouer en soliste au violon et au piano dès l’âge de six ans, notamment lors des tournées de son orchestre de chambre en France, en Belgique et en Allemagne.

A treize ans, sur autorisation du Ministère de la culture du Land Baden Wurtemberg, elle entre à l’Ecole Supérieure de Musique de Karlsruhe dans la classe de Jörg-Wolfgang Jahn où elle obtient ses premiers prix et est nommée soliste de l’Orchestre Symphonique.

En 1975, suite au premier prix du concours BDI, elle participe à des enregistrements et des émissions de radio et de télévision à Francfort et Baden Baden. Ayant obtenu la bourse DAAD et la bourse de la Studienstiftung des Deutschen Volkes, elle poursuit ses études à la Julliard’s School de New York. En deux ans, elle effectue le cycle complet de musicologie. Elle travaille aussi à plein temps dans la classe du grand pédagogue du violon : Yvan Galamian.

En 1982, elle obtient la bourse de la Kunststiftung Baden-Württemberg. De retour en Europe, elle est engagée au poste de violon supersoliste à l’Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence (OLRAP). Elle est par ailleurs sollicitée par l’Orchestre de l’Opéra de Marseille, par l’Orchestre National de Montpellier, par l’Orchestre de Cannes et l’Orchestre de Mulhouse, au poste de supersoliste.

Outre ces importantes activités, elle donne des concerts en Allemagne et en France, tant en soliste qu’en musique de chambre avec le Quatuor Palm puis le Quatuor Ceria (dont elle est membre fondateur), sonate violon harpe, spectacle de ballet avec J. Guiserix sur la Chaconne de J.S. Bach, ainsi que d’autres formations avec O. Charlier, P. Fontanarosa, B. Rigutto, J.C. Pennetier, J.C. Malgoire, J. Raynaut, J. L. Beaumadier… et enregistre des œuvres contemporaines avec l’ensemble Musicatreize en tant que violon solo sous la direction de R. Hayrabedian. Elle enseigne dans le cadre du stage de Pont-Saint-Esprit, aux côtés de O. Charlier et Y. Gitlis. Elle est remplaçante pour l’année 2003 du professeur de musique de chambre au CNR de Marseille, puis professeur de violon au conservatoire d’Orange de 2004 à 2007.

En 2007, elle donne une série de concerts en sonate avec Bruno Rigutto, et le double concerto de Brahms avec son ami violoncelliste Gary Hoffman à Avignon. En 2008, une nouvelle collaboration s’engage avec Vahan Mardirossian, pianiste et chef de grand talent. Lors des saisons 2009-2010 et 2010-2011, elle donne toujours avec son orchestre les Saisons de Vivaldi et Piazzolla à Avignon, en Région PACA, devant quatre mille spectateurs à l’Acropolis de Nice, et au Théâtre Antique de Vienne.

En 2011, elle donne le Triple Concerto de Beethoven à l’Opéra d’Avignon en compagnie de Gary Hoffman et Vahan Mardirossian, puis le concerto de Tchaïkosky au Théâtre Antique de Vienne en juin devant 4000 personnes. En mars 2012, en compagnie de Françoise Buffet-Arsenisevic, elle donne un concert de sonates de Beethoven et de Fauré au Musée Jacquemart-André à Paris, suivi d’une autre rencontre à la salle Gaveau en 2013. Pendant l’été 2012, elle poursuit une tournée de concerts avec l’ORAP, dans un programme composé des Airs Bohémiens de Sarasate et de la Légende de Wienawsky, ainsi qu’une série de concerts de musique de chambre dans le cadre des « Nuits de Carpentras et Saint-Didier ». Elle donne ensuite avec l’orchestre de Briansk (Russie), le concerto de Tchaïkovsky à Aubais (Gard). En concert de clôture de la saison symphonique 2013-2014 de l’ORAP, elle donne à l’Opéra d’Avignon, le 1er concerto de Saint-Saëns et le 5ème concerto de Vieuxtemps. A l’automne 2015, elle donnera le concerto de Mendelssohn en tournée toujours avec l’ORAP, et la saison suivante le double concerto de Brahms avec Henri Demarquette au violoncelle, de nouveau à l’Opéra d’Avignon.

Guillaume Prieur

Guillaume PrieurOrganiste

Guillaume Prieur a réalisé sa formation musicale auprès de Jean-Albert Villard et Dominique Ferran à Poitiers, Patrick Delabre à Chartres, François Ménissier à Rouen, avant de conclure ses études d’organiste par un Master II au CNSMD de Lyon auprès de François Espinasse et Liesbeth Schlumberger. Egalement diplômé d’une Licence de Musicologie (UFR Poitiers), du Diplôme de Formation Supérieure en Ecriture (CNSMD Paris) et du Certificat d’Aptitude, il enseigne l’orgue aux conservatoires de Mâcon (CRD) et de Chalon sur Saône (CRR).

Titulaire de l’orgue J. Ahrend de la Primatiale de Lyon depuis 2010 et de l’orgue Q. Blumenroeder de Charolles depuis mai 2017, Guillaume Prieur est régulièrement invité pour des concerts, en soliste ou au sein de diverses formations.

Jean-Claude Relave

Trompettiste

Jean-Claude Relave commence en 1963 ses études musicales au conservatoire de Nîmes dans la classe de Jean André qui n’est autre que l’oncle de Maurice André. Il y obtient en 1969 un premier prix de trompette et un premier prix de cornet. En 1976, il entre au conservatoire supérieur de musique de Paris dans la classe de Maurice André, où il obtiendra en 1979 un premier prix de trompette et un premier prix de musique de chambre.

Il restera pendant 35 ans membre de l’orchestre de la musique des Gardiens de la Paix à Paris avant de revenir au conservatoire de Nîmes, mais cette fois en tant que professeur.

Concertiste de talent et musicien d’orchestre, il fait partie de plusieurs grandes formations symphoniques de la région parisienne et donne de nombreux concerts en soliste.

Jean-Michel Robbe

robbe-jean-michelOrganiste

Jean-Michel Robbe a obtenu un DEM d’orgue en 2004 au conservatoire d’Avignon, dans la classe de Jean-Pierre Lecaudey. Il est par ailleurs titulaire d’une licence de musicologie et du Diplôme d’Etat de professeur de piano. Il est organiste titulaire des deux instruments de l’abbaye St-Michel de Frigolet depuis 2004 et enseigne le piano et l’orgue dans les écoles de musique de la région d’Avignon.

Ce musicien polyvalent aborde tous les répertoires de l’orgue, avec une inclinaison toutefois vers la musique baroque. Il cherche aussi à sortir des sentiers battus avec des pièces peu jouées ou des compositeurs négligés comme Johann Ulrich Steigleder ou Carl Nielsen. Dans un domaine plus contemporain, il a joué l’intégralité des pièces pour orgue d’Arvo Pärt et Peteris Vasks.

Il s’est produit au sein de l’Orchestre National de France, l’Orchestre national d’Ile de France et l’Orchestre National de Montpellier au cours des Chorégies d’Orange et du festival de Montpellier. Il pratique la musique de chambre avec assiduité au sein du duo Appassionato qu’il a formé avec Evelyne Robbe au violoncelle : sonates baroques pour violoncelle et basse continue, répertoire pour violoncelle et orgue, sonates romantiques pour violoncelle et piano. Il a fait partie du trio Verano (violon, violoncelle et piano) jusqu’en 2008.

Il accompagne fréquemment des chœurs au piano, à l’orgue, ou en réalisant la partie de continuo : Cum Jubilo, l’Ensemble vocal Campana, l’Ensemble vocal Olivier Messiaen, Ensemble vocal d’Arles, le Chœur Européen de Vaison-la Romaine, l’Ensemble vocal d’Avignon, Chœur A piacere, Lattara…

Grégoire Rolland

Organiste

Compositeur et organiste, Grégoire Rolland obtient un master d’écriture (harmonie, contrepoint, fugue), un prix d’analyse, un master d’orgue et un prix d’orchestration au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il est aussi titulaire d’un master de composition de la Haute Ecole de Musique de Genève, d’une licence de musique et musicologie de la Sorbonne et du Diplôme d’Etat.

Grégoire Rolland cherche de nombreuses corrélations entre formes d’art et techniques d’élaboration. C’est ainsi qu’il compose, aussi bien pour instruments solistes que pour orchestre. Il est également très ouvert à la culture traditionnelle asiatique, qu’il considère comme une importante source d’inspiration. Il reçoit de nombreux prix de composition et des commandes d’institutions telles que Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris, la Fondation de Lacour, le Chœur et l’Orchestre de la Cité Internationale Universitaire de Paris, le festival les très riches heures de l’orgue en Berry, Toulouse les orgues, Radio France, l’Abbaye de Sylvanès, le Festival La Bâtie…

Grégoire Rolland est lauréat 2016 de la Fondation Banque Populaire et a récemment été nommé professeur de Composition, Orchestration et Ecriture au CRR d’Avignon. Il fut également professeur au CRR d’Annecy pour l’année 2017/2018. En mars 2018, il a été nommé, sur concours, organiste titulaire de la Cathédrale Saint-Sauveur d’Aix-en-Provence.

Il répond à plusieurs commandes et continue de donner des récitals d’orgue tant en France qu’à l’étranger.

Julie Roset

Soprano

Julie Roset, soprano léger colorature, commence le chant à l’âge de six ans à la maîtrise de l’Opéra d’Avignon et intègre la chorale A Piacere dirigée par Annie Fajeau.

Forte de toute cette expérience, elle obtient son DEM de chant lyrique Mention Très Bien avec les félécitations du jury en 2016 à l’âge de 18 ans.

Introduite à la musique ancienne par Monique Zanetti au CNR d’Aix-en-Provence, elle entre en 2016 à la Haute Ecole de Musique de Genève en musique ancienne dans la classe de Lucien Kandel pour perfectionner ce répertoire qui lui tient à cœur. En septembre 2016, elle remporte plusieurs prix au Concours des Jeunes Talents de l’Opéra d’Avignon (Prix du CFPL, Prix du public, Prix de la catégorie 19-23 ans).

Elle enregistre son premier CD, en août 2017, en collaborant avec l’ensemble Capella Mediterranea pour un duo avec Mariana Flores dans son CD a voce sola (Dir. Leonardo Garcia Alarcon). En décembre 2017, elle a interprété le rôle de Papagena à l’Opéra de Toulon dans La Flûte Enchantée de Mozart.

Elle enregistre « les madrigaux d’Arcadelt » avec Cappella Mediterranea en février 2018. Ils sont par la suite donnés en concert en juin 2018 au festival de Namur où elle chante également avec l’ensemble Clematis sur « l’Italie et la Baltique », et l’orchestre Cavema dans « Samson » de Haendel.

Elle remplace Mariana Flores lors de concert en juillet pour « lettera amorosa » et d’autres concerts.

Prochainement elle chantera dans la messe de Colonna avec Cappella Mediterranea en septembre 2018. Elle sera également Acqua dans Il diluvio universale de Falvetti en décembre 2018. Elle sera soliste dans la Messe en si de Bach dirigée par Leonardo Garcia Alarcon à Versailles puis à Dijon en décembre 2018.

 

Valentin Seigniez-Bacquet

Violoniste

Né avec le nouveau siècle, dans notre région, Valentin Seigniez-Bacquet est élève de seconde et suit en parallèle une excellente formation de violon au CRR d’Avignon dans la classe de Anne-Cécile Brielles. Il reçoit son DEM de violon en mai 2015 et vient tout juste d’être admis au CNSMD de Lyon. Dès son plus jeune âge, Valentin Seigniez-Bacquet est lauréat du concours des Petites Mains symphoniques à Paris-Salle Gaveau. Il poursuit sa formation en participant à de nombreux stages et concerts. En février 2013, il bénéficie d’une master-class avec Alice Piérot au CRR d’Avignon. Il travaille en stage deux étés consécutifs avec Marianna Piketty. Depuis 2015, Valentin multiplie les concerts et les tournées avec des programmes très variés.

Eric Sombret

Cor-solo à l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence
Professeur de cor au CRR Olivier Messiaen du Grand Avignon

Débute ses études au conservatoire de Lille, puis de Douai. Il entre au CNSM de Lyon en 1981 dans la classe d’André Fournier. Titulaire du CA de cor depuis 1985, il a enseigné dans les CRR de Marseille, Perpignan, Montpellier. Depuis 1995, il est professeur au CRR du Grand Avignon (classe de cor de 46 élèves) et dirige l’harmonie du CRR.

Il est cor solo de l’Orchestre Avignon Provence depuis 1982.

Il se produit dans la plupart des orchestres de France. Il a créé un festival sur le Cor depuis 1997, deux ensembles de musique de chambre, l’Ensemble de cuivres d’Avignon et le Quintette à vent du Grand Avignon.

Clément Stauffenegger

Basse

C’est en Avignon que Clément Stauffenegger commence ses études musicales. Il débute le violoncelle avec Nicolas Paul, puis poursuit jusqu’à l’obtention du DEM dans la classe de Florence Marie au CRR d’Avignon. Après un an de perfectionnement auprès d’Augustin Lefebvre au CRR de Lyon, il est admis à la Haute Ecole de Musique de Genève dans la classe de Denis Severin où il étudie actuellement. Parallèlement à la pratique instrumentale, Clément Stauffenegger intègre la maîtrise de l’opéra d’Avignon avec laquelle il participe à différentes productions dans les chœurs d’enfants comme Carmen (2011) ou Tosca (2012).

Quelques années plus tard, il entre dans la classe de chant de Catherine Thomasset au CRR d’Avignon et poursuit ensuite à l’ENM de Villeurbanne auprès de Catherine Maertens puis Virginie Pochon avec qui il continue de travailler.

Sous la direction d’Annie Fajeau et de Patrice Boisnet, et au côté notamment de la soprano Julie Roset, il prend part à l’ensemble Oct’en bulles, octuor de jeunes chanteurs, avec lequel il donne pendant deux ans de nombreux concerts autour d’un répertoire de musique ancienne.

Vincent Thévenaz

Organiste

Vincent Thévenaz est professeur d’orgue et d’improvisation à la Haute Ecole de Musique de Genève, organiste titulaire et carillonneur de la Cathédrale Saint-Pierre de Genève. Régulièrement invité comme concertiste, jury de concours ou pour des masterclasses, ses activités l’ont mené dans de nombreux pays d’Europe, d’Asie et des deux Amériques.

Nourri d’une formation complète (orgue, piano, improvisation classique et jazz, musicologie, théorie musicale, direction, chant, lettres françaises et russes), Vincent Thévenaz aspire à vivifier et diversifier le monde de l’orgue : il mêle son instrument à des sonorités tantôt classiques (violon, flûte), tantôt insolites (saxophone, cor des Alpes ou percussion), et pratique également des instruments cousins (harmonium, carillon, orgue de cinéma, orgue Hammond, claviers de toutes sortes). Passionné d’improvisation, il la cultive tant à l’orgue qu’au piano, au concert ou pour accompagner des films muets.

Il interprète en 2009-2010 l’œuvre d’orgue intégrale de Bach en 14 concerts, remportant un vif succès. Son duo « W » avec le saxophoniste Vincent Barras propose un répertoire original immortalisé par 2 CD. Il a enregistré pour le label Sony deux CD salués par la critique avec l’Ensemble Gli Angeli Genève (Stephan MacLeod). Il collabore par ailleurs avec de nombreux ensembles et chefs (Orchestre de la Suisse Romande, Ensemble Contrechamps, Orchestre de Chambre de Lausanne, Ensemble Vocal de Lauzanne, Ensemble Scharoun de la Philharmonie de Berlin, Heinz Holliger, Michel Corboz, Lawrence Foster, Antonio Pappano, etc…). Il a fondé en 2005 l’Orchestre Buissonnier, ensemble de jeunes musiciens, qu’il dirige régulièrement.

Mengyao Yu

Pianiste

Pianiste chinoise, Mengyao Yu a débuté ses études de piano dans son pays d’origine, avant de continuer sa formation en France, avec Romano Pallotini et Rena Shereshevskaya. Elle se perfectionne ensuite avec Marc Pantillon à la Haute Ecole de Musique de Genève, d’où elle sort diplômée d’un master de piano.

Parallèlement à sa formation, elle donne plusieurs récitals, tant en soliste qu’en musique de chambre. Elle aime défendre, en plus du répertoire classique, la création musicale d’aujourd’hui. En 2007, elle obtient le premier prix et le prix du public du concours de piano de Lempdes (France) et est boursière de la Fondation Tanner de 2014 à 2017.

Elle est actuellement professeure de piano au Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon et continue de se produire tant en France qu’à l’étranger.